Catégories
4 - Méditation

Pratique du zen vivant, « exposé » 1 – Jacques Brosse

Pour ce qui nous intéresse sur volte-espace, le testament spirituel de Jacques Brosse peut se condenser dans deux ouvrages de synthèse :

Le deuxième propose les alternances d’exposés (« teishô ») suivis de questions & réponses (« mondô ») de treize sessions intensives de zazen (« sesshin ») tenues entre le 26 décembre 2000 et Pâques 2004.

Je vais présenter lors de la séance hebdomadaire de Méditation dans l’esprit du zen & sur ce site quelques points saillants de ces exposés, bien entendu en lien direct avec la pratique de la Vision du Soi selon Douglas Harding. Libre à vous de déposer ensuite vos questions et/ou commentaires, de lire (et relire …) ce livre de Vie. Je me permets cependant de vous recommander de le lire pour vérifier si « les experts ont bien “pigé le truc” ».

&

  1. « Pourquoi suis-je ici … vous en face de moi? ». Essentiellement pour vous aider à réaliser que nous n’avons jamais été, ne sommes pas et ne serons jamais dans une autre posture que celle du face à espace. Visage périphérique & espace d’accueil central, illimité & inconditionnel. C’est véritablement celle-là « la posture qui exclut l’imposture ».  
  2. Cette « transmission ininterrompue depuis 2500 ans » s’avère quelque peu paradoxale, puisque « nous avons à nous renouveler de fond en comble … chaque zazen doit être un nouveau zazen ». Et d’ailleurs l’histoire même du zen expose de nombreux retours à la Source, des « réformes » pour retrouver Un Essentiel souvent enfoui sous l’accumulation d’un emballage « traditionnel » accessoire. La proposition de Paul Valéry, « Des ancêtres il faut conserver la braise et non la cendre », n’est pas si facile à mettre en œuvre. Dans sa longue course « d’ouest à l’est », le zen ne serait-il pas parvenu à l’efficace dépouillement de la Vision du Soi ? (Cf. la série de douze billets « Objections et réponses », notamment le n° 5).
  3. « Qu’est-ce que zazen et pourquoi faire zazen … à quoi ça sert ? … rester assis sans rien faire … zazen ne sert à rien … il doit être pure expérience, absolue nouveauté, découverte ». Dans un monde littéralement dévoré par le « faire » et l’avidité, déguster l’immobilité, le silence, la joie sans objet, la paix, … du zazen représente sans doute le luxe suprême. La meilleure attitude devant ces questions consiste à faire simplement l’expérience du zazen en n’oubliant jamais ce qu’en a dit Dogen : « La pratique (de zazen) c’est l’éveil, l’éveil c’est la pratique ».
  4. « La posture nous place dans une attitude de totale réceptivité … de parfait équilibre du corps et du psychisme ». La posture – raffinée depuis plus de 2500 ans – est une aide précieuse qu’il serait dommage de négliger. Mais elle ne doit pas être idolâtrée au point de devenir une entrave. Méditez comme vous pouvez/voulez : en lotus ou en demi-lotus sur un zafu, assis sur un banc de méditation ou sur une chaise … Des indications précises sont accessibles ici. Cette posture du corps & mental n’est qu’une utile préparation à celle évoquée en 1. ci-dessus.
  5. Si vous êtes parvenus jusqu’à zazen, malgré l’avalanche de divertissements en tous genres que déversent en continu nos « dissociétés », c’est que vous avez « pris conscience que vous rêvez votre vie au lieu de la vivre, que vous dormez et qu’il faudrait vous réveiller, que la réalité vous échappe dissimulée sous les apparences … que vous ressentez une insatisfaction fondamentale ». La méditation & la Vision du Soi selon Douglas Harding se proposent de vous accompagner sur le chemin de la liberté, du retour en cette « maison » que vous n’avez jamais quittée autrement que par illusion, ignorance, aveuglement. « Je est un autre » – Rimbaud (lettre du 15 mai 1871 à Paul Demeny).
  6. Pour Dogen : « Zazen est affaire de quotidienneté ». « Une préparation pour donner forme et sens à chaque jour de notre vie ». Parvenir à établir ce rythme-là sans pour autant tomber dans l’habitude, la routine … est un vrai défi. Le « moi-je », le corps & mental ne va pas se laisser déposséder de sa primauté sans résister. La Vision du Soi est en mesure de faciliter – simplement, concrètement, joyeusement – cette ascèse.
  7. « Quel être plus nous que nous-mêmes cherchons-nous donc ? Serait-ce le Visage Originel, notre face lisse et sans rides, débarrassée de ses conditionnements, purifiée, libérée ? » C’est peut-être le « Je Suis » central de la carte ci-dessous …

… qui explose instantanément aux dimensions de tout l’univers ?

Le Visage Originel n’est assurément autre que « l’espace vide du sans-tête », la clé du zen & de cet espace d’accueil illimité & inconditionnel que nous sommes, tous, de la paix et de la joie.

Belle & bonne pratique.

Cordialement

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 65 ans, marié, deux fils, un petit-fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.