« Wo aber Gefahr ist, wächst das Rettende auch » – Hölderlin

« Wo aber Gefahr ist, wächst das Rettende auch. »

Mais dans le danger croît aussi ce qui sauve.HolderlinSignature

C’est avec ce vers célèbre de Hölderlin, extrait de « Patmos » que Jean-Claude Guillebaud conclut son essai « Une autre vie est possible ».

(La traduction ci-dessus me semble préférable à celle qu’il a retenue : « Quand croît le péril, croît aussi ce qui sauve. » Peu importe …)

Dans ce livre, il reprend bien sûr quelques thèmes majeurs de ses ouvrages précédents, et notamment celui qui a été plus longuement développé dans « Le principe d’humanité » (Éditions du Seuil, Points Essais n° 1027, 2001), bien résumé par la citation de Marie Balmary placée en exergue :

« L’humanité n’est pas héréditaire. »

Il rappelle que la monotone et désespérante litanie des indices de l’actualité médiatique, « CAC 40, taux de croissance … d’audience, côte de popularité de monsieur Tartemuche, cours  de l’euro, … » […] « … détournent notre attention des véritables questions : allons-nous ensemble ? Quelle sorte de société voulons-nous construire ? Comment échapper à la violence de tous contre tous ? »

La Vision du Soi de Douglas Harding s’intéresse de très près à cette dernière question, et propose de voir clairement, par quelques expériences d’attention très simples, que :

  • soit nous acceptons et renforçons l’illusion sur nous-même que nous impose la société : individu clos, ancré dans la dualité, en situation de face à face, et donc d’affrontement, de confrontation potentielle avec les autres et l’univers … l’enfer
  • soit nous reconnaissons notre réalité originelle d’espace d’accueil ouvert, donnant instantanément accès à une relation non-duelle avec ces autres et l’univers, et donc à la liberté, la paix, la joie …

Mais si voir cela est véritablement enfantin, s’y établir durablement nécessite évidemment une volonté ferme. Comme l’écrit un peu plus loin J-C. Guillebaud :

« … l’espérance n’est pas seulement reçue, elle est décidée. En nous souvenant des grands « optimistes » de jadis qui ont été capables de faire bouger l’Histoire, il nous incombe aujourd’hui d’être aussi joyeux et aussi déterminés qu’ils l’étaient eux-mêmes. Je sais que nous en sommes capables. »

Douglas Harding était un de ces grands optimistes, et viendra le temps où sa Vision du Soi fera bouger l’histoire. Voir, entre autres non-choses des plus nécessaires et intéressantes, donne aussi « Le goût de l’avenir » et « La force de conviction ».

 

Cordialement

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.