« L’immensité intérieure » – Douglas Harding

ImmensitéIntérieure« L’immensité intérieure – Redécouvrir notre nature originelle » a paru en 2002 aux éditions Accarias L’Originel .

Ce livre, partiellement évoqué dans un article précédent, constitue à mon avis la meilleure introduction, à la fois la plus complète et la plus vivante,  à la Vision du Soi selon Douglas Harding.

Enfin non … la meilleure introduction qui soit a toujours été, est et demeurera la participation effective à un atelier.

La présentation de l’ouvrage chez l’éditeur (Cf. lien établi ci-dessus), propose quelques « références », sommaires et très inexactes, qui nécessitent quelques commentaires.

« La vocation de cette quête est d’englober à la fois la nature et l’immensité de l’univers, par l’immensité de l’esprit et du cœur. »

Celui qui est capable de rassembler dans une seule phrase un charabia aussi vague n’a d’évidence même pas lu le livre. Dommage qu’un éditeur ne soit pas capable de mieux valoriser un des trésors de son catalogue. S’il le souhaite, je suis à sa disposition pour faire beaucoup mieux, gracieusement.

« Douglas Harding poursuit – sous une présentation plus directe et spontanée – son travail d’incitation au « déblaiement »… Cette approche originale de notre nature profonde rejoint, assure-t-il, ce qui fait le cœur de toutes les religions. »                         Terre du Ciel

Il convient d’examiner de plus près cette appréciation très … critique :

  • « … présentation plus directe et spontanée … » : tous les livres, articles, interviews, vidéos, … précédents de Douglas sont, bien sûr, d’une lourdeur et d’un ennui mortels. Tous les lecteurs de « Vivre sans tête » ont pu le constater, et les autres peuvent se référer à son premier chapitre, Vision, sur ce site. Il y a fort à parier que le rédacteur de ces lignes ne s’est jamais sérieusement intéressé à l’œuvre de Douglas, sans même parler de participation effective à un atelier.
  • « … son travail d’incitation au « déblaiement » … » : je n’ai jamais entendu Douglas prononcer ce mot, et s’il l’a utilisé par écrit, cela reste sans doute exceptionnel et nullement dans un sens général. Il n’y a pas de « déblais » dans la Vision du Soi : tout, absolument tout, est intégré harmonieusement au sein d’une hiérarchie bien ordonnée. Et tout se met en place assez spontanément à partir de la claire vision procurée par les expériences. Encore faut-il les faire ces expériences, s’y engager avec suffisamment d’ouverture d’esprit  et de courage.
  • « … rejoint, assure-t-il, ce qui fait le cœur de toutes les religions. » : cet « assure-t-il » est vraiment regrettable, surtout lorsque l’on n’est vraisemblablement jamais entré sérieusement dans le travail proposé par Douglas. Tout néophyte qui joue le jeu des expériences lors d’un atelier de Vision du Soi rejoint effectivement la Source, ne serait-ce que momentanément. Et dès lors il se contrefiche de l’avis autorisé de soi-disant experts, tellement englués dans une tradition ininterrompue depuis l’âge de pierre qu’ils en sont incapables de retrouver l’esprit neuf du débutant, d’interroger l’enfant de sept jours à propos du lieu de la Vie … Quelle erreur ! Quelle tristesse !

 

AucuneExpérience(Recrutement : emprunté à ipapy)

« D. Harding nous offre la possibilité de nous arrêter, de revenir à nous-même, de ressentir notre Présence intérieure. »                                                               3ème Millénaire

J’ai déjà écrit ici tout le bien que je pense de l’excellente revue 3° Millénaire. Et c’est bien pour cela que je ne peux pas laisser passer pareille inexactitude concernant la Vision du Soi : elle ne nous offre en aucune façon la possibilité de « ressentir », elle nous permet de « voir », précisément, intégralement, simplement. La différence de nature est totale, et c’est cela qui fait l’exceptionnelle efficacité de la méthode de Douglas. C’est pour cela qu’elle s’intitule Vision, Vision du Soi ou Vision Sans Tête. Qu’elle s’accompagne de « ressentis » divers et variés, c’est inévitable mais tout à fait secondaire.

« Un processus de réflexion et des exercices simples proposés par D. Harding, l’un des pionniers du développement personnel »                                                                Psychologies

Désolé, mais il ne s’agit pas non plus d’un « processus de réflexion », il s’agit juste de « voir », il s’agit de « voir » juste. Et quand on lui parlait de « développement personnel », Douglas répondait que son job à lui était exactement l’inverse (« quite the opposite »). Mais  peut-on vraiment espérer un commentaire pertinent sur une démarche spirituelle de la part de ce grand capharnaüm du développement personnel qu’est Psychologies ? Il arrive même parfois que ce magazine propose des choses intéressantes dans les domaines du corps et de l’âme (au sens de Michel Fromaget), mais tout cela se passe là-bas à l’extérieur, à un mètre environ d’Ici, du Centre qu’il est possible de nommer Esprit.

 

« Exercices pour aider le lecteur à renaître à sa véritable nature »                      Santé Yoga

Là, nous nous rapprochons de la réalité, mais essayons néanmoins d’être un peu plus précis. La distinction entre « expérience » et « exercice » est fondamentale. La Vision du Soi propose des expériences d’attention qui ne se contentent pas d’ « aider » l’acteur, et beaucoup plus rarement le simple lecteur, à renaître. Elles lui permettent de le faire dans une logique de tout ou rien : quelques très rares personnes ne voient rien, une très grande majorité percute à 100 %. Cela peut sembler d’une prétention insupportable, mais c’est ainsi. L’efficacité de la Vision du Soi est telle qu’il est réellement possible de parler de percée en terme de transmission spirituelle.

La difficulté vient ensuite : comment valoriser l’expérience, comment la transformer en exercice, comment l’intégrer à son quotidien jusqu’à ce que vivre à partir de sa véritable nature devienne parfaitement naturel ? Même si elle s’avère passionnante, voire joyeuse, une véritable lutte contre l’oubli va devenir indispensable. Consécration, patience et persévérance, abhyâsa et vaïragya (Yoga Sutras I, 12) : une pratique intense dans un esprit de lâcher-prise … un véritable yoga !

« L’immensité intérieure – Redécouvrir notre nature originelle » est un livre de vie majeur, un de ceux qu’il convient d’emporter avec soi sur la fameuse île déserte. Bonne lecture !

Cordialement

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *