S’asseoir tout simplement – Eric Rommeluère

EricRommeluere
Eric Rommeluère

« S’asseoir tout simplement » est une petite merveille, simple et pratique, claire et concise, sobre et utile, zen et … zen !

Un grand Bravo & Merci à l’auteur de ce livre :

Eric Rommeluère¹.

Disons le tout net : je n’ai rien lu de plus frais sur le zen depuis « Esprit zen, esprit neuf ». Et j’ai quand même lu quelques livres sur le sujet …

Procurez-vous ce livre sans tarder, mais ailleurs qu’en Amazon-ie … !

(Juste un tout petit regret : il me manque la « mouche » insérée dans le livre de Shunryu Suzuki², ou – de préférence – un  équivalent !)

&

Quelques extraits … jubilatoires :

« Le zen est une tradition japonaise créée par des japonais pour des japonais. Vous n’êtes pas nés sur cette terre et toutes vos tentatives de le comprendre et de de le pratiquer seront nécessairement vouées à l’échec. »³

Narazaki Ikkô

Ne serait-ce pas là le plus subtil & utile enseignement d’un maître zen pour des non-japonais attirés par cette tradition … ? Le zen n’est qu’expérience de l’ici & maintenant, à 100 % : dhyana dans l’Inde bouddhiste, ch’an en Chine, zen au Japon, … ? aux États-Unis et … Ω (4) en Europe. L’esprit du zen – la « braise » – peut constituer une inspiration puissante et remarquable pour r-éveiller et re-nouveler nos sociétés fatigués et déboussolées. Mais faut-il pour autant s’attacher & s’encombrer des « cendres » (5) de la plus pure tradition du zen japonais, n’y a-t-il pas un risque tout à fait réel à se laisser séduire & distraire par un (superbe) exotisme … ?

Il m’a fallu pas mal de temps, depuis la découverte de za-zen auprès de Bernard Rérolle (6) à l’EFY de la Ste-Baume en passant par l’assise en silence auprès d’Arnaud Desjardins, pour me convaincre que seule la « braise » de l’ici & maintenant importe. Et j’avoue bien volontiers que c’est la Vision du Soi selon Douglas Harding qui à été déterminante à cet égard.

Voici quelques réponses de Douglas à certaines objections, tirées de « Vivre Sans Tête – Une contribution au zen en Occident » :

« Mais tout ceci, est-ce du zen ?

[Douglas] : … D’ailleurs, ce qui nous concerne ici, ce n’est pas tant le zen traditionnel que son esprit éternel et universel, un esprit éternellement fertile en renouvellements imprévisibles. »

Bien sûr n’en croyez-pas un mot. Faites – sincèrement & sérieusement – l’expérience de la Vision d’abord, et voyez ce qu’il en résulte pour votre pratique ensuite. En attendant, « conservez » soigneusement votre pratique de méditation :

[Douglas] : « Cette voie n’est pas une solution de rechange qui rendrait inutile toute méditation sérieuse. Elle ne nous dispense pas d’un travail convaincu et continuel sur nous-même, mais au contraire elle nous y stimule puissamment. […] Dans notre méthode, méditer en vue de l’Illumination consiste à en jouir. »

Là encore, n’en croyez surtout pas un traître mot, essayez, vérifiez … !

&

Mouche
La mouche d’Esprit zen …

« Au cours des retraites que j’anime, j’offre un livret similaire, mais je précise également qu’il n’y a aucune obligation de participer aux sessions de méditation. … Quinze années d’expérience montrent que cette indication permet aux participants de vivre l’assise d’une façon plus détendue, sans être obligés de tenir jusqu’au bout dans une posture impassible. Je ne constate pour ainsi dire aucune défection et tous témoignent qu’ils ne ressentent plus (ou peu) de douleur. »

Eric Rommeluère

N’y a-t-il pas là aussi un trait de génie, un art consommé du paradoxe dans la plus pure tradition zen dans cette ouverture, dans cette adaptation toute en finesse à la mentalité contemporaine, dans ce que certains voient peut-être comme une trahison ? Non, vous n’êtes obligés à rien, nous ne sommes pas dans une caserne, à vous de savoir ce que vous voulez vraiment.

&

J’ai également été très touché par sa rencontre avec Niwa Renpô … :

« D’un geste, un homme avait pu m’introduire à l’inconcevable, me laissant l’âme nue. »

Elle m’a remémoré ma première rencontre avec Douglas, dans la salle de conférences de la Maison du Tourisme de Grenoble. Il était tellement épuisé par une bronchite, fiévreux et affaibli, qu’il a presque été porté pour franchir les trois marches permettant d’accéder à l’estrade. Puis est advenu un « miracle » : ce bon vieux Douglas remis en selle au bout de dix minutes de conférence par … ce Mystère qu’il a servi avec tant d’humilité, d’habileté, d’intelligence et de fidélité.

« Il y a peu d’événements dans une vie. Les guerres, les fêtes et tout ce qui fait du bruit ne sont pas des événements. L’événement est la vie qui survient dans une vie. »

« Le Très-Bas »

Christian Bobin

 

Cordialement

 

¹ – Eric Rommeluère anime généreusement deux sites des plus intéressants & utiles :

² – Shunryu Suzuki m’a déjà donné l’occasion de cet article : Voir « Gravity » … ou « Apprécier votre vie » ?

³ – N’est-ce pas là un superbe démenti apporté au dogme de la mondialisation – marchande, violente et mensongère – d’à peu près tout ? Celle-ci est, fort heureusement, vouée à un échec déjà bien patent, parce qu’il existe des terres, des traditions et des hommes particuliers.

Eric Rommeluère ajoute peu après : « Je plaide pour un zen à l’occidentale, car je crois qu’il peut se développer en Europe au 21° siècle grâce à d’autres modes d’apprentissage que ceux de l’Orient traditionnel. … Je ne plaide nullement pour un zen light qui serait adapté à nos besoins consuméristes ou à nos désirs narcissiques, mais pour un zen qui serait pleinement fidèle aux enseignements des maîtres d’antan tout en s’incarnant dans les temps et dans les vies qui sont les nôtres. »

Dans la continuité il développe la notion d’ « upâya – habileté », qui est à mon avis absolument centrale dans la Vision du Soi (Vision Sans Tête). Certes, « Il n’existe aucune réponse toute prête à ce que serait un zen à l’occidentale », mais il existe une « contribution au zen en Occident » en parfait état de rendre bien des services !

4 – « Ω » … parce que de votre coté, Ici au centre, après avoir retourné votre regard de 180°, il y a une ouverture … illimitée, inconditionnelle, la « passe sans porte » vers la liberté, la paix, la joie … Le cercle des objets n’est fermé qu’en illusion, il est toujours maintenu grand ouvert par le Sujet. Bien sûr ne croyez pas un traître mot de tout cela, venez plutôt vérifier dans un atelier de Vision du Soi !

5 – « Braises et cendres » renvoient à une citation de Paul Valéry que j’aime beaucoup :

« Des ancêtres il faut conserver la braise et non la cendre. »

La distinction entre les deux n’est pas toujours si facile, mais en gros, la « braise » c’est ce qui brûle et permet d’allumer le feu … A priori, dès qu’il y a « re » avant quelque verbe que ce soit, c’est que nous avons plutôt affaire à de la « cendre ».

6 – Bernard Rérolle n’était pas un maître ni même un moine zen. Mais ce prêtre mariste, curieux de yoga et de l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim, avait une profonde expérience de l’assise en silence (zazen) et avait participé à deux séjours d’étude & de pratique du zen au Japon dans le cadre du Dialogue Interreligieux Monastique.

« Le Japon du silence et la contemplation du Christ. », aux Éditions du Centurion, relate le plus long de ces séjours.

by-nc-sa

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *