West & östliche Divân … Goethe & Hâfez & Abed Azrié

L’actualité du coté de la Syrie, de l’Irak, de l’Iran, de la Palestine et d’Israël, pour ne citer que les théâtres de guerre les plus brûlants, n’incite guère à l’optimisme … c’est le moins que l’on puisse dire.

« C’est partout le bruit des bottes, c’est partout l’ (dés)ordre en kaki … »

C’est pourquoi il est bon de savoir, d’entendre et de voir que tout autre chose est possible : l’amour, la bonté, la beauté, le dialogue, l’intelligence, la culture, l’art, la spiritualité, … Possible puisque déjà là, à portée d’yeux et d’oreilles. Et généralisable puisque c’est le seul vrai projet porté par ces divers textes « anthropogènes »¹ que sont l’Ancien et le Nouveau testament, le Coran, …

Abed Azrie, natif d’Alep, en est une de ces éclatantes preuves vivantes² – ô combien. Quel bonheur de l’écouter !

AbedAzrié
Abed Azrié

 

Sa dernière œuvre, « Divân – Hafez & Goethe » (Harmonia Mundi 2013), est une « broderie » poétique merveilleusement mise en musique. Quatre extraits à écouter sur son site.

Les poètes, musiciens et mystiques ne courent pas après des chimères … ils courent … loin, très loin devant ces êtres pas encore complètement humains que sont malheureusement bon nombre de militaires, de politiques … et de « fondamentalistes » religieux. Ils savent parfaitement qu’en vérité :

« Wer sich selbst und andere kennt, wird auch hier erkennen : Orient und Okzident sind nicht mehr zu trennen. »

« Celui qui se connaît lui-même et connaît les autres reconnaîtra aussi ceci : l’Orient et l’Occident n’ont plus à être séparés. »

 

Avec son exceptionnelle méthode de la Vision du Soi, Douglas Harding aide qui le souhaite à se connaître et à connaître les autres – pas juste un peu mieux, parfaitement – et à voir que tout est relié, que rien n’est séparé de rien. Mais n’en croyez surtout pas un traître mot, venez plutôt vérifier dans un atelier.

 

Parmi les œuvres antérieures d’Abed Azrié figurent également :

  • « L’évangile de Jean » (Harmonia Mundi 2008), chanté en arabe, langue aujourd’hui la plus proche de l’araméen parlé à l’époque de Jésus. Quatre extraits à écouter sur son site. Trois vidéos disponibles sur le site de l’auteur : « Entrée à Jérusalem, Pain de vie, la Parole ».
  • « Mystic » (Harmonia Mundi 2007). Chants d’après des textes soufis du 9° au 13° siècle. Trois extraits à écouter sur son site. Trois vidéos disponibles sur le site de l’auteur : « Ivresse, Passion, Souffle de la brise ».

« L’Amour Soufi est avant tout un chemin de connaissance ; il n’est pas simplement sentiment ou émotions, mais il est la chaleur d’un feu divin dont la lumière est la « Gnose »; un feu dont l’étincelle brille au plus profond de l’âme humaine. La pensée des Soufis qui trouve Dieu dans toute chose, nous conduit à l’amour entre le divin et l’humain, mais également entre l’humain et l’humain. Elle nous conduit à l’unité des religions en une seule dite “religion de l’amour”, selon l’expression d’Ibn Arabi, car chaque croyant adore son Dieu qui n’est en fin de compte que l’une des manifestations du Dieu Unique ; celui qui est proclamé dans toutes les prières depuis le commencement de la vie jusqu’à la fin des temps. Le mysticisme exprime la dimension spirituelle de la religion. »

  • « Aromates » (Harmonia Mundi 2006). Trois extraits à écouter sur son site.
  • « Omar Khayyâm » (Harmonia Mundi 2004). Trois extraits à écouter sur son site.
  • … et bien d’autres. Faites votre choix.

 

Cordialement

 

¹ – Qualificatif emprunté à Marie Balmary. Ces textes sont porteurs d’informations pour devenir pleinement humain, c’est-à-dire « divin », pour retrouver notre Visage Originel. Comme ce serait dommage de les refouler, soit en les rabâchant sans les comprendre, soit en les rejetant.

² – Une autre preuve miraculeuse c’est bien sûr André Chouraqui, aujourd’hui décédé mais dont l’œuvre de traduction des textes évoqués ci-dessus est vivante à jamais. Et il y en a d’autres, fort heureusement. Ce ne sont pas les ténèbres qui auront le dernier mot …

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *