L’homme terme de l’évolution – Fin du monde 2

 

« L’homme serait le terme de l’évolution, son chef-d’œuvre. Après quoi, ne pouvant faire mieux, elle en serait restée là. Mais l’homme bravement a pris le relais, il a continué tout seul et réussi cet exploit : à présent, il peut se détruire et la Terre avec lui. Comme le remarque un évolutionniste conséquent, Stephen Jay Gould :

« La Terre et ses bactéries vont bientôt sourire de nous comme d’une folie passagère de l’évolution. »

 

 

Le texte ci-dessus est le bonheur du jour du 6 avril, dans le merveilleux petit livre de Jacques Brosse édité par La Table Ronde en 2008.

 

 

 

&

En glanant quelques renseignements sur les travaux de Stephen Jay Gould, je découvre le principe du « NOMA » (de l’anglais Non-Overlapping Magisteria) : non-recouvrement des magistères.

Principe simple et rationnel, qui prône le respect mutuel, sans empiétement quant aux matières traitées, entre deux composantes de la sagesse dans une vie de plénitude :

  • notre pulsion à comprendre le caractère factuel de la nature, le magistère de la science
  • et notre désir de trouver du sens à notre propre existence et une base morale pour notre action, le magistère de la religion

Au nom de ce principe, Gould fustige les fondamentalistes religieux, pour lesquels la Bible a la même valeur que les travaux scientifiques. Mais il réprouve également les scientifiques qui, en raison de leur athéisme, attaquent les croyances religieuses.

&

Une fois de plus je m’émerveille de l’originalité et de l’ efficacité de la Vision du Soi de Douglas Harding dans tous les domaines. Sa troisième voie, la Vision, transcende ce principe de non-recouvrement des magistères et prolonge l’action de la science et de la religion jusqu’au cœur du réel. De surcroît sans recourir à une autre autorité que celle du sujet qui expérimente la Vision et prend ses résultats au sérieux.

Seule cette troisième voie permet, dans un entier respect des deux autres, de parvenir à la plénitude de la sagesse, à la sagesse de la plénitude.

 

 

Cordialement

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.