Catégories
1 - Pratique de la Vision du Soi Fondamentaux Vision du Soi

L’exemple de Saint-Denis – Taïkan Jyoji

J’ai découvert le texte de Taïkan Jyoji ci-dessous en retournant jeter un œil – le bon ! – sur son texte « Relancer l’économie », mis en lien dans le précédent billet. Je laisse les « happy few » lecteurs de volte-espace en profiter, et nous nous retrouvons pour les commentaires en bas de page.

L’exemple de Saint Denis (0)

« Nous n’avons pas encore pris pleinement conscience de l’importance de la catastrophe écologique ! Il n’existe rien sur cette terre qui ne soit pas vivant donc voués à mourir. Même les rocs les plus durs finiront par s’effriter, se désintégrer.¹

Tout est à inventer, tout reste à refaire. Si la planète est délabrée et qu’on a encore un peu envie de vivre, alors on doit tout changer, tout réinventer. Millionnaires et milliardaires n’auront plus leurs places ici-bas, puisque le profit ne sera plus à l’ordre du jour.²

J’aimerais, si la vie m’en laisse le temps, participer à cette reconstruction. Aujourd’hui point n’est besoin d’avoir une tête bien remplie. Inspirez-vous de Saint Denis ci-dessous. Sa tête ne lui sert plus à rien. Mme Google vous dira tout sur tout. Pour opérer ce changement en profondeur il faut ne plus avoir envie d’acheter, envie de se procurer un million et d’objets ajoutés à ceux déjà inutiles.³

C’est un sacré truc que de s’attaquer à l’envie, ou le désir ! Pour l’instant l’homme n’a pas encore assez développé l’envie de s’améliorer. Et là, les guides spirituels, dont je suis, devront se surpasser pour créer l’envie d’explorer les Voies d’épanouissement pour sortir d’un processus d’affadissement mental. (4)

Je veux bien me soumettre à mon infériorité. Mais dites vous que des gourous on en trouvera toujours pour prêcher la bonne parole. En revanche des Taïkan Jyoji vous n’en trouverez pas, il n’en existe qu’un pour vous amener au Vide.

Le « vide de pensée » ne peut être entrevu par la pensée.

Il s’agit donc d’une entrevision sur fond de brouillard. Regardez bien Saint Denis. Vous croyez qu’il pense, lui ? Il en a fini avec ça ! Et si on pense il faut que cela serve à quelque chose. » (5)

Taïkan Jyoji

Cordialement

 

0 – Il y a quelque temps que j’ai le désir d’écrire à propos de la longue cohorte des « saints céphalophores », qui ont sans doute un message plus subtil à faire passer, en lien direct avec la Vision du Soi selon Douglas Harding, que celui de leur martyr sanglant … Un grand merci à Taïkan Jyoji qui me donne l’occasion de commencer.

¹ – Est-ce que l’effondrement en cours de notre « decivilisation » (Olivier Rey) thermo-industrielle non durable va nous contraindre à une réflexion plus sérieuse sur notre propre mortalité, l’intemporelle clé de toute véritable transformation, la porte de l’ouverture à l’Esprit … ? Rien n’est moins sûr ; il se pourrait même que la catastrophe contribue à durcir encore plus nos cœurs de pierre. Tâchons d’espérer …

² – « Tout » a sans doute déjà été « inventé » depuis assez longtemps, y compris la merveille qu’est l’aventure spirituelle du zen. Mais beaucoup reste effectivement à transférer, activement & urgemment, dans le fonctionnement courant de nos (dis)sociétés. Nous connaissons la plupart des solutions, mais nous continuons globalement à aggraver les problèmes. Nous persévérons dans l’erreur d’une « consommation ostentatoire » pour vivre comme des « millionnaires et milliardaires » de l’avoir & du paraître, alors que nous sommes déjà tels en ce qui concerne l’essentiel : l’être.

« Le seul espoir » de sortie de ce cercle vicieux consiste à reconnecter, aussi étroitement que possible, la dimension spirituelle, entrer enfin dans la contempl-action. La Vision du Soi semble une excellente « entrée principale » … Essayez, vérifiez !

³ – Admirons au passage l’optimisme, pour ne pas dire l’enthousiasme, d’un Taïkan Jyoji né en 1941 ! Le zen est aussi une formidable source d’énergie, renouvelable, tout comme l’esprit du zen … Essayez, vérifiez !

Et venons-en à l’essentiel : « … point n’est besoin d’avoir une tête bien remplie. Inspirez-vous de Saint Denis ci-dessous ». Peut-être même qu’avoir une tête – « bien remplie » ou pas – représente un handicap majeur … et qu’il est désormais plus que temps de « Vivre Sans Tête ».

Toute véritable « reconstruction » – et celle qu’évoque ici Taïkan Jyoji plus particulièrement – ne commencerait-elle pas par … « Vivre Sans Tête » ? Est-ce qu’il « peut y avoir du Zen sans l’espace vide du “sans tête”. » ? Est-ce que la seule façon de « ne plus avoir envie d’acheter » – juste pour compenser un illusoire défaut d’être – ne consiste pas à être espace d’accueil illimité & inconditionnel pour … tous et tout, avoir « pour corps l’univers entier » comme le sage des Upanishads ? A retrouver la « silencieuse coïncidence » avec notre Visage Originel, notre « autoportrait » ?

4 – « S’attaquer … au désir » ? Quelle triste idée ! Pourquoi ne pas plutôt reconnaître et accompagner cet intense désir à double sens, du « je suis humain » périphérique vers le « Je Suis » central et inversement ? Car la Source a elle aussi soif d’être bue …

L’attention constante à « l’asymétrie » – unique règle de la Vision du Soi – voilà peut-être le meilleur moyen de « s’améliorer », indirectement certes, mais de manière naturelle et durable. Une fois de plus, n’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez !

« Les guides spirituels » sont totalement impuissants « pour créer l’envie ». Ils peuvent nous accompagner jusqu’à une source, mais en aucun cas nous transmettre la soif … C’est une constatation tragique, certes, mais c’est ainsi. Ils peuvent surtout témoigner de l’insurpassable joie d’être espace d’accueil illimité & inconditionnel, modestement, humblement, en se gardant de toute séduction.

Le « processus d’affadissement » est peut-être moins « mental » que spirituel. Nous nous « contentons de trop peu », nous acceptons de vivre émoussés, comme des créatures néoténiques – corps & mental seulement – rétives à l’ouverture à l’Esprit, à l’éveil, à la nouvelle naissance, … Aucun épanouissement n’est possible pour une telle caricature d’être humain. « Privé du divin, l’homme est mutilé » écrivait Marie-Madeleine Davy dans « Le désert intérieur ».

5 – Je ne suis pas sûr de bien tout comprendre dans ce dernier paragraphe … Alors certes : « Le “vide de pensée” ne peut être entrevu par la pensée. » Dans le domaine qui nous intéresse ici, la pensée est d’abord une « entrave », avant de pouvoir ultérieurement constituer une « aide ». C’est et ce sera toujours d’abord la « Vision » de notre véritable nature, l’éveil, la nouvelle naissance, … Ensuite, si cela nous nourrit, lire pour « vérifier si les experts ont bien pigé le truc ». Rien ne se fera jamais dans l’ordre inverse, même s’il est parfois possible d’en avoir l’illusion.

La Vision du Soi, c’est l’exact contraire « d’une entrevision sur fond de brouillard » : quelques expériences – simples, concrètes, joyeuses – pour réaliser – sans échappatoire, vous voilà prévenu – que vous êtes de toute éternité ce « Vide », cet espace d’accueil illimité & inconditionnel. Nous sommes tous construits ainsi, « en l’image », d’accord ou pas, conscient ou pas.

Et si cette superbe statue de St-Denis – visible au musée Bode de Berlin – n’avait d’autre intérêt que de vous engager à « Vivre Sans Tête » ? Et si vous avez déjà eu l’audace de tenter l’expérience, de vous inciter à la valoriser par une « discipline assidue » ?

« Vous croyez qu’il pense, lui ? Il en a fini avec ça ! »

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.