Beauté si ancienne et si nouvelle … – St-Augustin

« Je t’ai aimée bien tard, Beauté si ancienne et si nouvelle, je t’ai aimée bien tard !

Mais voilà : tu étais au-dedans de moi quand j’étais au dehors, et c’est dehors que je te cherchais.

Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi.

Elles me retenaient loin de toi, ces choses qui n’existeraient pas si elles n’existaient en toi.

Tu m’as appelé, tu as crié, tu as vaincu ma surdité ; tu as brillé, tu as resplendi, et tu as dissipé mon aveuglement ; tu as répandu ton parfum, je l’ai respiré et je soupire maintenant pour toi ; je t’ai goûtée, et j’ai faim et soif de toi ; tu m’as touché et je me suis enflammé pour obtenir la paix qui est en toi. »

Saint-Augustin

« Confessions, 10.27″

st_augustin

Lorsque j’ai rencontré mon ami Alain Bayod, qui venait lui même tout juste de rencontrer Douglas Harding et la Vision du Soi, il répétait très souvent les cinq premières lignes du texte ci-dessus.

J’avoue qu’au départ cet « aveu » d’un enseignant de yoga & « apprenti-disciple »¹ d’Arnaud Desjardins de très longue date m’avait quelque peu déstabilisé. Je venais en effet à Ardenne pour requérir l’aide précieuse d’un expert – chaudement recommandé par une personne de confiance – … et je tombais sur un homme profondément honnête, reconnaissant qu’il venait tout juste de « piger le truc » !

Et puis, à mon tour, j’ai non pas compris mais, tout simplement vu ce dont il était question². Et, même si rien « n’a brillé ni resplendi », mon « aveuglement » a été effectivement « dissipé » lorsque quelques expériences m’ont permis de réaliser que mon véritable autoportrait était celui-ci :

CarteDouglas1

Sachez qu’aucun de vous n’est condamné, comme St-Augustin, Alain Bayod ou moi-même – et vraisemblablement bien d’autres – à une découverte tardive de cette « Beauté si ancienne et si nouvelle ».

L’expérience est possible – rapidement, simplement, concrètement, joyeusement – dans un atelier de Vision du Soi. Certes, l’intégration de l’expérience demandera ensuite un peu de temps et d’attention. Mais ne croyez surtout pas un traître mot de tout ce qui précède, ne vous contentez surtout pas de lire à propos des expériences, non, ayez l’audace de participer à un atelier, ayez l’audace de vérifier à votre tour si « les experts ont bien pigé le truc ».

Cordialement

¹ – Je reprends avec cet « apprenti-disciple » la formulation traditionnelle de Svamiji. Je ne sais pas si Alain serait d’accord avec la proposition suivante, mais pour ma part je considère que la Vision du Soi selon Douglas Harding m’a fait passer – radicalement – du stade d’apprenti à celui de disciple. Disciple du « Grand », de ma Vraie Nature, … disciple de Ce Que Je Suis en vérité.

² – Cf. mon Témoignage.

NB : lundi dernier, au moment où je décidais de faire un article à partir de cette citation – alors que je la relisais en exergue du n° 31 de la splendide revue Sources pour une vie reliée – Alain mettait en ligne sur son blog … le même texte ! En dépit de son grand âge … Alain garde toujours une longueur d’avance ! Une belle synchronicité pour une non moins belle amitié.

Pour aller plus loin, ce site consacré aux Pères de l’Église et le site de l’Abbaye Saint-Benoît de Port-Valais.

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.