Se libérer du connu … – Krishnamurti

Un petit souci de santé réoriente temporairement mon énergie vers le rangement d’objets pas trop lourd, le classement, le petit ménage …

Je déplace & dépoussière donc ce gros livre intitulé « Sagesses – 365 pensées de maîtres de l’Inde » de Danielle & Olivier Föllmi, aux Éditions de la Martinière.

Et je m’aperçois que la première page de ce livre, acheté d’occasion, est collée à l’épaisse couverture cartonnée. Je la froisse très légèrement, avec un maximum de précautions, et hop, le trésor apparaît :

« Se libérer du connu c’est mourir, et alors on vit. »

Krishnamurti

Voilà effectivement une de ces grandes paroles (« Mahâvâkya ») de nature à bondir de joie, sur place ou pour sauter dans … le grand bain de l’Éveil !

Presque toutes les autres pages, plus de 365, auraient pu rester collées sans que cela pose vraiment problème ! Là j’exagère un peu, si peu …

Juste un embryon de commentaire : « se libérer du connu », cela peut être très simplement, concrètement, joyeusement, avoir l’audace de tester la Vision du Soi selon Douglas Harding. Parmi les nombreuses expériences de cette méthode, vous en trouverez certainement au moins une qui vous permettra :

  • de « mourir » – simplement, concrètement, joyeusement – à l’illusion d’être réduit à la zone « je suis humain » du dessin ci-dessous, à l’illusion de n’être qu’un « petit » corps & mental fort limité et … mortel.
  • de (re)« vivre » – simplement, concrètement, joyeusement – dans l’évidence d’être, d’abord, le « Je Suis » central, qui explose ensuite, instantanément, aux dimensions de tout l’univers, le « Youniverse », de renaître à l’évidence de votre vraie nature d’espace d’accueil illimité & inconditionnel, votre Visage Originel.

Ne me croyez surtout pas, essayez … !

 

Cordialement

 

NB : lecture de « Se libérer du connu », pour ceux que la lecture inquiète … Mais je n’ai pas tout écouté : plus de 4 heures !

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.