Tombeau pour Douglas Edison Harding (12/02/1909 – 11/01/2007)

Ce 26 janvier 2007 fut une journée paradoxale, à la fois immensément triste et pourtant saturée d’espoir, d’énergie, de confiance, d’amour, … Je ne peux que souhaiter à tout homme des funérailles aussi surabondantes de vie que celles de Douglas Harding.

St Paul, cité lors de la cérémonie, le fut sans doute rarement autant à propos :

« Ô mort, où est ton aiguillon ? Ô tombe, où est ta victoire ? »

S’il n’était pas ce jour là trop occupé à conduire un atelier avec quelques anges, voire avec le Big Boss himself, et qu’il a jeté un coup d’œil sur ce qui se passait du coté de Nacton, nul doute que Douglas aura apprécié à sa juste valeur la qualité d’ouverture pratiquée par cette communauté(1) d’amis réunie pour l’accompagner dans son dernier voyage.

Au retour, pour demeurer dans l’ambiance si particulière de ces trois journées passées à Nacton, je me tournai naturellement vers un autre « diable d’homme » : François d’Assise. Deux similitudes me semblaient autoriser ce rapprochement par delà huit siècles : l’immensité des œuvres, simples, justes et nécessaires, et l’humilité des auteurs, grands par leur total accueil des autres et du monde, par leur détermination et leur tendresse.

« Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la mort corporelle,
A qui nul vivant ne peut échapper.
Malheur à celui qui mourra dans l’état de péché mortel,
Heureux ceux qu’elle trouvera faisant tes saintes volontés,
Car la seconde mort ne leur fera pas de mal. »

Frère François (2)

Cette ultime strophe du Cantique des Créatures, Douglas l’avait bien sûr vécue personnellement, mais aussi et surtout transcrite dans un langage résolument moderne et universel, et accompagnée d’une méthode (3) et d’outils permettant à chacun de la reprendre à son compte, de, simplement, « naître à nouveau »

« Méthode , outils », deux petits mots de « rien du tout », mais qui ouvraient désormais très largement la possibilité d’une fraternité « en esprit et en vérité ». Une alternative intéressante à la folie de la destruction mutuelle assurée, tant de l’espèce humaine et des autres, que de leur commun écosystème, mais à condition de le vouloir vraiment, vraiment, vraiment.

Fresque du 13e siècle
Église du Sacro Speco, Subiaco

 

En écho à ces derniers vers du Poverello, quelques phrases du « Très-Bas »(4)  de Christian Bobin :

« Loué sois-tu pour notre sœur la mort – celui qui écrit cette phrase, celui qui a en lui le cœur de la prononcer, celui-là est désormais au plus loin de lui-même et au plus proche de tout. Plus rien ne le sépare de son amour puisque son amour est partout, même dans celle qui vient le briser.
Loué sois-tu pour notre sœur la mort – celui qui murmure cette phrase est venu à bout du long travail de vivre, de cette séparation partout mise entre la vie et notre vie. »

 

Le Christ, St François d’Assise, Douglas E. Harding… J’exagère … ? Si peu.
Le champ d’utilisation du verbe « exagérer » me semble d’ailleurs se restreindre au fur et à mesure que la Vision du Soi se trouve valorisée.

Cependant la « lampe » que Douglas nous laisse en héritage, cette « Troisième Voie », ne peut demeurer autant « sous le boisseau » : il incombe à notre communauté d’amis de plus et mieux la partager, car, plus que jamais, la Source a soif d’être bue.

 

Cordialement

 

1 – Communauté, article de Douglas dans les n° 0 et 12 de la  revue Vivre sans tête – Prochainement sur ce site.

2 – « Frère François » de Julien Green, Éditions du Seuil, Points n° 325

3 – « Les vérités les plus précieuses sont les méthodes. » Nietzsche

4 – « Le Très-Bas » de Christian Bobin, Gallimard, Folio n° 2681

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *