SPP 0 : La Science de la Première Personne, Prologue – Douglas Harding

Ayant évoqué brièvement « La science de la Première Personne » à la toute fin de « Beurre & argent du beurre … garantis ! », j’ai relu ce livre – à mon avis trop rarement mis en avant dans une bibliographie il est vrai conséquente – paru aux éditions Dervy en 1998.

Il me semble utile d’en proposer ici une espèce de « feuilleton » en 37 ou 38 épisodes, quelques extraits assortis de mes commentaires … pour appeler les vôtres, comme je l’ai fait précédemment avec « Le Procès de l’Homme qui disait qu’il était Dieu ».

Mais bien entendu je vous engage vivement à vous lancer personnellement dans la lecture intégrale de cet ouvrage majeur et dans sa mise en pratique effective. La Vision du Soi est en effet exclusivement affaire d’expérience personnelle, comme le zen, le Qi Gong, comme tout ce qui importe vraiment …

 

Et, en priorité, tout comme Douglas Harding qui l’exige de son lecteur dès la 3° page (0), je vous invite également à faire sans plus attendre la variante de l’expérience du tube …  accessoire essentiel de la « voie sans tête » intégré au centre de ce livre ! Une habileté (upaya) bien caractéristique de la générosité et du pragmatisme de cet « homme délicieux ».

&

Enfin … cet « homme délicieux » n’y va pas ici avec le dos de la cuillère pour secouer son lecteur, en allant droit au but de manière déterminée :

  • avec en couverture cette question et ce doigt¹ vigoureusement pointé vers le Centre
  • avec le véritable sous-titre : « Principes, Pratique et Potentiel »²
  • avec la citation – très dérangeante – de Sören Kierkegaard qui figure en exergue de l’édition française :

« La majorité des hommes sont des “Je” tronqués : ce que la nature avait prévu comme une virtualité capable d’être affûtée en un “Je” est rapidement émoussée en une troisième personne. »

  • … juste en dessous d’un dessin … plutôt renversant !
  • avec une rafale de citations³ très explicites dès la page suivante :

« Dieu a créé les sens tournés vers l’extérieur : c’est pourquoi l’homme regarde dehors et jamais en lui. De temps à autre, un être audacieux désirant l’immortalité a inversé son regard et s’est découvert lui-même. »

Katha Upanishad

« Les seconde et troisième personnes n’apparaissent qu’à la première personne. »

Ramana Maharshi

« On entend par aliénation un état d’expérience dans lequel le sujet se ressent comme étant un autre. Il est devenu, pourrait-on dire étranger à lui-même. Il ne se perçoit pas comme le centre de son monde … Le sujet aliéné perd tout contact avec lui-même, comme il perd tout contact avec les autres personnes. Lui, comme les autres, est perçu comme les choses sont perçues. »

Erich Fromm

« Le sujet n’est pas dans le monde. »

Wittgenstein

  • … et enfin un « Prologue » qui démarre sur les chapeaux de roues :

« L’objet de ce livre est de replacer dans un contexte moderne et occidental, sans faire la moindre concession, l’enseignement essentiel de la religion spirituelle et son but que l’on appelle Éveil, Illumination ou Libération. Je veux montrer comment cette sagesse ancienne, pré-scientifique, concorde parfaitement avec la pensée contemporaine dominée par la science, dès qu’on débarrasse cette sagesse de ses ornements traditionnels, de ses bizarreries sectaires et de son langage sacré.

Certes, je reconnais que la science moderne est d’une grande valeur et même indispensable dans les limites de ses compétences, c’est-à-dire aussi loin qu’elle peut aller. Mais j’affirme, que la sagesse ancienne va beaucoup plus loin, qu’elle est à proprement plus scientifique et plus raisonnable que la science telle que nous la connaissons ne pourrait jamais l’être, et qu’elle est en fait son complément, tant sur le plan pratique que sur le plan théorique.

Autrement dit, je soutiens que la science objective occidentale n’est que la moitié de la vraie science (l’autre moitié étant la science du Sujet ou Première Personne), et que si nous avons des problèmes, c’est parce que nous croyons qu’elle est tout. Je me propose de commencer ici à corriger cette erreur et de présenter l’Illumination sous une forme qui puisse avoir un sens pour l’Occidental a l’esprit scientifique, et qu’il puisse mettre en pratique immédiatement. » (4)

Bref, Douglas Harding offre dans ce livre toute son exigence et sa détermination pour nous aider à découvrir « ce que nous sommes vraiment, vraiment, vraiment ». Est-ce que nous allons – enfin – avoir l’audace d’être à la hauteur de ce qu’il nous propose … ?

 

Cordialement

 

0 – « Mais d’abord, vous devez gagner les compétences requises pour continuer à lire, car la Science de la 1° Personne n’aura aucun sens pour vous tant que vous n’aurez pas vu ce qu’est la 1° Personne …

Introduisez votre visage à l’une des extrémités, et placez l’autre contre le miroir de votre salle de bains. Ce que vous voyez sous verre, à l’autre bout du tunnel, c’est vous-même en tant que 3° personne, et ce que vous voyez ici, de votre coté, c’est vous-même en tant que 1° Personne. Pourrait-il y avoir une différence plus grande entre le visage là-bas et l’Espace qui l’accueille ici ?

… Il serait quelque peu futile de se lancer dans une démarche scientifique tout en refusant de faire aucune des expériences de laboratoire sur lesquelles elle se fonde. »

NB : je respecterai intégralement le texte de l’édition Dervy 1998 de cet ouvrage – sauf exception dûment explicitée – mais je signale d’entrée une modification qui me semble nécessaire : à l’exception de ce 1° article, chaque fois qu’il sera question de la « 1° Personne », je l’orthographierai « Première Personne ». Cela afin d’insister par le doublement de la majuscule sur son absolue différence avec la « 3° personne ».

Rappel : la Première Personne compte toujours à partir de 0, moyen habile (upaya) de, notamment, transformer les groupes de quatre personnes en groupe de trois … Et également de réduire à néant le concept erroné d’« environnement ». Essayez, vérifiez … n’en croyez pas un traître mot !

¹ – « Qui êtes-vous vraiment ? » … et plus exactement : quelle est votre Identité centrale, au cœur de toutes les couches concentriques de vos multiples identifications ?

Si l’on ne se pose pas cette question un jour ou l’autre, est-on réellement vivant … ? Il est vrai que Big Mother en fait des tonnes pour nous empêcher de nous la poser, pour nous contenir dans ce que Svâmi Prajnânpad appelait un « statut d’esclave ».

Ce doigt qui peut vous paraître agressif de prime abord … ou au moins malpoli puisqu’il ne convient pas de désigner quelqu’un ainsi, considérez donc que c’est le votre, que vous l’avez retourné dans la direction d’où provient votre regard, votre attention, pour matérialiser le geste audacieux évoqué par la Katha Upanishad.

² – « Principes, Pratique et Potentiel » : il ne s’agit pas ici de littérature, fût-elle « spirituelle ». La Science de la Première Personne repose sur des « principes » clairs, évidents, à prendre ou à laisser. Son « potentiel » commence à peine à s’exprimer, et il est de nature à métamorphoser tous les aspects de l’existence humaine. Je vais sans doute en choquer quelques-uns, mais j’ose affirmer qu’en dehors de la Vision du Soi il n’y a guère de salut envisageable, et peut-être même guère de survie …

Mais entre ces deux pôles il y a la nécessité d’une « pratique », d’une « discipline assidue ». Dilettantes passez votre chemin.

³ – Un échantillon qui couvre une très large plage de temps et d’espace, et qui montre que ces notions de 1° Personne et de 3° personnes ne sont pas l’apanage de Douglas Harding.

Effectivement soit vous maintenez l’illusion – tenace et épuisante – de n’être qu’une 3° personne, guère plus qu’une des innombrables « choses » du monde, soit le monde est en vous, car la Première Personne est le contenant ultime du monde ! Il n’y a pas de demi-mesure.

Précision importante : « Les citations des mystiques et maîtres … ne font pas partie de la démonstration présente et … ne sont certainement pas présentées comme faisant autorité. Elles sont seulement destinées à illustrer l’ancienneté et l’universalité de la SCIENCE – 1. Le SAVANT – 1 vérifie les écritures par l’expérience, et non l’expérience par les écritures.« 

Cette proposition a été développée par David Lang dans son texte : « Les experts ont-ils bien pigé le truc ? »

4 – « … en tout point la SCIENCE-1 est l’exact opposé de la SCIENCE-3. Mais elle ne contredit rien, n’annule rien. Au contraire, elle amène à sa conclusion logique l’immense travail déjà accompli. Elle n’est en aucune manière anti-scientifique, mais plutôt ultra-scientifique ou métascientifique. »

Rappel : « La Science de la Première Personne – Principes, Pratique et Potentiel »  – Éditions Dervy 1998

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *