« … l’histoire d’un échec. » – Sartre

Le commentaire d’André Comte-Sponville concernant la citation d’Alfred de Vigny évoquée dans un article précédent se terminait sur cette citation de Jean-Paul Sartre (0) :

« L’histoire de toute vie est l’histoire d’un échec. »¹

… suivie de ce complément :

« C’est peut-être forcer le trait. Mais cela me parle davantage que la volonté éperdue de “vivre ses rêves”, comme on dit aujourd’hui. Réveillons-nous plutôt !² La vie est plus précieuse que les rêves. La lucidité, plus importante que la réussite³. »

 

Cordialement

 

0 – J’avoue humblement mal connaître l’œuvre de cet auteur … et ne pas avoir vraiment envie de la connaître plus. D’ailleurs cette citation ne m’y invite guère …

¹ – Formule choc, facile à mémoriser, certes. Mais quelle radicalité, quel totalitarisme de la pensée ! De nombreuses vies constituent d’éclatantes réussites, parce que vécues sur la base de cette « hypothèse de travail minimale » condensée par Aldous Huxley, parce que développées dans une complétude anthropologique « corps & âme – esprit », parce qu’elles ont été l’occasion d’une « nouvelle naissance », d’un « passage sur l’autre rive », de la découverte de son « visage originel », … Au final peu importe la dénomination retenue pourvu qu’on fasse l’expérience, et que celle-ci nourrisse la vie qui commence enfin.

Alors oui, postuler qu’il n’existe aucune espèce de vie intérieure, aucune « Philosophie Éternelle », aucune ascèse – exercice bien ordonné sur soi-même – efficace, et réduire « toute vie » à ce qui se passe dans la zone « je suis humain » du dessin ci-dessous, c’est effectivement programmer un échec garanti. C’est le choix de la mort, mais l’option de la Vie n’en reste pas moins ouverte.

Et grâce à la Vision du Soi selon Douglas Harding, je dirais même grande ouverte. Mais soyez pragmatique : essayez, vérifiez.

² – Voilà qu’un philosophe renommé – et que j’apprécie – s’exprime comme le premier témoin de Jéhovah venu ! Comment pouvons-nous si aisément oublier, et A. Comte-Sponville le premier, la leçon du bouddhisme et de tant d’autres voies spirituelles ? Toutes nous disent grosso modo qu’une vie vécue uniquement sur le plan du corps & mental est un « rêve » – plus exactement un cauchemar – et que seul l’éveil – la découverte de son « visage originel », de sa vraie nature d’espace d’accueil illimité et inconditionnel, de « contenant ultime » – peut y mettre un terme … pour, enfin, commencer à vivre.

Cessons donc de rêver à une réussite véritable et durable dans la zone « je suis humain » du dessin ci-dessus. Cessons de chercher un « réveil » dans cette zone si étroitement limitée et conditionnée. Ayons l’audace de trouver l’éveil d’abord au Centre puis dans la totalité. Reconnaissons l’évidence de la Vision. Mais soyons pragmatique : essayons, vérifions.

³ – « La lucidité, plus importante que la réussite », certes. Mais de quelle « lucidité » parlons-nous ? Pour exploiter encore un peu plus la « carte » majeure de Douglas représentée ci-dessus, s’agit-il de la seule « lucidité » de la zone « je suis humain » – pauvre petite faculté limitée et conditionnée d’une représentation anthropologique incomplète de l’être humain – ou de celle qui résulte de l’éveil à sa véritable nature représentée par l’ensemble du dessin ci-dessus ? La réponse à cette question s’avère décisive, puisqu’elle vous oriente soit vers « l’échec », la mort, soit vers la réussite, la Vie …

Cette « carte » est en réalité mon, ton, son, notre … autoportrait ! Mais il est bien sûr nettement préférable de le construire en groupe, lors d’un atelier de Vision du Soi, en l’affinant d’expérience d’attention en expérience, en l’intégrant de plus en plus profondément grâce au dialogue et à l’utilisation de citations spirituelles diverses.

Hors de l’atelier point de salut … !


A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to « … l’histoire d’un échec. » – Sartre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.