Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

Covid-19 : la recette de tisane de Christophe Bernard

Un (superbe !) billet donnait déjà toutes les clés, même celles dont on croyait ne pas avoir besoin : « Althéa Provence – Spécial coronavirus ». Mais soyons bien clairs : il ne s’agissait pas et il ne s’agit toujours pas de prétendre guérir un Covid-19 bien installé, mais juste de tenter de le prévenir. « Big Pharma » déteste ce dernier verbe, parce qu’il risque de lui faire perdre beaucoup d’argent. Une raison supplémentaire pour essayer & adopter la tisane !

Cependant certains des happy few lecteurs de volte-espace m’ont réclamé une recette simple (0) … La voici, recopiée dans la 1° lettre de confinement de Christophe Bernard en date du 20 mars 2020 :

« … En attendant¹, je me repose sur les plantes de ma tradition (exception : les épices). Ce sont elles qui ont porté l’homme pendant des millénaires en période d’épidémie. Fonctionnent-elles dans le contexte du covid-19 ? Je pense mais je n’en suis pas certain. N’y a-t-il pas un risque d’aggravation du fameux « orage cytokinique » ? Je ne pense pas, mais au final, soyons clairs, je n’ai aucune certitude.²

En attendant, chez moi, je prépare tous les jours des litres d’infusion pour 3 générations. Chacun a pour instruction de boire 3 tasses par jour. … Mes formulations varient au jour le jour, mais elles contiennent :

      • Du thym fraîchement cueilli, car j’en ai dans ma région, et il est en train de fleurir (anti-infectieux et protecteur des bronches)
      • Des feuilles de laurier car j’ai plusieurs grands arbres à portée (anti-infectieux et protecteur des bronches)
      • Des fleurs de sureau, incontournables pour toute infection hivernale
      • Du gingembre frais, pour son effet réchauffant, circulatoire et stimulant de l’immunité
      • Un peu de réglisse en poudre, pour le goût, et aussi pour ses propriétés pulmonaires
      • Un peu de cardamome ou cannelle pour le goût et pour rester sur une note épicée

C’est ma routine du matin. Je pars couper ces plantes, je prépare l’infusion dans de grands bocaux³. Ensuite je remplis des thermos pour tout le monde et je fais circuler. C’est tout. Pas de recette miracle. On mange bien, on s’aère, on se couche tôt, et on essaie de passer du bon temps (4). Et l’hygiène bien sûr que je ne vais pas évoquer ici car tout le monde en parle.

Lorsque la société autour de moi perd ses repères, j’aime bien m’ancrer dans la tradition et la simplicité. Ça vaut ce que ça vaut.(5) Mais ça correspond à ma manière d’aborder la vie aujourd’hui. Bon courage et à la semaine prochaine. »

Christophe

Cordialement

 

0 – Ils ont raison, mais rappelons-nous la mise en garde de Paul Valéry : « Ce qui est simple est faux, ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Donc voici une recette simple, utilisable, qui ne dispense pas de s’informer, voire de se former, sur la somme d’observations et d’expérimentations qui la sous-tend. Sur la science des simples.

¹ – « En attendant … » quoi ? La disparition du Covid-19, de ses nombreux variants et de leurs innombrables cousins ? La fin du confinement ou celle du début de la vaccination ? Le changement radical de société qui mettra fin à « la fabrique des pandémies » ? L’effondrement économique & social & politique ?

Combien de dizaines de milliers de litres de cette tisane ont bien pu être préparées & dégustées depuis le 20 mars 2020 ?

² – « Je pense mais je n’en suis pas certain. … Je ne pense pas, mais … je n’ai aucune certitude. » Assurément nous n’avons là affaire ni à un homme politique ni à un scientiste ! Sa prudence et son honnêteté nous incitent à mener à bien nos propres observations. A adapter sa recette à notre situation, nos besoins, nos goûts.

³ – Trois tasses par jour (minimum) pour plusieurs personnes, ça commence à faire du volume, et les plantes ont besoin de place pour « s’exprimer » : d’où les ustensiles suffisamment grands. Cf. aussi :

4 – « Pas de recette miracle » … ! Presque :

  • bien manger : comme disait Pierre Rabhi, la plupart du temps on devrait se souhaiter « bonne chance » au lieu de « bon appétit » ! Quand tous les autres émonctoires sont saturés du fait de la « malbouffe », les poumons finissent eux aussi par être affaiblis.
  • s’aérer : le « développement » a transformé les couches basses (enfin, pas si basses que cela, comme peuvent le constater tous ceux qui vont en altitude) de l’atmosphère en … poison, en concentré de particules en tous genres qui pénètrent loin au fond de nos petits … poumons. Covid ⇔ poumons !
  • se coucher tôt  : ne pas être complice du « mal » ! Permettre à son corps de se régénérer en profondeur. Il paraîtrait que les heures avant minuit comptent double …
  • passer du bon temps : ensemble, échanger, partager, … Loin des « zécrans » !

5 – Notre (dis)société a effectivement perdu ses repères en faisant passer l’argent avant le bien commun. Elle mène une « guerre » contre une pandémie qu’elle a pourtant soigneusement construite depuis des décennies. Une « guerre » qui risque fort de se transformer en « étrange défaite » en raison de choix discutables qui, bien entendu, vont à rebours de « la tradition et de la simplicité ». Qui vont toujours dans le même sens en fait : « business as usual ».

Ce « ça vaut ce que ça vaut »  s’inscrit à mon humble avis dans la lignée de « Small is beautifull » et vaut de l’or :

Merci Monsieur Bernard.

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.