Le changement … c’est maintenant !

Le projet volte-espace tel qu’exposé le 30 novembre 2012 dans « Pourquoi appliquer la Vision du Soi aux six autres champs du projet Volte & Espace ? » ne m’apporte pas toute la satisfaction escomptée lors de sa création …

Je ne parle pas de satisfaction narcissique ni de satisfaction financière, non, simplement de celle qui provient de la joie du partage en atelier, joie incomparable de contribuer à aider quelqu’un à découvrir sa Véritable Nature d’espace d’accueil illimité et inconditionnel grâce aux outils efficaces de la Vision du Soi selon Douglas Harding.

Si la joie qui a accompagné l’écriture de 628 articles depuis la création de volte-espace demeure intacte – heureusement ! – la précédente fait défaut et me conduit à changer de point de vue.

Puisqu’il semble impossible de prouver par la pratique, par la tenue d’ateliers, qu’Une solution – la Vision du Soi – est susceptible de s’appliquer efficacement à toute l’étendue des champs retenus – et, bien sûr, à toutes les activités humaines sans exception (0) – l’heure est venue de faire des choix et de simplifier mon offre.

Je maintiens bien évidemment l’atelier central, « classique », Vieillir en pleine conscience, et Vision du Soi & Lectures essentielles. Ce choix sera explicité dans un autre article.

Je ne propose plus désormais Vivre Sans Stress, ni Transformation personnelle & Transformation sociale, ni Un corps bien accordé, ni Actualité des valeurs monastiques. Le site volte-espace restera néanmoins structuré par ces différentes rubriques.

Douglas Harding – © Dominica H.

&

Quelques explications concernant ce qui ne sera plus proposé :

« Vivre Sans Stress » constituait pourtant une proposition d’atelier évidente puisque d’une part le livre éponyme de Douglas Harding est édité chez L’Originel Jean-Louis Accarias. Et puisque d’autre part cette agression psycho-somatique généralisée – susceptible d’user et de mettre à mal les individus les plus solides, puis les organisations les mieux structurées – constitue un désastre humain & économique. Il semblait donc qu’il y avait là un « marché » …

Mais ce qui aurait pu arriver de pire, que des DRH et managers de tous bords s’emparent superficiellement de la Vision du Soi, comme ils l’ont fait avec à peu près toutes les autres méthodes disponibles, sans réfléchir le moins du monde à une finalité et à une organisation humaines du travail … n’a heureusement pas eu lieu. Il semblerait que le niveau de souffrances individuelles et de pertes financières permette encore de se contenter de demi-mesures temporaires, de ne pas envisager une transformation radicale …

Ceci dit, après avoir eu l’audace de participer à un atelier « classique » de Vision du Soi et « équipé » du viatique « Vivre Sans Stress » – qu’il faudra quand-même lire attentivement et appliquer avec détermination … – le stress ne sera plus un véritable problème à gérer. Quelques situations de stress régulières seront même les bienvenues pour stimuler le retour au Centre !

&

« Transformation personnelle & Transformation sociale » … vaste programme, au moins autant que « Morts aux cons » !

Là encore, la citation de Patrick Viveret semblait de nature à susciter l’audace de participer à un atelier du Vision du Soi … Las, le ver était dans … la citation ! Il semblerait que notre époque, aussi déboussolée soit-elle devant « L’urgence de la métamorphose », rechigne encore à sauter le pas d’un recours – simple, concret, joyeux, laïque – à l’Esprit. Tout et plus précisément n’importe quoi en périphérie semble préféré à l’évidence du retour au Centre …

Nous sommes donc apparemment condamnés soit à continuer à « faire toujours plus de la même chose », soit à nous contenter de l’ersatz du « développement personnel » – si indécemment prospère aujourd’hui – soit à bien pire : assister impuissants à l’émergence d’inquiétantes « technologies [prétendument] spirituelles«  comme le transhumanisme …

Bref, nous allons vraisemblablement « réussir à échouer », et cela m’inquiète car je suis  assez peu convaincu de la vertu pédagogique des désastres. Je m’en voudrais donc de contribuer à nourrir des espoirs excessifs à l’heure où « cette société lézardée » résonne du bruit des baïonnettes qu’on aiguise  …

La Vision du Soi est assurément beaucoup trop en avance dans ce champ archaïque de la lutte pour le pouvoir et du maintien coûte que coûte de la fausse grandeur. Vous repasserez dans un millénaire ou deux … !

Si des « colibris » ou d’autres artisans de la Transition sont néanmoins intéressés pour découvrir le seul fondement solide indispensable à leurs projets, l’atelier « classique » de Vision du Soi reste à leur disposition.

&

« Un corps bien accordé ». Le travail sur le corps ne s’improvise pas, ni pour soi ni encore moins pour les autres, et se conjugue nécessairement au long cours. Lorsque chaque séance de votre méthode favorite – yoga, tai chi, qi gong, etc … – ne vise pas à « … avoir pour corps l’univers entier… », l’enseignant ne mérite pas votre confiance, vous perdez votre temps et vous vous égarez.

Vous courrez le risque majeur, universellement dénoncé mais si peu entendu, de la fascination par la technique et de l’oubli du sujet qui l’utilise, l’oubli du Je Suis. Le risque de l’illusion de la maîtrise du corps que j’ai – « der Körper den ich habe » de Karlfried Graf Dürckheim ou le « corps-décor » évoqué par Yvan Amar – et de la négligence du corps que je suis, le « Leib der ich bin », la conscience de « corps-univers ».

Notre époque est particulièrement propice à cette confusion entre être et avoir, elle n’arrive même pas à concevoir qu’être ne soit pas un auxiliaire. Cela permet entre autres à de nombreux « escrocs » de s’enrichir en tirant profit de la misère humaine …

L’atelier « classique » de Vision du Soi reste à disposition des pratiquants pour approfondir, voire ré-axer leur propre voie. Je me permets de persister à recommander, en plus des indispensables ouvrages de Blandine Calais-Germain, le travail remarquable proposé par Jacques Dropsy dans « Le corps bien accordé – Un exercice invisible », complété par celui de Yvan Amar dans « La conscience corporelle ».

Bonne pratique – patiente & persévérante – à tous.

&

« Actualité des valeurs monastiques » a suscité quelques demandes d’information que je me permettrai de qualifier de « touristiques » ! Découvrir l’environnement d’un monastère dans le cadre d’un accompagnement à prétention spirituelle … pourquoi pas, ce serait excitant ! Sauf que « tourner autour » n’était pas du tout le propos. L’objectif était d’aller – simplement, concrètement, joyeusement – au Centre, au cœur du projet monastique d’unité – pléonasme ! – qui constitue le sens de la vie de chaque être humain, projet magnifiquement formulé par Bernard Besret :

« Est moine celui qui tend à l’unité en lui-même, à l’unité avec les autres, à l’unité avec la planète qui le porte, à l’unité avec le réel qui le soutient dans l’être. »

La Vision du Soi selon Douglas Harding est certainement l’outil le plus efficace qui soit pour la mise en œuvre de ce « monachisme invisible … profondément ancré dans la tradition … mais complètement libéré des institutions et des idéologies héritées des siècles passés » que Bernard Besret appelait – et appelle sans doute encore – de ses vœux.

N’en croyez pas un traître mot et venez le vérifier dans le cadre d’un atelier « classique » de Vision du Soi, pour sortir enfin de la « clôture » de cette illusion extrêmement dommageable de n’être qu’un « corps & mental ». L’univers deviendra alors votre « monastère », ce qui ne vous empêchera pas de continuez à fréquenter avec bonheur la fondation de votre choix.

&

La simplification ci-dessus confirme, s’il en était encore besoin, que les personnes¹ taraudées par la question « Qui & Que suis-je ? » ne courent pas les rues … Cela ne date pas d’hier :

« La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement, et cependant c’est la plus grande de nos misères. Car c’est cela qui nous empêche principalement de songer à nous, et qui nous fait perdre insensiblement. Sans cela, nous serions dans l’ennui, et cet ennui nous pousserait à chercher un moyen plus solide d’en sortir. Mais le divertissement nous amuse, et nous fait arriver insensiblement à la mort. »

 Blaise Pascal, Pensées  S(ellier) 33


Si le divertissement est l’antichambre de la mort, que doit-on penser de notre modernité qui communie sans discontinuer dans la religion du divertissement ? Énormément de temps, d’argent, d’énergie et d’organisation sont consacrés à maintenir & renforcer une société « aliénée »², une « dissociété »³ ; nous ne sortirons de cette impasse pour parvenir à une société « saine » que grâce au dernier mot de notre devise républicaine, « Fraternité ».

La Vision du Soi selon Douglas Harding nous offre les moyens de cette Fraternité.

 

Cordialement

 

0 – Arnaud Desjardins a écrit, fort justement, que la valeur d’une voie se reconnaît au fait qu’elle « marche », qu’elle s’applique avec efficacité dans tous les domaines de la vie : familiale, professionnelle, sentimentale, sexuelle, …  sans exception aucune. C’est le cas de la Vision du Soi mise au point par Douglas Harding.

Alors oui, l’existence de la Vision du Soi est presque « injuste » … Comment se fait-il qu’un  obscur architecte anglais ait connu la grâce de vivre cette « Vision » et ait ensuite réussi à mettre au point une méthode aussi aboutie pour la transmettre … ? Sont généralement oubliés la situation familiale & la souffrance antérieure, l’intelligence & la sensibilité, la méthode & le travail, l’intensité de la recherche & l’amour du prochain …

Mais maintenant que cette voie existe, pourquoi ne pas s’y engager avec détermination … ? Chacun d’entre nous & le monde en avons désespérément besoin.

Rappel : la Première Personne compte toujours à partir de 0, moyen habile (upaya) de, notamment, transformer les groupes de quatre personnes en groupe de trois … Et également de réduire à néant le concept erroné d’« environnement ». Essayez, vérifiez … n’en croyez pas un traître mot !

¹ – Dans une optique traditionnelle, la « personne » qui ne se pose pas la question « Qui & Que suis-je ? » n’en est justement pas vraiment une de personne … Notre monde si dangereusement surpeuplé ne compte finalement qu’assez peu de véritables personnes. C’est plus que grave, c’est tragique. Mais cela nous renseigne également sur la seule bonne solution …

² – Société « aliénée » et/ou « saine » : en référence au livre d’Erich Fromm : « Société aliénée et société saine – Du capitalisme au socialisme humaniste ; psychanalyse de la société contemporaine ». Il est généralement admis que les « solutions » proposées par l’auteur ne sont pas des plus probantes … et je n’ai guère le temps de relire ce livre pour vérifier !

³ – En référence au livre & concept de « dissociété » inventé & exploré par Jacques Généreux.

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *