« Un caillou de 145 grammes … » – Carl Gustav Jung

« Présent et avenir » est un livre¹ court, mais particulièrement intéressant de Carl Gustav Jung.

Le chapitre premier, « L’individu menacé par la société », comporte ce savoureux passage consacré au risque statistique :

Carl Jung« Mais revenons à la connaissance de soi. Comme il s’agit à son sujet de discerner, de reconnaître des données individuelles, c’est-à-dire variables à l’infini, il faut bien s’avouer de prime abord qu’une théorie sera pour ce faire le moins utile des instruments. Car plus une théorie prétend avoir valeur et portée universelle, moins elle est susceptible de rendre justice à un fait individuel. Une théorie basée sur l’expérience² est nécessairement statistique, c’est-à-dire qu’elle formule une moyenne idéale qui éteint toutes les exceptions vers le haut et vers le bas et les remplace par une donnée moyenne abstraite.

Cette valeur moyenne est valable alors même qu’elle peut ne pas exister concrètement en réalité. Dans la théorie elle figurera en tous cas comme une donnée fondamentale inattaquable. Les exceptions, dans un sens ou dans un autre, sont tout aussi réelles, mais ne figurent pas dans le résultat final, car elles se compensent mutuellement.

Si par exemple je détermine dans une carrière de gravier le poids de chaque caillou et que je trouve un poids moyen de 145 grammes, ceci ne me renseigne que de loin sur la complexion véritable de la couche de gravier en question. Quiconque, sur la base de ces données, penserait pouvoir attraper dans la première poignée un caillou de 145 grammes, pourrait se tromper fortement. Il est même possible que malgré des recherches très poussées on ne trouve pas un seul caillou pesant 145 grammes.

La méthode statistique peut certes nous donner la moyenne idéale de certains faits, elle n’en demeure pas moins incapable de nous transmettre une image de la réalité empirique. Elle donne un aspect indiscutable de la réalité mais elle peut en fausser la vérité effective jusqu’au contresens. C’est en particulier le cas pour les théories basées sur la statistique, car les faits réels se distinguent précisément par leur individualité. En poussant les choses jusqu’au paradoxe, on pourrait dire que l’image réelle ne se compose que d’exceptions et que la réalité absolue, par conséquent, présente un caractère prédominant d’irrégularité.

… Il n’existe pas, il ne saurait exister de connaissance de soi qui répondrait uniquement à des présupposés théoriques, car l’objet à connaître est un individu qui constitue par rapport à l’ensemble une irrégularité et une exception. Ainsi ce n’est pas la conformité à une norme générale et régulière, mais bien plus son unicité qui fonde l’individu en tant que tel. »³

 

Douglas Harding n’a pas construit une théorie suite à son expérience initiale de Vision. Il a intensément et intelligemment cherché, et il a trouvé, les moyens pratiques pour permettre à tous ceux qui le désirent vraiment de faire, non pas la même expérience que lui, mais leur propre expérience de Cela, simplement, concrètement, parfaitement.

Les expériences d’attention de la Vision du Soi sont désormais à la disposition de qui veut bien s’en servir. Il s’agit d’une véritable percée en matière de transmission spirituelle.

Si la Vision du Soi permet de vivre une non-dualité quotidienne, elle ne réduit aucunement nos si précieuses individualités, elle ne les uniformise pas. Bien au contraire : cette fondation solide du Grand, de l’espace d’accueil inconditionnel et illimité que nous sommes tous, leur donne une telle confiance dans la Vie qu’elle les exalte très puissamment.

Mais n’en croyez pas un traître mot, venez vérifier dans un atelier.

 

Cordialement

 

¹ – Ouvrage de la maturité de son auteur puisque paru en 1957, disponible au Livre de Poche, collection références.

Livre dépassé … ? Jugez-en à la lecture des titres des chapitres …

  1. L’individu menacé par la société
  2. Le phénomène religieux antidote de la « massification »
  3. L’Occident face aux problèmes religieux
  4. L’individu et la compréhension de soi-même
  5. Conception philosophique du monde et conception psychologique de la vie
  6. La connaissance de soi
  7. La connaissance de soi, axe de l’avenir

… et courrez l’acheter !

² – Soit il y a un problème de traduction, soit il faut discuter soigneusement ce point.

³ – Il faut bien s’arrêter quelque part, mais la suite du chapitre est tout aussi passionnante.

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *