« Tous ceux qui te cherchent … »

« Tous ceux qui te cherchent t’essaient

et ceux qui te trouvent te lient

à l’image et au geste.

~

Je veux, moi, te comprendre

comme la terre te comprend ;

en mûrissant,

je fais mûrir ton règne.

~

Je ne réclame aucune vanité

qui te démontre.

Le temps, je le sais,

ne porte pas ton nom.

~

Ne fais nul miracle pour moi.

Donne raison à tes lois

qui d’âge en âge

montrent mieux leur visage. »

Rainer Maria Rilke

Livre d’Heures (1899 – 1906)

Traduction de Maurice Betz

Rainer Maria Rilke

 

Les correspondances entre ce court poème et la vision du Soi de Douglas Harding me semblent tout simplement innombrables. Je vous laisse donc volontiers vous mettre au travail pour les recenser !

[NB : le site rilke.de est un véritable trésor en langue allemande, mais si vous allez sur l’onglet « Gedichte » et descendez un peu dans la page, vous découvrirez bon nombre de poèmes écrits directement en français sous la rubrique « Gedichte in französischer Sprache« . Il ne semble pas possible d’établir un lien direct, d’où ces explications.]

Cordialement

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans Harding Douglas, VOLTE & ESPACE and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *