Catégories
1 - Pratique de la Vision du Soi Fondamentaux Vision du Soi

Pour une année légère – Joshin Sensei

Je suis heureux de partager avec vous ce billet – profond & pratique – du blog « Nous asseoir ensemble ». Vous verrez qu’il y est notamment question de « tête »

La situation est pesante en ce moment, alors, allégeons-nous!

2022, …

« Depuis que j’ai abandonné cette petite chose qu’on appelle le moi, je suis empli par l’univers entier … » (0)

Et si on commençait par ouvrir les mains et laisser partir un peu de ce qui nous attache, nous encombre, dans nos placards comme dans nos têtes ; dans nos façons de faire comme dans nos façons de penser …¹

Légère … ; comme l’espace, le vent … une balade, une danse … « Semelles de vent … »²

 Nouvelle année, allégez-vous ! Vous pourriez :

D’abord :

    • vider vos placards et donner la moitié de ce que vous y trouverez comme le dit une dame japonaise, mais on ne s’arrête pas là³
    • décider qu’au moins un jour par semaine vous n’allumerez ni portable ni ordi[nateur]
    • manger moins
    • oublier la viande et l’alcool une semaine sur deux … OK une sur trois ?! (4)

Puis : faire le ménage dans votre tête : qu’y a-t-il que vous pourriez laisser partir … ? (5)

    • par exemple lâcher vos vieilles rancunes, vos colères, votre apitoiement sur vous-même
    • dire pardon, à vous d’abord tout haut, à d’autres sans doute ensuite tout haut ou tout bas

Et : 

    • penser à remercier tous les jours, pour tout ce qui vous a été donné, regardez bien, vous allez trouver tant de choses
    • respirer ou tout au moins vous apercevoir que vous respirez
    • pratiquer le « pausing » au milieu de votre travail, dans le métro, en arrivant chez vous, quand l’irritation monte
    • sourire quand une voiture vous fait une queue de poisson, quand quelqu’un passe devant vous à la poste, quand la dernière place de parking vient d’être prise sous votre nez (6)

Enfin :

    • réussir à mettre zazen régulièrement dans votre quotidien, ce qui fait que toutes les résolutions ci-dessus seront accomplies sans effort
    • vous sentir si bien en étant tellement plus léger que vous vous demanderez pourquoi vous avez tant attendu pour changer votre vie … (7)

Lundi : « Chaque jour est un voyage » dit Basho. Savez-vous voyager léger le voyage de votre vie ?

Joshin Sensei

Montagnes et Forêts du Zen

Cordialement

 

0 – Une belle citation de Musō Soseki. Déjà sur volte-espace sous une forme un peu différente : « Cette toute petite chose … ». Et son auteur apparaît également dans « Le jardin et l’ascèse … ».

En fait « cette petite chose qu’on appelle le moi » on ne l’abandonne véritablement qu’en mourant. Mais, grâce à quelques expériences de Vision du Soi selon Douglas Harding & une « discipline assidue » il est possible d’abandonner dès ici & maintenant la prééminence accordée à ce « je suis humain » tellement périphérique :

La Vision du Soi, c’est être ce « Je Suis » central qui, sitôt réalisé, explose instantanément aux dimensions de l’univers, ce « Rien & Tout », ce « Vide & Plein », ce « Youniverse » … Essayez, vérifiez !

¹ – Et si « ce qui nous attache, nous encombre » était moins ses contenus que notre tête elle-même ? La Vision du Soi (Vision Sans Tête) s’attaque directement à la racine du problème, de tous les problèmes en fait …, en proposant – simplement – d’observer soigneusement ce que nous voyons de nous-même, d’oser dire la vérité à ce propos (« Vision ») et d’en tirer toutes les conclusions : principalement l’asymétrie fondamentale.

N’ayez aucune crainte, ce renversement de perspective ne vous privera ni de « vos façons de penser » ni de « vos façons de faire ». Au contraire, elle remettra en circulation une grande énergie pour, si nécessaire, penser & faire. Essayez, vérifiez !

Un premier geste, facilitant grandement celui consistant à « ouvrir les mains », est peut-être celui-ci :

Essayez, vérifiez !

² – Les « Semelles de vent … » ce sont bien sûr celles de Rimbaud, ainsi que Verlaine l’aurait surnommé. Est-ce qu’avec son sublime « Je est un autre », le poète – « maudit par les puissances de la terre » – voyait clairement que le « je » ne se réduit pas au « je suis humain » périphérique ? Que le véritable « je » relève plus du « Je Suis » … ?

Vêtu d’espace, comme les moines jaïns digambara … ou, plus sobrement, comme les amis de la Vision du Soi !

Une danse, et peut-être plus précisément : une « ronde ».

³ – La « dame japonaise » c’est Marie Kondo. Mais, en dépit de tous ses bons conseils, ranger est peut-être encore plus difficile que méditer quotidiennement !

4 – « Manger moins », mieux et plus végétarien, ce n’est pas nécessairement si compliqué. Quelques pistes :

5 – « Qu’y a-t-il que vous pourriez laisser partir … ? » Mais votre tête toute entière pardi ! En réalité, pour vous même, dans l’évidence de l’instant présent, sans faire appel ni à la mémoire ni à l’imagination … elle n’est déjà plus là ! Si subjectivement vous la voyez ailleurs que dans un miroir – ou un objet en faisant fonction, alors il s’agit d’une hallucination. Mais vérifiez donc !

« Que voulez-vous donc tant chercher auprès d’autrui ? Aveugles qui vous mettez une tête sur la tête !« 

Lin-Tsi

« Entretiens »

2° Partie, « Instructions collectives, 21 – a »

Se limiter à « faire le ménage dans votre tête » risque de vous prendre deux ou trois … décennies, sans la moindre garantie de résultat ! « Life is short, eat dessert first ! » – La vie est courte, l’urgence est là, mangez le dessert en premier : vivez sans tête !

De toute façon, comme l’a écrit feu John Toler : « il ne peut y avoir de Zen sans l’espace vide du “sans tête”. »

Toutefois, il ne serait pas inutile de « laisser partir » les « dix croyances du chercheur spirituel »

6 – Remercier, oui. Enclencher le sentiment de gratitude et ne plus jamais s’en départir : cette attitude est d’une incomparable efficacité. Respirer, oui : pourquoi pas ainsi ? Sourire, oui bien sûr : quel meilleur moyen de détendre le visage d’abord, tout l’espace du crâne  ensuite et descendre enfin cette détente dans tout le corps, soigneusement, consciemment ?

Mais pratiquer le « pausing » … rien que le nom ne me plaît pas trop ! Pourquoi ne pas plutôt faire une pause, se reposer, constater que sa tête est déjà bel et bien déposée ? La Vision du Soi permet – simplement, concrètement, joyeusement – de pratiquer la méditation sur n’importe quelle place de marché : sa seule règle, l’asymétrie, permet – partout & tout le temps – d’être espace d’accueil central, illimité & inconditionnel, pour tout problème & désagrément périphérique. Essayez, vérifiez !

7 – Tous ceux qui pratiquent savent que « zazen est affaire de quotidienneté ». Et je persiste à les encourager à « continuer zazen« .

Mais pourquoi donc, pourrait-on se demander, puisque je ne cesse de vanter l’exceptionnelle efficacité de la Vision du Soi ?

Il me semble que la réponse se trouve dans ces justes paroles de K. G. Dürckheim : « les deux vont de pair » … la séance de méditation « formelle » matinale & la méditation continue tout au long de la journée. Les deux se renforcent mutuellement, chacune aidant l’autre à devenir de plus en plus naturelle, aisée, constante … « légère ».

« C’était une attention nue, sans jugement, à une réalité qui n’avait pas cessé de me « dévisager » : mon absence totale de visage. Bref, tout cela était parfaitement simple, ordinaire et direct, au-delà du raisonnement, de la pensée, et des mots. En dehors de l’expérience elle-même ne surgissait aucune question, aucune référence, seulement la paix, la joie sereine, et la sensation d’avoir laissé tomber un insupportable fardeau. »

Ce pesant fardeau d’un moi prétendument central, pour ne pas dire exclusif, la Vision du Soi& la méditation dans l’esprit du zen peuvent vous aider à le déposer, pour de bon. Mais vous êtes seul à pouvoir vouloir le faire … Ayez cette audace : en cette vie, c’est la seule aventure qui vaille !

 

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.