Catégories
1 - Pratique de la Vision du Soi Fondamentaux Vision du Soi

Vision 8 – Sa présence totale était mon absence totale

« … Cela me coupa littéralement le souffle.

C’était comme si j’avais cessé de respirer, absorbé par ce Don :

ce paysage grandiose, intensément rayonnant dans l’air pur, seul et sans support, mystérieusement suspendu dans le vide et – en cela résidait le vrai miracle, l’émerveillement et la joie – absolument libre de « moi », non entaché du moindre observateur.

Sa présence totale était mon absence totale, corps et mental.

Plus léger que l’air, plus transparent que le verre, entièrement libéré de moi-même, je n’étais plus nulle part à la ronde. … »

&

« … It was all, quite literally, breathtaking.

I seemed to stop breathing altogether, absorbed in the Given.

Here it was, this superb scene, brightly shining in the clear air, alone and unsupported, mysteriously suspended in the void, and (and this was the real miracle, the wonder and delight) utterly free of « me », unstained by any observer.

Its total presence was my total absence, body and soul.

Lighter than air, clearer than glass, altogether released from myself, I was nowhere around. … »

&

Les « happy few » lecteurs de volte-espace auront reconnu le troisième paragraphe de « Vision », chapitre initial de « Vivre Sans Tête – Une contribution au zen en occident ». Le désir m’est venu de reprendre, paragraphe par paragraphe, ce texte fondateur en proposant une traduction parfois légèrement différente de celle de Catherine et quelques commentaires. La considération finale de l’ensemble du texte peut conduire à retoucher un peu chaque partie.

Il se pourrait que ce simple & court, dense & inépuisable texte de Douglas Harding « pèse » aussi lourd que l’ensemble de toutes vos autres lectures spirituelles … Il vous donnera peut-être envie de participer à un atelier de Vision du Soi, de transformer le « ouï-dire » en expérience personnelle, les concept en percepts …

&

  • « body and soul » constitue le plus gros problème de ce paragraphe … Les traductions « corps et âme » ou « corps et esprit » nécessiteraient bien des compléments, le recours à « Corps & Âme – Esprit » … Je suis allé au plus simple avec « mental ».
  • la résonance physique de la Vision est aussi immédiate que puissante. Cette « suspension » naturelle du souffle s’avère sans doute moins risquée que des rétentions volontaires dans le cadre d’un « yoga » parfois plus mal que bien compris …
  • « grandiose » m’a semblé plus adapté que « superbe » pour faire correspondre les différents niveaux de « grand » …

 

Cordialement

&

NB : traduction originale de Catherine Harding :

« Tout cela me coupait littéralement le souffle. Il me semblait d’ailleurs que j’avais cessé de respirer, absorbé par Ce-qui-m’était-donné : ce paysage superbe, intensément rayonnant dans la clarté de l’air, solitaire et sans soutien, mystérieusement suspendu dans le vide, et (en cela résidait le vrai miracle, la merveille et le ravissement) totalement exempt de « moi », indépendant de tout observateur. Sa présence totale était mon absence totale, de corps et d’esprit. Plus léger que l’air, plus translucide que le verre, entièrement détaché de moi-même, je n’étais nulle part à la ronde. »

 

 

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 65 ans, marié, deux fils, un petit-fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.