Noi siamo le sardine – Nous sommes les sardines

« Cari populisti, lo avete capito. La festa è finita.

« Chers populistes, vous l’avez compris. La fête est finie. (0)

Per troppo tempo avete tirato la corda dei nostri sentimenti. L’avete tesa troppo, e si è spezzata. Per anni avete rovesciato bugie e odio su noi e i nostri concittadini : avete unito verità e menzogne, rappresentando il loro mondo nel modo che più vi faceva comodo. Avete approfittato della nostra buona fede, delle nostre paure e difficoltà per rapire la nostra attenzione. Avete scelto di affogare i vostri contenuti politici sotto un oceano di comunicazione vuota. Di quei contenuti non è rimasto più nulla.

Depuis trop longtemps, vous tirez sur la corde de nos sentiments. Vous l’avez trop étirée et elle s’est cassée. Pendant des années, vous avez déversés des mensonges et de la haine sur nous et nos concitoyens : vous avez combiné vérité et mensonge, représentant leur monde de la manière qui vous convenait le mieux. Vous avez profité de notre bonne foi, de nos craintes et de nos difficultés pour capter notre attention. Vous avez choisi de noyer vos contenus politiques sous un océan de communication vide. Il ne reste plus rien de ces contenus.

Per troppo tempo vi abbiamo lasciato fare.

Nous vous avons laissé faire trop longtemps.¹

Per troppo tempo avete ridicolizzato argomenti serissimi per proteggervi buttando tutto in caciara.

Pendant trop longtemps, vous avez ridiculisé des arguments très sérieux pour vous protéger en faisant un boucan d’enfer.

Per troppo tempo avete spinto i vostri più fedeli seguaci a insultare e distruggere la vita delle persone sulla rete.

Pendant trop longtemps, vous avez poussé vos adeptes les plus fidèles à insulter et à détruire la vie des gens sur la toile.

Per troppo tempo vi abbiamo lasciato campo libero, perché eravamo stupiti, storditi, inorriditi da quanto in basso poteste arrivare.

Pendant trop longtemps, nous vous avons laissés le champ libre, parce que nous étions stupéfaits, assommés, horrifiés de voir à quel niveau de bassesse² vous pouviez descendre.

Adesso ci avete risvegliato. E siete gli unici a dover avere paura. Siamo scesi in una piazza, ci siamo guardati negli occhi, ci siamo contati. E’ stata energia pura. Lo sapete cosa abbiamo capito ? Che basta guardarsi attorno per scoprire che siamo tanti, e molto più forti di voi.

Maintenant, vous nous avez réveillés. Et vous êtes les seuls à avoir peur. Nous sommes descendus sur une place, nous nous sommes regardés dans les yeux, nous nous sommes comptés. C’était de l’énergie pure. Vous savez ce qu’on a compris ? Qu’il suffit de regarder autour de soi pour découvrir que nous sommes si nombreux et beaucoup plus forts que vous.

Siamo un popolo di persone normali, di tutte le età : amiamo le nostre case e le nostre famiglie, cerchiamo di impegnarci nel nostro lavoro, nel volontariato, nello sport, nel tempo libero. Mettiamo passione nell’aiutare gli altri, quando e come possiamo. Amiamo le cose divertenti, la bellezza, la non violenza (verbale e fisica), la creatività, l’ascolto.

Nous sommes un peuple de gens normaux, de tous âges : nous aimons nos maisons et nos familles, nous essayons de nous engager dans notre travail, le bénévolat, le sport, les loisirs. Nous mettons toute notre passion à aider les autres, quand et comme nous le pouvons. Nous aimons les choses drôles, la beauté, la non-violence (verbale et physique), la créativité, l’écoute.

Crediamo ancora nella politica e nei politici con la P maiuscola. In quelli che pur sbagliando ci provano, che pensano al proprio interesse personale solo dopo aver pensato a quello di tutti gli altri. Sono rimasti in pochi, ma ci sono. E torneremo a dargli coraggio, dicendogli grazie.

Nous croyons toujours en la politique et aux politiciens avec un P majuscule. Chez ceux qui essaient même en se trompant, qui pensent à leur propre intérêt personnel seulement après avoir pensé à celui de tous les autres. Il en reste peu, mais il y en a. Et nous reviendrons pour leur donner du courage et leur dire merci.³

Non c’è niente da cui ci dovete liberare, siamo noi che dobbiamo liberarci della vostra onnipresenza opprimente, a partire dalla rete. E lo stiamo già facendo. Perché grazie ai nostri padri e nonni avete il diritto di parola, ma non avete il diritto di avere qualcuno che vi stia ad ascoltare.

Il n’y a rien dont vous deviez nous libérer, c’est nous qui devons nous libérer de votre omniprésence oppressive, à partir de la toile. Et nous le faisons déjà. Parce que grâce à nos parents et à nos grands-parents, vous avez le droit de parler, mais vous n’avez pas le droit d’avoir quelqu’un pour vous écouter.

Siamo già centinaia di migliaia, e siamo pronti a dirvi basta. Lo faremo nelle nostre case, nelle nostre piazze, e sui social network. Condivideremo questo messaggio fino a farvi venire il mal di mare. Perché siamo le persone che si sacrificheranno per convincere i nostri vicini, i parenti, gli amici, i conoscenti che per troppo tempo gli avete mentito. E state certi che li convinceremo.

Nous sommes déjà des centaines de milliers, et nous sommes prêts à vous dire ça suffit. Nous le ferons dans nos maisons, sur nos places et sur les réseaux sociaux. Nous partagerons ce message jusqu’à ce que vous ayez le mal de mer. Parce que nous sommes les gens qui se sacrifieront pour convaincre nos voisins, parents, amis, connaissances que vous leur mentez depuis trop longtemps (4). Et soyez assurés que nous allons les convaincre.

Vi siete spinti troppo lontani dalle vostre acque torbide e dal vostro porto sicuro. Noi siamo le sardine, e adesso ci troverete ovunque. Benvenuti in mare aperto. »

Vous êtes allés trop loin de vos eaux troubles et de votre havre sûr. Nous sommes les sardines, et maintenant vous nous trouverez partout. Bienvenue en pleine mer. »

“E’ chiaro che il pensiero dà fastidio, anche se chi pensa è muto come un pesce. Anzi, è un pesce. E come pesce è difficile da bloccare, perché lo protegge il mare. Com’è profondo il mare”. (Lucio Dalla)

« Il est clair que penser dérange, même si celui qui pense est muet comme un poisson. En fait, c’est un poisson. Et en tant que poisson, il est difficile à bloquer, car la mer le protège. Comme la mer est profonde ». (Lucio Dalla)

Lucio Dalla

 

Cordialement

 

J’ai découvert cette remarquable initiative de mes voisins transalpins, dans ce billet :

« Dans toute l’Italie Les « sardines » remplissent les places contre Salvini »

0 – Tout manifeste se doit d’afficher d’entrée un immense optimisme. Mais chacun sait que nous n’en aurons vraisemblablement jamais fini avec nos « chers populistes ». Il est dans doute excessif de faire trop référence à cette formule douloureusement célèbre :

« Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde. »

… mais le risque de gravissime dérapage de tout populisme est bien réel. Gaffe bien gaffe !

¹ – Bien vu. C’est effectivement le laisser-faire des « gens », vous, moi, … qui autorise ces médiocres à monter sur le devant de la scène. Les citoyens ont/auraient … le devoir de ne plus laisser-faire.

« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ».

Max Frisch

Jean-Claude Guillebaud invite pareillement dans certains de ses ouvrages à ne pas « abandonner le monde aux méchants, fauteurs et railleurs », Psaume 1 à l’appui.

² – Cette dégringolade dans la « bassesse » fait le buzz et a quelque chose de fascinant dans son obscénité même. Les marchands d’odieux-visuel l’ont compris depuis fort longtemps, et ils portent une immense responsabilité dans la dégénérescence de la politique. Berlusconnerie et Cie … Mais nous avons les mêmes en France. Et ils sont partout …

Quand nous déciderons-nous à remettre « le sens de la véritable grandeur » au premier plan ?

« La vraie grandeur est silencieuse, infiniment discrète, elle réside dans la conquête de l’intelligence et de la sagesse de l’amour, de la patience et de la générosité de l’amour. »

 Sylvie Germain

La Vision du Soi selon Douglas Harding peut utilement contribuer à cet objectif aussi ambitieux … qu’indispensable. Essayez, vérifiez !

³ – Il fallait le dire et les sardines l’ont dit, simplement. Merci.

Ça me fait penser à cette citation, lue chez Frédéric Leboyer :

« La vie spirituelle ? Ce sont tous ces miracles qui arrivent quand on fait passer l’intérêt des autres avant le sien ».

Si nous ne soutenons pas « les politiciens avec un P majuscule », nous hériterons des autres sous-m…..

4 – C’est un vieux réflexe humain que de préférer un mensonge sucré à une vérité amère … Pourtant il y a bien longtemps que nous avons été avertis :

« … et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »

[… καὶ γνώσεσθε τὴν ἀλήθειαν, καὶ ἡ ἀλήθεια ἐλευθερώσει ὑμᾶς.]

Évangile de Jean 8, 32

NB : traduction française – à peine modifiée – du Manifeste par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.