Catégories
1 - Pratique de la Vision du Soi Fondamentaux Vision du Soi

Wish you were here – Pink Floyd & Birds on a wire

Meilleurs vœux 2022

Les vœux volte-espace 2021 – Je (ne) vous souhaite (pas) une bonne année ! – exprimaient l’essentiel de ce que signifie cette coutume dans le contexte du partage de la Vision du Soi selon Douglas Harding. N’hésitez donc pas à les relire ! (0)

Mais la logique de ce blog consistant à proposer – irrégulièrement – quelques nouveaux billets, je vous invite en ce début d’année à déguster « Wish you were here » des Pink Floyd, dans cette reprise live par « Birds on a Wire » (Rosemary Stanley & Dom la Nena).¹

Honnêtement, qu’est-ce que je pourrais vous souhaiter de mieux chaque début d’année …

          • que d’être Ici² ? …
                • que d’Être … ?³

 

Wish You Were Here

So, so you think you can tell
Heaven from Hell,
Blue skys from pain.
Can you tell a green field
From a cold steel rail ? A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?

And did they get you to trade
Your heros for ghosts ?
Hot ashes for trees ?
Hot air for a cool breeze ?
Cold comfort for change ?
And did you exchange
A walk on part in the war
For a lead role in a cage ?

How I wish, how I wish you were here.
We’re just two lost souls
Swimming in a fish bowl,
Year after year,
Running over the same old ground.
What have we found ? The same old fears.
Wish you were here.

Je Voudrais Que Tu Sois Ici

Alors alors tu penses que tu peux distinguer
Le paradis de l’enfer
Le ciel bleu de la douleur
Peux-tu distinguer un champ tout vert
D’un rail d’acier froid ?
Un sourire d’un voile ?
Penses-tu que tu le peux ?

Et ont-ils réussi à te faire échanger
Tes héros contre des fantômes ?
Des cendres chaudes contre des arbres ?
De l’air chaud contre une fraîche brise ?
Un confort froid pour quelques pièces ?
Et as-tu échangé
Un rôle de figurant dans la guerre
Contre un premier rôle dans une cage ?

Comme je voudrais, voudrais que tu sois ici
Nous ne sommes que deux âmes perdues
Nageant dans un aquarium
Année après année
Courant sur la même terre usée
Qu’avons-nous trouvé ?
Les mêmes vieilles peurs
Comme je voudrais que tu sois ici

 

Cordialement

 

0 – Dans le cadre de volte-espace, l’expression des vœux constitue toujours un effort sincère pour enfoncer le clou de la « Vision ». Mais n’en croyez pas un traître mot, vérifiez donc : vœux 2013, vœux 2014, vœux 2015, vœux 2016, vœux 2016 bis, vœux 2016 ter, vœux 2017, vœux 2018, vœux 2019 et vœux 2020 ! Purée, dix ans déjà … !

Voici un bref résumé de la conclusion des Vœux 2021 :

… je ne vous souhaite rien, je (ne) vous souhaite (pas) une bonne année !

  1. Je pose inlassablement la même question simple : tu veux ou tu vœux pas … non pas seulement savoir qui tu es, mais réaliser l’immensité intérieure que tu es, que nous sommes tous et vivre à partir de là … ? J’ose à peine ce « Veux-tu être guéri ? » [θελεις υγιης γενεσθαι] de Jean 5, 6 … Mais vous aurez compris qu’il s’agit exactement de la même chose. …
  2. Je vous offre de partager quelques expériences – simples, concrètes, joyeuses – au cours d’un atelier d’une journée. Mais cet atelier il va falloir que vous le vouliez vraiment, que vous rassembliez quelques amis motivés pour ce plus court et plus essentiel voyage et que vous suscitiez ma venue (ou celle de José, de Richard, de Philippe, etc …). Désolé, mais ce n’est pas un « doux » commerce de wonder – ou autre smart box. Ça n’a jamais fonctionné, ça ne fonctionne pas, ça ne fonctionnera jamais comme cela.
  3. Ensuite … ? Vous vous débrouillerez ! L’époque vous prodiguera tous les problèmes dont vous aurez besoin pour revenir en ce lieu que vous n’avez jamais quitté. Le mode d’emploi de la Vision est assez simple !

¹ – Cette chanson n’est pas un simple prétexte pour vous adresser, mécaniquement, « My best wishes for a successful New Year », comme vous pourrez le constater en lisant les notes suivantes. Depuis que j’ai découvert ces deux magnifiques artistes – cf. « Oh my love » et « Nous n’aimons point les réveils » – je ne me lasse pas de les écouter & de les faire connaître.

Avouez qu’il serait dommage de se priver de cette si sobre & émouvante interprétation du 28 septembre 2021. Les chansons appartiennent à ceux qui les écoutent : rien ne m’interdit d’entendre un « Je Suis » central s’adressant à un « je suis humain » périphérique (Cf. le dessin ci-dessous). Ce dernier est parfois aussi désorienté qu’a pu l’être Syd Barrett à certains moment de sa vie …

NB : nos deux amies pâtissant vraisemblablement de la crise de la Covid 19, il est possible de les soutenir en achetant leurs superbes CDs : « Birds On A Wire » – 2014 ; « Ramages » – 2020

² – Le titre de cette chanson suffirait à exprimer parfaitement ce que je ressens & ce que je vous souhaite du fond du cœur : être Ici, en ce « Je Suis » central, cet espace d’accueil illimité & inconditionnel, ce « vide » qui explose instantanément au dimensions de l’univers … Être Ici, c’est être « youniverse », c’est avoir « pour corps l’univers entier » comme le sage des Upanishads et comme tout autre sage …

Et d’une certaine façon vous y êtes déjà, Ici, même si vous n’avez quasiment aucune conscience de cette Réalité, ou que – pour rester dans la course folle contemporaine – vous la refusiez de toutes vos forces.

Dans les deux cas, quel dommage de se confiner ainsi dans l’étroite zone périphérique « je suis humain » du dessin ci-dessus, quel dommage de se contenter d’aussi peu, quel dommage de passer à coté de cette complétude – « Corps & Âme – Esprit » – possible … Quel dommage de consentir à n’être que des « … âmes perdues Nageant dans un aquarium Année après année Courant sur la même terre usée » et ressassant « Les mêmes vieilles peurs ».

Surtout depuis que « l’entrée principale » de la Vision du Soi ne demande qu’à être largement partagée ! Un assortiment d’outils extraordinairement efficaces … à condition de s’en servir !

Paradoxe : la Vision est le plus court chemin … pour revenir Ici, en ce (non)lieu que vous n’avez jamais quitté ! Essayez, vérifiez !

Bel exemple de synchronicité entre ce billet et la parution de « Tempête dans le bocal » de Bruno Patino : « Libérez-vous. Renaissez. Petit poisson rouge deviendra grand … ». Au Centre, en « Je Suis », nous sommes – tous – déjà grands, « l’immensité intérieure » même. Essayez, vérifiez !

³ – Suite à l’avalanche de bonnes nouvelles ci-dessus, il convient de rétablir l’équilibre et d’en partager une mauvaise, de taille … Être confiné dans l’étroite zone périphérique « je suis humain » du dessin ci-dessus, ce n’est pas réellement Être, c’est plutôt n’être pas, quelles que soient toutes les réussites & habiles compensations mises en place … Plutôt dur à entendre, surtout un 1° janvier, mais c’est ainsi, partout & toujours.

Tâchez de trouvez l’expression qui vous convient dans une des nombreuses sagesses & spiritualités humaines pour vous rappeler – constamment – cette évidence à la fois si désagréable & si riche de promesse. Pourquoi pas le logion 70 de l’évangile de Thomas :

« Jésus disait : Quand “cela” sera engendré en vous, cela vous sauvera. Si vous n’avez pas “cela”, l’absence de “cela” vous tuera. »

Dans une traduction plus directe :

La Vie, c’est seulement Voir parfaitement que vous êtes Cela.

La mort, c’est ne pas Voir parfaitement que vous êtes Cela.

 

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.