Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

Baluchon … Ahbenla !

 

« L’homme timide qui a fait le tour du monde sur un bateau d’enfant fait partie des grands marins que la vie m’a permis de rencontrer. »

Olivier de Kersauson

« Je n’ai rien à prouver à qui que ce soit. Je n’ai pas de message à faire passer. Je me fais plaisir. … »

Yann Quenet

Cordialement

 

La vidéo ci-dessus est la courte, mais stupéfiante, bande annonce de « Baluchon, 4 mètres autour du monde »

Le film est visible en streaming sur vimeo.

« Tourné en toute simplicité, sans artifice, le film se veut à l’image de l’aventure. Simple et honnête. Une ode à la liberté.« 

Existent aussi :

&

Je ne savais d’abord pas trop comment relayer ici … l’absence de « message » du « géant » qu’est Yann Quenet ? Mais quelques liens se sont imposés peu à peu … :

« … Alors parfois, au fil des vagues, on redevient ce premier homme, jusqu’à retrouver son regard, sa naïveté primordiale, son inconscience, et en recevant, comme un cadeau colossal, quelque chose qui n’a pas de nom, pas de limite, que malhabilement j’appelle le souffle du Monde. »

« Y a-t-il un autre point de vue qui permettrait de voir la fragilité comme quelque chose d’utile ? »

Marie Balmary

  • avec une citation de Gérard d’Aboville relevée par Marie Balmary dans « Abel ou la traversée de l’Eden », au chapitre 4, dans un paragraphe intitulé « Passer par l’impossible » :

« Je n’ai pas vaincu le Pacifique, il m’a laissé passer. »

« Seul » – Pocket Poche 1993

  • et avec les commentaires de Marie Balmary qui encadrent cette citation :

« Tous ces gens qui font ce que ma raison ne comprend pas, je les ressens comme des frères d’aventures. Ce qui me les rend fraternels, c’est qu’il le fasse. Qu’ils cherchent des passages là où des yeux raisonnables n’en voient pas. »

« Cette phrase que j’aime me paraît en accord avec tous ces autres que je lis ou que je rencontre. Pour faire de ces choses impossibles, il faut une sorte d’ambition particulière. Pas celle de dominer quoi que ce soit, ni qui que ce soit. Mais celle qui cherche toujours plus de vie. La vie vraiment humaine, diront les uns. La vie divine, diront d’autres. »

  • avec le pied de nez déterminé à la fâcheuse idéologie dominante : « Citius, Altius, Fortius » – débordant largement les Jeux Olympiques pour contaminer tout l’espace -, du toujours plus : plus gros, plus techno, plus connecté, plus contrôlé, plus friqué, plus médiatisé, plus compliqué, etc … En redevenant simple, l’aventure « Baluchon » s’avère infiniment plus grande que tout le bling bling habituel.
  • avec la proposition d’Henry David Thoreau, toujours aussi inactuelle :

« L’objet est l’élévation des buts et la simplification des moyens. »

A condition quand même d’avoir l’audace de larguer les amarres … !

&

NB : « Ahbenla » est le nom de mon kayak Nautiraid Cross Tandem … un poil plus long que Baluchon (4,75 m), et qui n’a pour l’instant navigué tranquillement que sur l’eau douce des lacs alpins !

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 65 ans, marié, deux fils, un petit-fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.