Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

Une fêlure en toute chose … – Leonard Cohen

Leonard Cohen a quitté ce monde, mais il nous a légué d’admirables chansons (0), notamment cet « Hymne » :

Pourquoi vous le proposer maintenant … ? Pourquoi exhumer cette chanson de l’album « The Future » sorti en 1992 ? Et bien figurez-vous que j’ai eu récemment l’occasion de faire, une fois de plus, la promotion de, au choix et dans la chronologie la plus vraisemblable :

  • ce bon mot de Groucho Marx : « Blessed are the craked for they shall let in the light. »
  • cette « béatitude » de Michel Audiard : « Bienheureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière. »¹
  • cet extrait du refrain de la chanson : « There is a crack in everything That’s how the light gets in ». « Une fissure/fêlure est en toute chose C’est ainsi qu’entre la lumière ».²

Si, par malheur, vous êtes « parfait », d’un seul bloc, droit dans vos bottes, pur, solide comme un roc, entier, clos, fermé, emmuré dans quelque sorte de matrice, … alors il n’y a quasiment aucune chance que la « lumière » entre, aucune possibilité de « nouvelle naissance » … C’est assurément un peu raide à entendre, comme toute loi.

Si vous abordez « raisonnablement » la Vision du Soi selon Douglas Harding, en pesant sérieusement le pour et le contre, en comparant, évaluant, soupesant, … les avantages et les inconvénients de cette voie par rapport aux voies considérées comme « traditionnelles », ça ne marchera, à mon humble avis, jamais.

Si vous voulez vraiment « passer sur l’autre rive », il vous est indispensable de faire preuve d’une audace … déraisonnable, d’être suffisamment et d’une manière ou d’une autre « félé »³. En quelque sorte : en dehors de la fêlure point de salut ! Surtout n’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez !

&

« The birds they sang
At the break of day
Start again
I heard them say
Don’t dwell on what
Has passed away
Or what is yet to be (4)

The wars they will
Be fought again
The holy dove
Be caught again
Bought and sold
And bought again
The dove is never free (5)

Ring the bells that still can ring
Forget your perfect offering
There is a crack in everything
That’s how the light gets in

We asked for signs
The signs were sent
The birth betrayed
The marriage spent
The widowhood
Of every government
Signs for all to see

Can’t run no more
With the lawless crowd
While the killers in high places
Say their prayers out loud
But they’ve summoned up
A thundercloud
And they’re going to hear from me (6)

Ring the bells that still can ring
Forget your perfect offering
There is a crack in everything
That’s how the light gets in

You can add up the parts
But you won’t have the sum
You can strike up the march
There is no drum
Every heart
To love will come
But like a refugee (7)

Ring the bells that still can ring
Forget your perfect offering
There is a crack in everything
That’s how the light gets in. »

Leonard Cohen

« Les oiseaux ont chanté
Au lever du jour
Recommence
Les entendais-je dire
Ne t’attarde pas
Sur ce qui est mort
Ou ce qui doit advenir

De nouvelles guerres
Seront menées
La colombe sacrée
Sera recapturée
Achetée et vendue
Et rachetée encore
La colombe n’est jamais libre

Sonne les cloches qui peuvent encore l’être
Oublie ton parfait cadeau
Une fissure est en toute chose
C’est ainsi qu’entre la lumière

Nous avons requis des signes
On nous a adressé ces signes
La naissance trahie
Le mariage consommé
Le veuvage
De chaque gouvernement
Signes que tous peuvent voir

Je ne peux plus courir
Avec la foule anarchique
Tandis que les tueurs haut placés
Disent leurs prières à voix haute
Mais ils ont évoqué
Les nuages noirs
Ils vont entendre parler de moi

Sonne les cloches qui peuvent encore l’être
Oublie ton parfait cadeau
Toute chose a une fissure
C’est ainsi qu’entre la lumière

Tu as beau additionner les pièces
Mais tu n’arriveras pas à la somme
Tu as beau entonner une marche
Il n’y a pas de percussion
Tout cœur
À l’amour viendra
Mais tel un réfugié

Sonne les cloches qui peuvent encore l’être
Oublie ton parfait cadeau
Une fissure est en toute chose
C’est ainsi qu’entre la lumière » (8)

&

Plus d’information sur la naissance de cet « Hymne » universel & intemporel dans cet article de « The Globe and Mail » :

« A touchstone for troubled times, Leonard Cohen’s Anthem took its own sweet time to happen »

« … Inspired by Kabbalistic mysticism, the song preaches the acceptance of imperfection. … »

« There’s not a line in it that I couldn’t defend » Cohen said in another interview.

« I think it is one of the best songs I have written, maybe the best » the songwriter told music critic Robert Hilburn in 1995. « I knew that song was everything that my whole work and life had somehow gathered around. It is absolutely true to me. »

 

Cordialement

0 – Donc Leonard Cohen est en réalité vivant dans les très nombreuses reprises de ses chansons par divers artistes, tout comme  dans l’écoute amoureuse d’innombrables fans, dont je fais partie. Aux 1500 reprises indiquées ici continueront longtemps de s’en ajouter de nouvelles.

Je (re)précise que j’apprécie les poèmes & musiques de Leonard Cohen depuis fort longtemps, bien avant de savoir que cet homme étonnant faisait lui aussi partie de la petite communauté des êtres « en recherche »

Volte-espace propose une étiquette Leonard Cohen. Et la liste des billets consacrés à cet homme remarquable va sans doute s’allonger :

  • parce que d’une part je l’apprécie de plus en plus (en vieillissant …) , et qu’il est parfois reproché (gentiment …) à volte-espace d’être un peu trop sérieux, pas assez « fun » … Mais je ne suis pas sur que les chansons de Leonard Cohen rétablissent le niveau de « fun » souhaité … !
  • parce que d’autre part je viens de me procurer un exemplaire de « Leonard Cohen et son Dieu » de Dominique Cerbelaud aux éditions Les Impressions Nouvelles, 2018, dont nous reparlerons à l’occasion.

¹ – Cette « béatitude »  est évoquée par Marie Balmary dans sa contribution, « Fragilités, condition de la parole selon la Bible et la psychanalyse » à l’ouvrage collectif « La fragilité, faiblesse ou richesse ? » :

« Un humoriste, auteurs de dialogues de films qui nous font rire toujours, a inventé une béatitude qui me paraît bien dans la ligne des autres : “Bienheureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière”, a dit Michel Audiard. Cela peut évoquer beaucoup de choses, une coquille qui casse, une lumière qui passe, et puis la coquille d’à côté qui va se fêler elle aussi … »

² – Peut-être que « everyone » conviendrait mieux … ? Ou alors faut-il considérer que sans cette « lumière » je ne suis pas encore « quelqu’un », seulement « quelque chose » … ?

³ – Ce qualificatif de « félé », ne vous conviendra peut-être pas … Pourtant un grain de « folie », voire beaucoup plus, est indispensable à la naissance d’une sagesse certaine. Comme l’a si bien écrit William Blake :

“If the fool would persist in his folly he would become wise. ”

« Félé » … pour ne plus supporter le statu-quo et le mensonge, pour ne plus se contenter de si peu, pour commencer une recherche de plénitude & liberté, pour la poursuivre jusqu’à « trouver » … Toute fêlure est bénédiction.

4 – « Recommence … » Ne perds pas ton temps avec le passé et avec le futur, sois tout entier dans l’émerveillement du présent, dans ta véritable nature d’espace d’accueil illimité & inconditionnel, centre de la carte ci-dessous … qui explose aux dimensions de tout l’univers. Pratique assidûment« Recommence … »

5 – L’ambiance de l’album « The future » n’est pas des plus joyeuses :

« I have seen the future Baby It’s murder« 

Les guerres continuent, dans la Haut-Karabakh, au Yémen et ailleurs, et donc les prétendus « humains » persistent à errer dans le désert de la violence. Mais, si les colombes sont toujours les proies des faucons, peut-être que « the Holy Dove » conserve sa liberté, que « l’Esprit souffle où il veut » … qui sait ?

6 – Pour faire le lien avec Gautam Navlakha, le journaliste et défenseur des droits de l’homme évoqué plus haut dans l’article du Globe and Mail, et l’actualité indienne, de plus en plus sinistre sous le gouvernement de N. Modi, « killer in high place » :

« An ‘Anthem’ for Our Troubled Times »

« In a world as narrowly fragmented and narcissistic as ours, “Anthem” is a reminder of all that we are losing. Or perhaps have lost already. Cohen’s lyrics speak to us not only about the sheer despair of the situation at hand, but of the small chinks in that seemingly impregnable armour of darkness. »

7 – J’imagine que vous voyez des images de ces réfugiés qui arrivent des quatre coins du monde aux frontières de l’Europe … Ils sont en général fatigués, épuisés, démunis, … Puisque de toute façon vous parviendrez à l’amour, au pire sur votre lit de mort, pourquoi ne pas y venir dès maintenant, au mieux de votre forme et de vos ressources ? La Vision du Soi selon Douglas Harding vous assure de parvenir au but … de tous les chemins. « La vie est courte, mangez le dessert en premier ! » Essayez, vérifiez !

8 – Traduction française rapidement copiée sur le wouèbe et qui pourrait être facilement améliorée.

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.