Méditation dans l’esprit du Zen – 18/19-0

Participer au Forum des Associations du canton de St-Jean de Maurienne m’a offert l’occasion d’échanger sur quelques idées … approximatives – pour ne pas dire fausses – à propos de la méditation en général et du zen en particulier. Essayons de rectifier le tir en quelques phrases, même si seule la pratique en est vraiment capable.

« La méditation n’est pas faite pour moi, je suis quelqu’un de très actif … »

Méditer aussi nécessite d’être très actif … intérieurement ! Que ce soit pour maintenir à peu près immobile une posture stable & agréable, tonique & détendue, calée sur des réglages corporels précis et contrôlés dans la durée. Pour laisser ensuite se déployer une vague respiratoire de plus en plus consciente, libre, lente, paisible dans tout le corps, voire au-delà. Pour garder enfin son mental dans un état d’ouverture vigilante, ne refusant aucune forme (sensation, pensée, émotion, …) et n’embrayant sur aucune.

Et jusque là il n’est encore question que de préparation à la méditation. Méditer c’est, une fois les fondements évoqués ci-dessus bien stabilisés, accepter en confiance que le « moi-je » – l’ego – lâche prise et passe en douceur le relais à … une dimension infiniment plus spacieuse de nous-même, que nous portons (tous) en nous & qui nous porte (tous), et qu’il est bien difficile de nommer & impossible de définir. Que chacun trouve le mot qui lui correspond le mieux …

« Je n’ai pas le temps maintenant, plus tard, quand je serais à la retraite … »

Outre le fait que nos gouvernements successifs ont une fâcheuse tendance à sans cesse reculer l’âge de la retraite, les retraités sont généralement sur-sollicités, par leurs enfants & petits-enfants, ou par des marchands de distractions en tous genres, au point qu’ils n’ont souvent plus une seconde à eux. Sachez qu’installer dans sa vie une « hygiène » de méditation nécessite un peu de temps et de motivation pour sortir des habitudes – pour ne pas dire des ornières – et qu’il n’est pas inutile d’envisager de s’y mettre sans trop attendre.

A cet égard, la remarque malicieuse de ce bon vieux C. G. Jung : « L’homme passe la première moitié de sa vie à faire son trou, et la deuxième à essayer d’en sortir. » mérite sans doute réflexion !

« Je n’ai pas vraiment besoin de méditer, je marche/je jardine/je peins/je chante/je joue d’un instrument/ … »

L’idée de cette méditation dans l’esprit du zen consiste à :

  1. consacrer régulièrement une petite partie de la journée à contacter cette dimension infiniment plus spacieuse de nous-même, à l’être …
  2. vivre tout le reste à partir de ce Centre : toutes les autres activités, comme celles évoquées dans la remarque ci-dessus, y gagneront en qualité de conscience et donc en intensité … essayez, vérifiez !

« Pourquoi perdre mon temps à méditer alors qu’il y a tant de choses à faire ! « 

Toute méditation digne de ce nom n’est en aucun cas une simple activité de plus, une case de l’agenda isolée de tout le reste, un cocon étanche pour se protéger des vicissitudes de la vie. Elle a au contraire vocation a en irriguer toutes les dimensions, à tout vivre – sans exception – à partir de cet espace d’accueil inconditionnel et illimité évoqué plus haut. Cela peut transformer radicalement l’expérience de nos actions – individualistes ou altruistes – dans le sens d’une plus grande conscience, responsabilité, efficacité …

Cela rejoint le conseil formulé en Luc 14, 28 de « premièrement s’asseoir »– si souvent oublié par une majorité de gens pressés de se – et de nous – mettre « en marche » … A partir de ce Centre il est possible d’agir, alors que de la périphérie de nous-mêmes sort le plus souvent de la réaction et de l’agitation. N’en croyez surtout pas un traître mot : essayez, vérifiez !

&

Quant au mot « zen », l’inventaire de ses utilisations abusives nécessiterait au moins un Prévert ! Si celui qui vous est proposé est au choix …

  • « fun » (bain moussant et/ou à bulles, cocktail de distractions variées de préférence en pleine nature, etc …)
  • « cool » (massage, musique d’ambiance, gadgets orientaux divers, etc …)
  • « sérieux » (offres de prêt ou d’assurance, contrôle technique automobile, style de conduite autoroutière, etc …)
  • « thérapeutique » (mieux dormir, manger, digérer, etc …)
  • mâtiné de « développement personnel » (devenir plus efficace, serein, productif, etc …)
  • etc …

… alors prenez vos distances avec ces piètres succédanés d’un zen plus vrai.

Si ce qui vous est proposé ne renverse pas cul par dessus tête vos convictions les plus solides concernant votre identité, ne s’impose pas à vous comme un des rares outils efficaces pour remettre de l’ordre & de l’unité, en vous-même et dans vos relations avec les autres et l’univers, ne vous embrase pas, … alors il ne s’agit pas de zen, tout simplement. Mais comme le zen est à 100% expérience, ne croyez surtout pas un mot de tout ce qui précède, et essayez, vérifiez !

Cf. aussi : « Parler du zen sans trahir la voie – Eric Romeluère »

&

Pour tenter de résumer tout cela en une seule phrase, empruntée à Yvan Amar :

« La méditation [dans l’esprit du zen] c’est le lieu où l’univers se réjouit d’être l’univers. »

Rien de moins !

 

Cordialement

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Méditation and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.