L’emplacement secret des passages – Christiane Singer

Étrange et puissant récit, vraiment, que « La guerre des filles »¹ de Christiane Singer.

La présentation de l’édition de poche précise : cette « fiction située dans les brumes de la Bohême du 8° siècle nous renvoie à nous-mêmes en mettant en relief l’interdépendance du devenir de notre espèce et de l’équilibre écologique. Les humains parviendront-ils à s’accorder à la fois entre eux et avec la nature ? Ou bien continueront-ils à s’entre-tuer et à la piller, comme si l’équilibre qui émane d’elle était une donnée inépuisable² ? »

Si ce sujet est d’une actualité de plus en plus « brûlante », Christiane Singer ne nous propose pas une thèse écologique ; il s’agit bien là d’abord d’un roman de haute intensité, riche de personnages hauts en couleurs, femmes et hommes, roi et bouffon, sages et violents, … sur un fond de nature exubérante et, apparemment, indifférente à la folie des humains. Un beau texte à lire, et relire.

SingerJeune
Christiane Singer

« Ils nous veulent ici pour nous garder à vue. Ils finiront par murer les issues pour qu’aucune de nous ne leur échappe, et ils feront tant et si bien que personne bientôt ne connaîtra plus l’emplacement secret des passages³.

Naîtront alors des hommes et des femmes corvéables à merci qui ne sauront plus leur double appartenance. Des vies s’agglutineront comme larves autour de la seule réalité permise. Ils sont venus, ceux qui veulent l’ordre – et la guerre qu’ils nous ont déclarée, c’est à la nuit, à l’instinct, à la nature et aux dieux qu’ils vont aussi la livrer. Ils ont compris que quiconque détient les clefs des deux mondes ne sera jamais ni sujet ni esclave. »

Olga, femme-chamane, qui accompagne Vlasta

« Le monde est noir comme à l’intérieur d’une outre, et vous vous félicitez de n’être plus distraits par la complexité des choses. Le monde est devenu silencieux comme au fond d’une cave, et vous vous réjouissez d’entendre si clairement les ordres que vous vous donnez les uns aux autres. Comment l’appelez-vous, ce monstre que vous êtes en train de bâtir sur les débris de l’amour et de la nature ? Comment dites-vous ? La Cité ? »

Kosma, vieux et sage conseiller du roi

&

Ce roman propose également les prémices d’une réflexion qu’on retrouve dans la plupart des textes de Christiane Singer et qui deviendra plus tard « Du bon usage des crises » :

« Ne crains pas de boire la tasse et de couler à pic. Celle qui veut esquiver la défaite restera à la surface des choses et ne naîtra jamais. »

La vieille guérisseuse, Barbora

&

Et on y trouve aussi de pertinentes réflexions sur la guerre :

« Redoutez la guerre, mes sœurs ! Redoutez-là, car elle rend semblable ce qui est différent. Le pire n’est pas le sang qu’elle fait couler mais les métamorphoses qu’elle opère. Craignez de vous retrouver, les armes à la main et la haine au ventre, identiques en tous points à ceux que vous combattiez ! »

La reine, Libussa

 

Cordialement

 

¹ – Albin Michel 1981 – Livre de Poche n° 5691

² – Il n’est donc pas étonnant que l’écologie piétine depuis plus d’un demi-siècle, que les rapports du GIEC soient pris à la légère, que les « négociations » sur le climat ont jusqu’ici généralement accouché de « souris » … Est-ce que ce sera aussi le sort de la COP 21, ce Paris Climat 2015 dont la France s’enorgueillit sans vraiment en mesurer la portée ?

C’est réellement d’une question de civilisation qu’il s’agit, ancrée très en amont dans l’histoire et, sans doute, épigénétiquement, c’est à dire très profondément dans la substance humaine. Il est donc fort probable que le train du « progrès » soit « Unstoppable » et que l’humanité doive traverser de fortes tribulations.

³ – La Vision du Soi selon Douglas Harding peut, à sa façon, vous permettre de retrouver « l’emplacement secret des passages ». « Secret » parce qu’évident et totalement négligé. Mais n’en croyez pas un traître mot, essayez !

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *