N’imitez pas … ! – Yuho Seki Roshi

« Le zen (le dharma) est né en Inde, il y a deux mille cinq cents ans.

Cet enseignement est ensuite passé en Chine sous le nom de ch’an.

Il y a sept cents ans, il est arrivé au Japon où il est appelé « zen ».

Mais les Japonais n’ont pas imité les Chinois ; ils ont créé un zen japonais.

Aujourd’hui, le zen intéresse l’Occident.

N’imitez pas les Japonais !

Vous devez mettre en place un zen pour l’Occident. »

Yuho Seki Roshi

Yuho Seki Roshi (1900 – 1982)

 

Cordialement

 

Le paragraphe ci-dessus constitue l’introduction au livre de Jacques Castermane « Comment peut-on être zen ? » paru en 2009 aux éditions du Relié.

Il est complété par la note suivante : « Yuho Seki Roshi, abbé du monastère rinzai-zen de Eigen-ji (Kobe). Entre 1973 et 1982 (année de son décès), il est venu chaque année en Forêt-Noire pour animer des sesshins. »

En Forêt-Noire, et plus précisément à Todtmoos-Rütte, le centre fondé par Karlfried Graf Dürckheim.

&

Il est possible de rapprocher cette exhortation de la déclaration sans concession de Narazaki Ikkô, un autre maître zen, relatée par Eric Rommeluère dans « S’asseoir tout simplement » :

« Le zen est une tradition japonaise créée par des japonais pour des japonais. Vous n’êtes pas nés sur cette terre et toutes vos tentatives de le comprendre et de de le pratiquer seront nécessairement vouées à l’échec. »

Combien d’enseignants du « zen » (de quel « zen » … ?) ont-ils pris aux sérieux ces avertissements ? Combien se sont laissés prendre au piège d’une imitation … confortable, et peut-être, relativement sinon absolument, vaine … ?

Sachez que, vraisemblablement sans les avoir lues ou entendues, Douglas Harding les a respectés à la lettre. Son approche, la Vision du Soi (Vision Sans Tête), constitue une exceptionnelle « contribution au zen en Occident », puisque tel est le sous-titre de « On having no head », traduit en français par « Vivre sans tête ».

Dans ce livre Douglas répond notamment à ceux qui se demandaient : « Mais tout ceci, est-ce du zen ? » , et qui lui reprochaient ce qu’ils prenaient pour une insupportable prétention … sans même avoir eu l’honnêteté de pratiquer la moindre expérience de Vision du Soi.

Ne vous contentez pas de l’avis des experts (« Il (Douglas Harding) a tout compris … », « The zen of seeing « , … ). Ne commettez pas l’erreur, funeste, de laisser à quelqu’un d’autre le soin de dire ce que c’est, vu de la périphérie, que d’être vous au Centre ! Ayez l’audace de participer à un atelier de Vision du Soi.

N’imitez pas … qui que ce soit !

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.