Préparer les temps nouveaux – Etty Hillesum

Etty Hillesum, « Le cœur pensant de la baraque »

« Mon Dieu, cette époque est trop dure pour des êtres fragiles comme moi. Après elle, je le sais, viendra une époque beaucoup plus humaine (0).

J’aimerais tant survivre pour transmettre à cette nouvelle époque toute l’humanité que j’ai préservée en moi malgré les faits dont je suis témoin chaque jour¹.

C’est aussi le seul moyen de préparer les temps nouveaux : les préparer déjà en nous. »²

« Journal », le 20 juillet 1942

 

« Soyons bien convaincus que le moindre atome de haine que nous ajoutons à ce monde nous le rend plus inhospitalier qu’il n’est déjà. »

« Journal », le 23 septembre 1942

 

« Oui, la détresse est grande, et pourtant […] je sens monter de mon cœur – je n’y puis rien, c’est ainsi, cela vient d’une force élémentaire – la même incantation : la vie est une chose merveilleuse et grande, après la guerre nous aurons à construire un monde entièrement nouveau et, à chaque nouvelle exaction, à chaque nouvelle cruauté, nous devrons opposer un petit supplément d’amour et de bonté. »³

Lettre du 3 juillet 1943

Cordialement

 

0 – Disons que la vie est effectivement moins dure que sous le nazisme avec son obsession insensée d’exterminer juifs, tziganes, homosexuels, communistes, handicapés, résistants, spirituels … Mais la dureté s’est déplacée dans cette guerre économique de tous contre tous, de course folle à la richesse matérielle & symbolique, à la puissance et à la fausse « grandeur » et, pour l’instant, une « humanité » satisfaisante n’est toujours pas au rendez-vous. Il me semble d’ailleurs que subsiste un lien de « parenté » inconscient – et à mon humble avis insuffisamment travaillé par les intellectuels – entre ces deux époques, et que nous n’avons guère retenu la leçon du premier désastre …

Je suis persuadé que tant que la conception anthropologique dominante restera aussi incomplète – rien qu’un corps et un mental, corps & âme dans la terminologie de Michel Fromaget – et donc fausse, aucun progrès en humanité ne sera véritablement possible. Et aucun progrès décisif non plus dans la sauvegarde de notre maison-mère à tous, Gaïa.

Il conviendrait de passer – rapidement et radicalement – à une conception complète, Corps & Âme – Esprit, la seule qui permette de réaliser cette indispensable « transformation si totale du sens de la  grandeur » étudiée par Simone Weil. « Passer », pas revenir à je ne sais quel âge d’or fantasmé.

Je suis persuadé que la réalisation de ce projet – le seul projet réellement vital – nécessitera un recours massif à la Vision du Soi selon Douglas Harding et à sa « méditation pour la place du marché ». Je sais, c’est complètement insensé de l’écrire ainsi aujourd’hui, à l’heure où cette méthode demeure si inexistante médiatiquement, si incomprise et contestée par ceux qui ne l’ont même pas honnêtement essayée et pratiquée, aussi peu organisée … Mais je persiste et signe !

Rappel : la Première Personne compte toujours à partir de 0, moyen habile (upaya) de, notamment, transformer les groupes de quatre personnes en groupe de trois … Et également de réduire à néant le concept erroné d’« environnement ». Essayez, vérifiez … n’en croyez pas un traître mot !

¹ – Les écrits d’Etty ont survécu, et l’intérêt qu’ils suscitent dans le déluge de livres insignifiants, voire nocifs, de chaque rentrée littéraire – business as usual oblige – constitue un signe encourageant. Des pièces de théâtre sont inspirées de ses écrits, des études lui sont consacrées. Mais avec un peu de chance nous devrions échapper au « biopic » … !

« Les faits » ne sont plus exactement les mêmes. Mais la violence continue d’être bien présente aux quatre coins d’un monde désormais soumis à la barbarie de la mondialisation & des réactions qu’elle suscite, et que la dégradation climatique avec toutes ses conséquences néfastes ne peut qu’exacerber. La génératrice de « haine » continue de tourner à plein régime, « l’humain » est loin d’être tiré d’affaire …

« Toutes les horreurs et les atrocités perpétrées ne constituent pas une menace mystérieuse et lointaine, extérieure à nous, mais elles sont toutes proches de nous et émanent de nous-mêmes, êtres humains. »

C’était vrai en 1943, ça le reste aujourd’hui.

² – Voilà la grande leçon d’Etty Hillesum que nous avons à intégrer : « … le seul moyen de préparer les temps nouveaux : les préparer déjà en nous. »

Elle rejoint bien sûr les diverses formulations du Mahatma Gandhi :

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. »
« Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous. »

Quel changement plus désirable & indispensable que d’incarner la « grandeur » consistant à être Ici au Centre espace d’accueil illimité et inconditionnel – contenant ultime – fondement de la fraternité et de l’amour ?

Utopie ? Évidemment. Mais toutes les autres solutions « raisonnables » n’ont-elles pas été essayées, n’ont-elles pas plutôt lamentablement échouées ? N’est-il pas temps de cesser de tourner en rond ?

³ – Cette « force élémentaire » qu’Etty « sent monter de son cœur » – c’est très précisément « Cela » … ! Non seulement « Cela » peut « marcher », mais « Cela » va marcher, puisque, en dépit de toutes nos gesticulations plus ou moins stériles, il s’agit de la seule Non-chose efficace et efficiente, de la seule Réalité en laquelle nous puissions avoir totalement confiance.

Mais ne soyons surtout pas mesquins en mesurant de « petit supplément d’amour et de bonté ». Même si notre lumière intérieure nous effraye, « Jouer petit ne sert pas le monde ». Acceptons joyeusement, sans hésiter, ce retour au Centre, au Je Suis , qui seul permet que la vie soit « une chose merveilleuse et grande ». Encore une fois, la Vision du Soi selon Douglas Harding peut vous y aider … vérifiez !

NB : C’est dans une belle page du site « L’aquarium vert » : Etty Hillesum, « le cœur pensant de la baraque », que j’ai retrouvé la référence à cette expression utilisée dans l’article consacré à Françoise Nyssen.

« Ce blog littéraire est à penser comme le rassemblement de ces étoiles polaires, voix tues ou trop faibles, trop singulières pour être perçues dans le bruit assourdissant de notre temps. »

Claire Laloyaux

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.