Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

Fêlures et lumières de Leonard Cohen – Jean-Luc Porquet

« 

« Une seule chose à faire :

s’éveiller et aider les autres à faire de même. »

&

« Fêlures et lumières de Leonard Cohen » : un bel hommage de Jean-Luc Porquet, à l’occasion de la parution de la traduction française de la biographie de Leonard Cohen par Sylvie Simmons :

« I am your man – La vie de Leonard Cohen ».

Cordialement

 

Volte-espace propose une étiquette Cohen Leonard. Avec quelques chansons : vérifiez donc par vous-mêmes à quel point elles sont « vraies ». A quel point le temps respecte ce qui est fait – soigneusement – avec lui.

Dommage que Leonard n’ait pas eu l’occasion « d’essayer » la Vision du Soi selon Douglas Harding … Il l’aurait assurément adoptée et ça nous aurait valu quelques belles chansons supplémentaires ! Peut-être même une reprise du « Douglas Traherne Harding Song » avec sa « golden voice », qui sait ?

Et surtout, surtout, ça lui aurait évité cette triste perspective de la « grande défaite inévitable » … Bref, il semblerait que comme de trop nombreux chercheurs spirituels Leonard a tout essayé SAUF la Vision du Soi, « l’entrée principale » ! Dommage, mais il nous reste ses magnifiques chansons, poèmes, textes, dessins, … Leonard est vivant !

&

Le monde caché de Leonard Cohen, en compagnie de sa biographe Sylvie Simmons

Sylvie Simmons. I’m Your Man. La vie de Leonard Cohen.

&

NB : cette traduction date de 2018 … Je suis en train de faire le tri de vieux brouillons de billets en souffrance dans les soutes de volte-espace : ne vous étonnez donc pas des éventuels décalages temporels ! Vous savez bien que ce qui m’intéresse ici est totalement inactuel.

 

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.