Quand je serai grand, je voudrais être petit – Le Chat

J’adore le Chat et j’adore détourner ses dessins d’humour. Je me retiens de le faire plus souvent, car sinon je risquerais d’avoir des problèmes avec Philippe Geluck.

ChatGrandPetit

S’il veut devenir jockey, ça se tient … mais uniquement dans ce cas là. Et pourtant …

henry-david-thoreauEt pourtant une immense majorité d’êtres humains consent à être réduite à l’état, désespérant, de « petite troisième personne » et d’y vivre une vie de « désespoir tranquille » ainsi que la caractérisait Henry David Thoreau. Le problème c’est que les conséquences catastrophiques induites par cette « vie » là, qui est plutôt une espèce de mort, ne se cantonnent pas à l’espace privé et qu’elles finissent par contaminer tout l’espace public, toute la société.

Pire, grâce au « progrès » qui fait de plus en plus rage, il devient extrêmement difficile de concevoir que la vraie vie en Première Personne, la vie en tant que Grand c’est à dire Espace d’accueil inconditionnel et illimité, est possible, simple, évidente. Le tsunami de la consommation et du divertissement, sur un fond de laïcité très mal comprise, engloutit peu à peu toute cette  tradition de  connaissance de soi et de spiritualité qui constituait jusqu’alors la fine pointe de l’intelligence et de la dignité humaines. Big Brother nous castre de notre spécificité humaine la plus fondamentale, et par là même s’auto-détruit …

Heureusement, grâce aux koans graphiques du Chat, aux pertinentes injonctions de sages comme Thoreau :

« L’objet est l’élévation des buts et la simplification des moyens. »

et surtout grâce aux expériences de Vision du Soi selon Douglas Harding, il est possible simplement, concrètement, de rétablir la hiérarchie du « petit » et du « Grand ». De prendre conscience que le « petit » n’est qu’une étape, douloureuse mais incontournable, dans la grande aventure qui nous permet de retrouver notre vraie nature de « Grand ». Et cet éveil à la dimension de « Grand » ne constitue pas un aboutissement, une espèce de planque ultime, bien au contraire : c’est seulement à partir de ce terrain solide qu’il sera possible de construire une société juste et viable.

Et les jockeys sont bien sûr également concernés par tout ce qui précède !

NB : Deux autres liens utiles concernant cet indispensable Thoreau : The Thoreau Society et The Thoreau Reader.

 

Cordialement

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans Harding Douglas, VOLTE & ESPACE and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.