Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

Le but, Aurobindo & Aphorismes, Moustaki

« … La raison fut une aide ; la raison est l’entrave … »

Ayant récemment utilisé cette citation lors d’un échange avec un ami, l’idée m’est venue de la développer dans un billet. Voici d’abord la chanson « Aphorismes » de Georges Moustaki, qui clôturait l’album « Les amis de Georges » en 1974 :

Les paroles proviennent d’un texte de Shri Aurobindo [dont j’ignore à peu près tout excepté ce texte], généralement intitulé :

Le But

« Quand nous avons dépassé les savoirs, alors nous avons la Connaissance. La raison fut une aide ; la raison est l’entrave.

Quand nous avons dépassé les velléités, alors nous avons le Pouvoir. L’effort fut une aide ; l’effort est l’entrave.

Quand nous avons dépassé les jouissances, alors nous avons la Béatitude. Le désir fut une aide ; le désir est l’entrave.

Quand nous avons dépassé l’individualisation, alors nous sommes des Personnes réelles. L’ego fut une aide ; l’ego est l’entrave.

Quand nous dépasserons l’humanité, alors nous serons 1’Homme. L’animal fut une aide ; l’animal est l’entrave.

Transforme ta raison en une intuition ordonnée ; que tout en toi soit lumière. Tel est ton but.

Transforme l’effort en un flot égal et souverain de force d’âme ; que tout en toi soit force consciente. Tel est ton but.

Transforme la jouissance en une extase égale et sans objet ; que tout en toi soit félicité. Tel est ton but.

Transforme l’individu divisé en la personnalité cosmique ; que tout en toi soit divin. Tel est ton but.

Transforme l’animal en le conducteur des troupeaux ; que tout en toi soit Krishna. Tel est ton but.

**

Ce que je ne puis faire maintenant est le signe de ce que je ferai plus tard. Le sens de l’impossibilité est le commencement de toutes les possibilités. C’est parce que cet univers temporel était un paradoxe et une impossibilité que l’Éternel l’a créé de Son être.

L’impossibilité est simplement une somme de possibilités plus grandes encore irréalisées. Elle voile une étape plus avancée, un voyage encore inaccompli.

Si tu veux que l’humanité progresse, jette bas toute idée préconçue. Ainsi frappée, la pensée s’éveille et devient créatrice. Sinon elle se fixe dans une répétition mécanique qu’elle confond avec son activité véritable.

Tourner sur son axe n’est pas le seul mouvement pour l’âme humaine. I1 y a aussi la gravitation autour du Soleil d’une illumination inépuisable.

Prends d’abord conscience de toi-même au-dedans, puis pense et agis. Toute pensée vivante est un monde en préparation ; tout acte réel est une pensée manifestée. Le monde matériel existe parce qu’une Idée se mit à jouer dans la conscience divine.

La pensée n’est pas essentielle à l’existence et n’en est pas la cause, mais c’est un instrument pour devenir : je deviens ce que je vois en moi-même. Tout ce que la pensée me suggère, je puis le faire ; tout ce que la pensée révèle en moi, je puis le devenir. Telle devrait être l’inébranlable foi de l’homme en lui-même, car Dieu habite en lui.

Notre tâche n’est pas de toujours répéter ce que l’homme a déjà fait, mais de parvenir à de nouvelles réalisations, à des maîtrises dont nous n’avons pas encore rêvé. Le temps, l’âme et le monde nous sont donnés comme champ d’action ; la vision, l’espoir et l’imagination créatrice nous servent d’inspirateurs ; la volonté, la pensée et le labeur sont nos très efficaces instruments.

Qu’y a-t-il de nouveau que nous ayons à accomplir ?
L’Amour, car jusqu’à présent nous n’avons accompli que la haine et notre propre satisfaction ; la Connaissance, car jusqu’à présent nous ne savons que faire erreur, percevoir et concevoir ; la Félicité, car jusqu’à présent nous n’avons trouvé que le plaisir, la douleur et l’indifférence ; le Pouvoir, car jusqu’à présent nous n’avons accompli que la faiblesse, l’effort et une victoire toujours défaite ; la Vie, car jusqu’à présent nous ne savons que naître, grandir et mourir ; l’Unité, car jusqu’à présent nous n’avons accompli que la guerre et l’association.

En un mot, la divinité : nous refaire à l’image du Divin. »

Traduction de La Mère, dans le fascicule « Aperçus et Pensées » – 1956 – (pages 1-3)

Sri Aurobindo


Un commentaire d’une autre vidéo de la chanson proposait une partie de l’original en anglais :

Aphorisms – Thoughts and Glimpses
The Goal

« When we have passed beyond knowings, then we shall have Knowledge. Reason was the helper ; Reason is the bar.
When we have passed beyond willings, then we shall have Power. Effort was the helper ; Effort is the bar.
When we have passed beyond enjoyings, then we shall have Bliss. Desire was the helper ; Desire is the bar.
When we have passed beyond individualising, then we shall be real Persons. Ego was the helper ; Ego is the bar.
When we have passed beyond humanity, then we shall be the Man. The Animal was the helper ; the Animal is the bar.
Transform reason into ordered intuition ; let all thyself be light. This is thy goal.
Transform effort into an easy and sovereign overflowing of the soul-strength ; let all thyself be conscious force. This is thy goal.
Transform enjoying into an even and objectless ecstasy ; let all thyself be bliss. This is thy goal.
Transform the divided individual into the world-personality ; let all thyself be the divine. This is thy goal.
Transform the Animal into the Driver of the herds ; let all thyself be Krishna. This is thy goal. … »

Collection complète des œuvres de Sri Aurobindo (CWSA)

Je vais me contenter d’écrire quelques mots à propos de ce « je deviens ce que je vois en moi-même ». Ce que je vois – simplement, concrètement, joyeusement -, après avoir retourné mon regard, mon attention, ma conscience … vers moi-même, c’est cet espace d’accueil illimité & inconditionnel en lieu et place de ma tête, initié par « Vision » et dont il est question depuis le tout premier billet de volte-espace. C’est à dire ce que Je Suis vraiment, mon, ton, son, notre … autoportrait, le « Visage Originel » du zen, le Royaume, etc.

Même s’il n’est pas toujours si facile de demeurer centré dans ce « Je Suis » central qui explose instantanément aux dimensions de l’univers, dès la première Vision (du Soi ou Sans Tête, peu importe), « le But » est atteint. Le But est d’ailleurs déjà atteint de toute éternité mais, pour la plupart, nous refusons obstinément de Voir que tel est le cas. Sortez de la répétition, osez quelque chose de radicalement nouveau : la Vision du Soi selon Douglas Harding, à la fois « entrée principale » & « seul espoir ». Vérifiez !


Cordialement

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 65 ans, marié, deux fils, un petit-fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.