Très Saint-Père, très cher frère, monsieur le Pape …

Comment ne pas saisir l’occasion de ce début de conclave pour rappeler l’existence et la pertinence d’un livre déjà ancien de mon ami Bernard Besret :

« Lettre ouverte au Pape qui veut nous asséner la vérité absolue dans toute sa splendeur » (Albin Michel, 1993)

C’est une longue et précise réponse à l’encyclique Veritatis Splendor de Jean-Paul II, qu’il convient … de lire.

Les cardinaux en charge de l’élection du successeur de Pierre auraient grand intérêt à cette lecture, tant ils me semblent englués dans de tristes affaires d’argent, de mœurs, de politique, … alors que l’état du monde nécessiterait une autorité spirituelle incontestée pour dire haut et fort que la soi-disant crise globale est d’abord la conséquence d’une erreur métaphysique, d’une conception anthropologique erronée, d’une inversion des priorités …

Voici tout simplement le texte de la 4° de couverture :

« Nous sommes las de vos leçons de morale. Apprenez-nous à être plus spirituels, et la morale nous sera donnée par surcroît. N’auriez-vous pas été plus inspiré de nous initier aux profondeurs de la vie intérieure et de nous guider jusqu’aux cimes des Béatitudes ?

Si au moins vous nous parliez en votre nom personnel ! Mais non, c’est au nom de Dieu que vous nous assénez vos propres vérités. C’est en son nom que vous condamnez, et qu’au malheur des hommes et des femmes de ce siècle vous ajoutez le poids de la culpabilité.

Le Jésus des Évangiles était un maître spirituel. Pas un juge. »

Ainsi qu’un court extrait du 1° chapitre, afin d’éclairer le titre de cet article :

« Passer, entre hommes, du registre de la paternité à celui de la fraternité, du registre de la subordination hiérarchique à celui de l’égalité, du registre de la crainte à celui de la liberté intérieure, n’est-ce pas précisément la démarche qui caractérise le Jésus des Évangiles et qui lui confère encore aujourd’hui, deux mille ans après sa mort, une réelle actualité ? »

Autant la démarche évoquée ci-dessus continue de vivement m’intéresser, au point d’essayer de contribuer à sa transmission au sein d’ateliers de Vision du Soi selon Douglas Harding, autant l’appareil administratif qui prétend, à tort,  en avoir l’exclusivité m’indiffère totalement.

Cordialement

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *