The Hidden Gospel – 38 ans après …

Je travaille actuellement à la traduction d’un texte de Douglas Harding, « The Hidden Gospel – Games for the Kingdom », datant de 1974. D’où un peu moins d’articles sur ce site, mais rassurez-vous, c’est reparti !

Ce texte est un manuel d’atelier de vision du Soi, un peu particulier en ce sens qu’il est centré sur l’expérimentation du Royaume … des cieux, ou des ciels lorsque l’on se réfère à l’excellente traduction d’André Chouraqui.

Douglas, fidèle à la tradition de pragmatisme attribuée aux anglais, laisse de coté les deux attitudes majoritaires devant les textes, qui constituent un même processus de refoulement pour ne pas entendre ce qu’ils ont à nous dire  :

  • soit les rejeter en bloc comme un fatras incompréhensible, souvent sans même les avoir ouverts
  • soit les rabâcher avec une révérence excessive, sans aucune tentative sérieuse d’appropriation personnelle

Et il décide tester les paroles attribuées à Jésus, dans le Nouveau Testament et l’évangile de Thomas, en utilisant la pierre d’achoppement de l’expérience, via ses nombreux dispositifs d’attention à ce qui est.

Expériences de jardin d’enfant … ? Oui, et fort justement puisque :

« Amen, je vous dis : si vous ne retournez et ne devenez comme de petits enfants, vous n’entrerez pas au royaume des ciels. »

Matthieu 18.3 , Traduction d’André Chouraqui

(Remarquons au passage que la TOB est nettement moins précise en proposant le verbe « changer » au lieu de « tourner, se retourner ».)

 

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, peu de temps après avoir programmé un atelier Vision du Soi & Évangile de Thomas au Domaine du Taillé les 19 et 20 octobre 2013, Richard Lang m’informa de la disponibilité sur son site d’un nouvel e-book de Douglas, The Hidden Gospel.

1974 – 2012 : 38 ans … 

Dans « Nous irons tous au Paradis », Marie Balmary s’intéresse de très près (je ne résiste pas à la tentation d’écrire : elle a trouvé un bel « os » et elle ne le lâche pas avant d’en avoir extrait toute la moelle)  à cette durée, qui correspond :

  • au temps passé par l’infirme au bord de la piscine de Bethesda (Jean 5,5)

  • au temps passé par les Hébreux dans le désert lors de la sortie d’Égypte (Deutéronome 2,14)
  •  au nombre de semaines d’aménorrhée qui permettent de considérer qu’une grossesse est à terme …

Bref à un temps de gestation, au temps nécessaire pour que celui qui veut vraiment guérir, devenir entier, Un, accepte de lâcher-prise, de baisser sa garde, de déposer les armes, …

Est-ce que le temps est venu pour que l’exceptionnelle méthode de la Vision du Soi selon Douglas Harding contribue enfin à la guérison, sinon du monde, du moins des hommes de bonne volonté ? Est-ce que les soi-disant « adultes » commenceraient à envisager de se retourner et de devenir comme de petits enfants, plutôt que de continuer à se comporter comme des « singes en colère » ?

Quand j’écoute et regarde les actualités, ce n’est pas encore très manifeste … Mais je l’espère, je le crois, je m’y emploie dans les ateliers que je propose.

Cordialement

 

by-nc-sa

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles, Evangile de Jean, Evangile de Thomas and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *