Twenty feet from stardom

Un article dans Télérama suivi d’une présentation enthousiaste dans la matinale de France Culture du 4/12/2013 me poussent à regarder sur la toile de quoi il retourne. Et, bon sang mais c’est bien sûr … Leonard Cohen [site officiel], le grand, l’unique, le toujours bien là (et pas las) Leonard Cohen [site francophone] qui se trouve à l’origine de ce superbe film :

« Comment est née l’idée de faire un documentaire sur les choristes ?
C’est un grand producteur de musique, Gil Friesen, qui y a pensé le premier. Il assistait un jour à un concert de Leonard Cohen. Les choristes étaient merveilleuses, et Gil s’est tout à coup mis à penser à elles, à leurs parcours, à leurs vies. En cherchant un peu, il s’est aperçu que le sujet n’avait jamais été traité… »

Voilà la mondialisation que j’aime, celle de l’Esprit : la Source s’appuie sur un poète & chanteur juif canadien, également moine zen et ayant aussi étudié auprès de Ramesh Balsekar, pour produire un de ces joyaux dont elle a le secret : Twenty feet from stardom.

Les voix et les présences extraordinaires de ces choristes trop peu connues constituent le support de l’expression de quelques « stars ». Support est un mot bien insuffisant : ces femmes sont l’espace d’accueil, chaleureux, aimant, inspiré, … pour des hommes (souvent) qui, parfois, ne sont guère à la hauteur de la qualité de cet espace … Mais c’est un autre sujet, passons !

[Il va bien entendu de soi que de Leonard Cohen ont aussi émergés bon nombre de joyaux poétiques & musicaux … Il faudra un de ces jours tenter d’écrire à ce propos  …]

Je ne peux m’empêcher de faire le lien avec cette blague attribuée à l’un des trois astronautes qui ont marché sur la lune le 21 juillet 1968. Au journaliste demandant : « Mais alors, dites-nous comment est Dieu, puisque vous avez dû le voir ? », il fut répondu : « Vous allez être surpris. D’abord, elle est noire ».

La joie est déjà là, dans cette simple photo …

Lisa+Fischer+Twenty+Feet+Stardom+Portraits+oQlylxF3Z_Ul
De gauche à droite : Darlene Love, Tata Vega, Merry Clayton, Judith Hill, Lisa Fischer

« Le film a-t-il changé quelque chose pour toutes ces chanteuses ?
Comme elles sont, pour la plupart très croyantes (beaucoup d’entre elles ont été initiées au chant à l’église, quand elles étaient petites), elles m’appelaient tout le temps pour me dire qu’elles priaient pour le film. Et elle doivent être en hotline avec Dieu, ou alors il est mélomane ! Parce que tout, dans ce film a été béni, depuis l’accueil merveilleux qu’on a reçu au festival de Sundance jusqu’au succès dans le salles américaines, au printemps dernier. Cette réception favorable, c’était beau, comme si on avait enfin réparé des torts, offert à ces chanteuses la reconnaissance qu’elles méritent. Et dans la foulée du film, elles ont retrouvé un nouvel élan : Merry Clayton prépare un best of, le livre de Darlene Love été réédité, Judith Hill a signé un contrat avec Sony… Pour ma part, je rêve de les voir toutes faire une grande tournée ensemble. Ce sera peut-être pour l’année prochaine. »

Quant à lui, Douglas Harding dit ceci de la Vision à laquelle il a consacré sa vie, et que j’essaye moi aussi, modestement, de servir :

« Quand on est profondément convaincu de Ce qui est Ici, que l’on vit à partir de Cela, il se présente toujours des occasions où l’on a besoin de se concentrer très précisément sur quelque chose là dehors … C’est comme si la Vision était en attente. Elle est à l’arrière-plan. Ramana Maharshi disait que c’est comme le thème d’accompagnement en musique, non la mélodie principale. »

« L’immensité intérieure » – Chapitre 10 : Conversation IV

Un atelier de Vision du Soi a pour objectif de vous faire prendre clairement conscience de cet « accompagnement » en arrière-plan et de vous aider à l’installer dans votre quotidien. Vous serez ensuite en mesure de mieux jouer votre vraie musique de vie dessus … Essayez !

 

Cordialement

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.