Ô pin solitaire …

PinSolitaireDessus

« Ô pin solitaire,

 Ô mon frère ! »

Prince Yamato Takeru

 

PinSolitaireProfil

Ce vers m’est immédiatement revenu en mémoire depuis notre rencontre, l’automne dernier, presque au sommet du Colombier d’Aillon, superbe « petit » sommet du massif des Bauges.

Mais il m’aura fallu pas mal de temps pour en retrouver l’origine, cherchant d’abord du côté de Maître Dogen, d’autres sages & poètes du ch’an et du zen ensuite …

En feuilletant, un peu par hasard …, « Le Temps, ce grand sculpteur », ce beau recueil d’essais¹ de Marguerite Yourcenar paru aux Éditions Gallimard, je suis finalement parvenu à retrouver une référence … qui a au fond si peu d’importance !

L’essentiel c’est l’intensité de l’expérience, la joie profonde issue de la fraternité² avec l’ensemble du vivant³. Intensité, intimité, joie que la Vision du Soi selon Douglas Harding rendent si aisées, si naturelles, si évidentes …

Et bien sûr pas uniquement dans des circonstances un peu exceptionnelles comme ici, non, en permanence dès que l’œil de l’attention est ouvert.

Mais comme d’habitude n’en croyez pas un traître mot, essayez et vérifiez lors d’un atelier !

 

Cordialement

 

¹ – La référence se trouve dans le sixième essai, « La noblesse de l’échec », qui commente et évoque le livre d’Ivan Morris portant ce titre. Ce parcours dans l’histoire violente du Japon, des origines à nos jours, est assez dérangeant …

Ces autres vers de Saigo Takamori, dont l’épopée a servi de base historique au film « Le Dernier Samouraï », restent, malheureusement, tout à fait d’actualité :

« Je suis indifférent au froid de l’hiver,

Ce sont les cœurs glacés des hommes qui me font peur. … »

² – Notion absolument centrale et entendue avec l’exigence que confère Marie Balmary à ce « devoir de fraternité » dans son ouvrage « Abel ou la traversée de l’Eden ».

³ – Non seulement les arbres sont vivants, mais ils nous permettent de vivre … de bien des façons.

Je me permets de vous conseiller aussi la lecture de la remarquable « Mythologie des arbres » de Jacques Brosse (Petite Bibliothèque Payot n° 161).

by-nc-sa

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.