Offrandes du second semestre

Après quelques articles inspirés du trésor que constitue le recueil :

« Offrandes – 365 pensées de maîtres bouddhistes »

de Danielle & Olivier Föllmi,

en voici un dernier proposant des citations du second semestre.

Il s’agit toujours d’un choix éminemment subjectif, en lien direct avec la Vision du Soi selon Douglas Harding, un minuscule échantillon destiné à vous donner envie d’aller consulter ce recueil … et, bien évidemment et surtout, de participer à un atelier afin de vérifier la pertinence de mes commentaires.

Les photos de la plupart des auteurs figurent dans les offrandes du premier semestre.

 

« La paresse à l’occidentale consiste à remplir sa vie d’activités fébriles, si bien qu’il ne reste plus de temps pour affronter les vraies questions. »

Sogyal Rinpotché

La Vision du Soi selon Douglas Harding se concentre sur une seule question, LA question : « Qui & que suis-je ? » Qui peut également être déclinée sous la forme : « Où suis-je ? » 

La Vision ne vous délivrera pas immédiatement et comme par miracle de cette « paresse à l’occidentale », mais obtenir une réponse claire à sa question centrale vous aidera considérablement à simplifier votre existence.

 

« Simplifier nos activités, ce n’est pas sombrer dans l’indolence, mais au contraire  se débarrasser de l’aspect le plus subtil de la paresse : celle qui nous fait entreprendre mille activités secondaires. »

Matthieu Ricard

La Vision du Soi selon Douglas Harding constitue sans doute la forme la plus simplifiée, la plus épurée d’une recherche spirituelle, et il lui en est très souvent fait grief. Par défaut d’attention, elle est même parfois taxée de « simplisme ». Pourtant, comme le formule si précisément Paul Valéry : « Ce qui est simple est faux ; ce qui ne l’est pas est inutilisable. »

 

« Enfermés dans la cage sombre et exiguë que nous nous sommes fabriquée et que nous prenons pour la totalité de l’univers, rares sont ceux d’entre nous qui peuvent seulement imaginer qu’il existe une autre dimension de la réalité. »

Sogyal Rinpotché

 

La Vision du Soi selon Douglas Harding s’attaque directement à la partie de notre corps qui symbolise et représente le mieux cette cage de l’ego, la tête … avec un certain succès ! Le nom sous lequel elle est mondialement connue est bien celui de « headless way« , de voie sans tête, même si j’ai expliqué ici pourquoi j’ai choisi de mettre en avant une autre dénomination.

 

« Lorsque vous méditez, invitez-vous ainsi à ressentir l’estime de soi, la dignité, l’humilité et la force du bouddha que vous êtes. »

Sogyal Rinpotché

Douglas Harding formule à peu près la même chose ainsi : « Dans notre voie, méditer en vue de l’illumination consiste à en jouir. » Cela dérange peut-être intensément vos représentations de la recherche, de l’éveil et de l’après-éveil … mais c’est comme cela et non négociable, et, en réalité, on ne peut plus traditionnel ! Une seule solution : vérifier par soi-même !

 

« Il ne s’agit pas de changer quoi que ce soit mais de ne s’accrocher à rien et d’ouvrir les yeux et le cœur. »

Jack Kornfield

 

La Vision du Soi selon Douglas Harding consiste simplement à prendre conscience du fait qu’Ici, au centre de moi-même, Je Suis « rien », espace d’accueil infini et inconditionnel pour « tout » et « tous » là-bas. Généralement l’ouverture du cœur suit naturellement ce premier pas … petit à petit ou immédiatement, avec tous les stades intermédiaires, cela dépend de la personne.

 

« Qui veut promptement sauver

Et soi et les autres,

Doit pratiquer le grand secret :

L’échange de soi et d’autrui. »

Shantideva

Ce grand secret vous paraît compliqué à pratiquer ? Venez donc participer à l’expérience du tube dans un atelier, tout deviendra parfaitement clair en moins de temps qu’il ne m’en faudrait pour l’écrire.

 

SharonSalzberg« Libéré de la rigidité des concepts, le monde devient transparent et s’illumine, comme éclairé de l’intérieur. Lorsque nous comprenons cela, l’interdépendance de tout ce qui vit devient une évidence. Nous voyons que rien n’est figé ou séparé du reste, et que nous sommes en osmose intime avec la substance même de la vie. De ce sentiment de lien surgissent l’amour et la compassion. »

Sharon Salzberg

La Vision du Soi selon Douglas Harding me libère pareillement de la rigidité des concepts, me relie solidement à la transparence que Je Suis et qui illumine ma relation d’interdépendance au monde, mais … je n’y comprends rien, Cela demeure entièrement de l’ordre du mystère ! Et l’amour et la compassion naissent, non pas d’un sentiment, par nature toujours fluctuant, mais de la vision, du simple fait de voir … C’est le « terrain solide du voir » évoqué par Swami Prajnanpad.

 

« La vraie spiritualité consiste à être conscient du fait que, si une relation d’interdépendance nous lie à chaque chose et à chaque être, la moindre de nos pensées, paroles ou actions aura de réelles répercussions dans l’univers entier. »

Sogyal Rinpotché

 

Vous êtes certainement aussi conscient que moi de la gravité extrême des diverses crises actuelles – écologique, culturelle, sociale, politique, économique, financière, … – qui font système et se renforcent les unes les autres. Comment avoir le moindre espoir de commencer à en sortir sans la ferme conviction de cette « interdépendance » ? Si la seule alternative sérieuse à l’effondrement consiste en la « vraie spiritualité », alors une méthode très efficace s’impose dans l’urgence … Le recours à la Vision du Soi selon Douglas Harding pourrait bien s’avérer décisif …

 

« Tout ce qui se manifeste ne chante qu’un seul chant, et c’est celui du vide et de la plénitude. Nous percevons le monde des phénomènes et de la conscience, de la lumière et de l’obscurité qui se révèle dans une danse où la séparation n’existe pas. »

Jack Kornfield

 

Un atelier de Vision du Soi selon Douglas Harding n’est rien d’autre que cette danse très singulière et si agréable. Essayez …

 

« La nature pure de l’esprit – vacuité, lucidité et intelligence illimitée – est en nous depuis toujours. »

Kalou Rinpotché

 

La Vision du Soi selon Douglas Harding, ce n’est « que » quelques moyens habiles (upayas) pour retrouver simplement, facilement, le chemin de la nature pure de l’esprit. Rien d’autre ne pourra combler ce désir racine de tout être humain, le seul chemin de la plénitude, de la liberté, de la paix, de la joie.

 

« Souvenez-vous de ces enseignements, souvenez-vous de la claire lumière, la pure lumière resplendissante de votre nature propre. Elle est immortelle. »

Jack Kornfield

 

NB : Je vous invite à aller admirer également toutes les magnifiques photographies qui illustrent, avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité, toutes ces pensées. Le site  donne un bon aperçu de l’exceptionnelle qualité de ce travail … du très grand art.

Comment l’expliquer ? Beaucoup d’amour pour l’Orient, beaucoup d’intérêt pour les sagesses traditionnelles, beaucoup de travail aussi assurément, mais peut-être bien que le secret réside dans l’&, dans l’esperluette qui relie leurs prénoms … et qui m’est également très chère.

 

Cordialement

 

by-nc-sa

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *