Think Bach – Édouard Ferlet

« Quel enseignement le pianiste de jazz peut-il tirer du texte de Bach s’il s’agit de développer son art et pas simplement sa technique ? Edouard Ferlet s’est posé la question avec sérieux et sa réponse est là, dans ce Think Bach (CD Mélisse) qui surprend et émeut.

Il y a d’abord le rythme, son implacable régularité, à respecter, et la tentation mécanique, à déjouer. Comment ? En insufflant la passion à la mathématique. Seul moyen : donner vie aux croches non pas en altérant leurs valeurs mais en les soumettant à une dynamique vivante, en modifiant leur intensité. La frappe alterne alors profondeur et légèreté en un jeu très sérieux qui vise le plaisir pur de la forme.

Ferlet a creusé le texte du Clavecin bien tempéré, il a “fouillé les plis de la partition”, comme il est dit joliment sur la pochette, il a envisagé les notes comme des “hiéroglyphes sonores”. Autrement dit, il a interprété le texte en prenant avec lui seulement les libertés auxquelles il incite. Bref, il a joué avec Bach plutôt que de jouer du Bach, il ne l’a pas jazzifié, et donc trahi, il a cherché le jazz en lui, par le son aussi.

Ainsi, dans la Suite française nº 4 en mi bémol majeur, il colle sur les cordes du piano une boîte magnétique qui va puiser leur résonance. L’effet est magique. Mais, le reste du temps, le pianiste s’en remet aux mystères du piano lui-même, un Yamaha de concert absolument superbe. Le jazz et Bach en sortent transfigurés dans l’improvisation autant que dans la lecture rigoureuse. »

Michel Contat

 

Site officiel d’Édouard Ferlet

 

 


Jazz sur le Vif – Edouard Ferlet – Think Bach par francemusique

 

Cordialement

 

NB : écouter vraiment, Bach ou quelque autre musique que ce soit, c’est écouter sans tête, être espace d’accueil absolument silencieux pour le son, ne plus être que son. Essayez, vérifiez.

La Vision du Soi selon Douglas Harding concerne bien sûr aussi tous les autres sens, et transforme votre vie en  « festival of newness » comme disait Svami Prajnanpad.

La Vision du Soi est un jeu très sérieux qui vise le plaisir pur du sans forme & toutes formes.

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.