L’évolution spirituelle, Sagesse à l’horizon … – Les Amis de l’Ami

« L’évolution spirituelle, Sagesse à l’horizon … » a été publié le 18 novembre 2014 sur le blog Les Amis de l’Ami, consacré à l’enseignement d’Yvan Amar.

Quelques questions bien dérangeantes pour commencer, une superbe photographie ensuite, et une histoire amusante & instructive pour finir, qu’il est possible de lire de bien des façons.

« Faire des stages, participer à des séminaires, s’asseoir auprès de sages, méditer des heures … accélérerait le processus d’évolution personnel ? est-ce notre croyance ?

Avoir l’impression de développer davantage nos capacités, d’avancer plus vite, d’approcher du but sur un chemin sans fin, cela met en évidence une méconnaissance de l’évolution spirituelle, une méconnaissance des lois qui font que sur terre, c’est au travers de l’expérience qu’un peu de connaissance est acquis.

L’appropriation mentale de toutes les expériences qui jalonnent notre vie (et vraisemblablement toutes nos vies successives ), c’est une chose.

Aller de reconnaissance en reconnaissance … est fort différent.

S’asseoir près d’un sage pour être près de soi

ou

S’asseoir près d’un sage pour prendre, puis s’asseoir auprès d’un autre, le mental bien nourri d’informations…

Posons nous la question :

Combien d’amis avons nous fréquentés qui allant de stage en stage, sont devenus plus aimants ?

Que vivons-nous vraiment ? Que voulons-nous ?

Poursuivre notre quête, ainsi, concourt-il à “l’intérêt” de tous, à faire grandir la Conscience ?

Certains se rappelleront Yvan plaisantant sur le thème du “gourou-shopping”.

L’évolution c’est chaque jour,

les occasions de travail, les expériences qui y sont liées se présentent chaque jour,

la façon dont nous les vivons,

la conscience de ce que nous sommes, aujourd’hui,

l’expérience qu’on ne grandit pas seul,

Cela est-il présent ?

Stagesse ou sagesse ? »

 

Yvan Amar & Douglas Harding

 

« Que cachent nos élans d’amour ?

Rûmî raconte qu’un épicier aimait ardemment une femme et lui transmettait des messages par l’intermédiaire d’une servante.

Il demanda à sa servante de dire à sa maîtresse qu’elle était l’étoile de sa nuit, le soleil de ses jours, l’oasis de son désert.

La servante l’écouta, puis elle vient auprès de sa maîtresse et lui dit :

–      L’épicier te salue. Il veut coucher avec toi.

–      Il l’a dit aussi froidement ? demanda la femme.

–      Non, il a raconté de très longues histoires. Mais l’essentiel, c’était ça. »

 

Cordialement

 

NB : l’article consacré au recueil d’aphorismes d’Yvan Amar « Les nourritures silencieuses » expose quelques liens entre cet homme remarquable trop tôt disparu et Douglas Harding.

Concernant la « stagesse » si vous jetez un œil de temps à autre sur volte-espace vous savez déjà où ne pas aller …

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale, Uncategorized and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *