« L’évangile de Thomas. Le Royaume intérieur » – François de Borman

Ceux qui aiment l’évangile de Thomas liront ce livre magnifique et « magnifiant », paru en octobre 2013 aux éditions Mols et distribué en France par Sodis/DDB.

Et comment, lorsqu’on aspire à cette unité dont on sait qu’elle est notre droit de naissance & notre devoir d’être humain – tout comme LA solution si négligée à tant de problèmes – comment ne pas aimer, passionnément, l’évangile de Thomas¹ … ?

« Est moine celui qui tend à l’unité en lui-même, à l’unité avec les autres, à l’unité avec la planète qui le porte, à l’unité avec le réel qui le soutient dans l’être². »

Bernard Besret

 

Ce « moine », dont Bernard Besret synthétise si précisément la vocation, c’est bien sûr le « monachos » de Thomas, « solitaire et simplifié » pour Jean-Yves Leloup, « unifié » chez François de Borman. C’est celui – vous, moi, tant d’autres … – dont l’objectif principal, sinon unique, consiste à « … faire le deux Un. » (Logia 22 et 106)

Et, plus exactement, à Voir la non-dualité originelle et à s’y détendre, y demeurer.

 

FDB_6448
François de Borman

 

Avec cette étude, François de Borman nous propose un très bel outil, simple, solide et efficace, pour approfondir sérieusement l’évangile de Thomas. En quatre parties :

L’Introduction pose sobrement un constat d’importance :

« Nous sommes actuellement témoins de l’effacement de l’héritage chrétien de notre culture occidentale. Pour de nombreuses personnes, les paroles prononcées dans les églises et les temples sont devenues inintelligibles, voire insupportables. Or par son insistance sur la responsabilité personnelle, l’évangile de Thomas me semble bien plus compatible avec nos mentalités empreintes de de liberté, d’accomplissement de soi et de souci des autres, et rétives à une autorité dont on estime souvent qu’elle intervient trop directement dans notre vie intime. Outre l’intérêt historique de ce texte, je suis convaincu qu’il peut aider à mieux comprendre ce que disent les évangiles canoniques et en quoi cela peut encore nous concerner aujourd’hui. »

StThomas
L’apôtre Thomas

1 – L’évangile de Thomas et son contexte

Une quinzaine de pages denses font le tour des notions essentielles pour aborder sereinement cet évangile : la structure du texte, le Royaume, le Père, le rapport à la gnose, les questions de datation, l’histoire de l’apôtre Thomas, le contexte historique.

2 – L’évangile de Thomas logion par logion

L’auteur nous propose une traduction personnelle, avec de pertinentes découvertes (le mot « quiétude » est ainsi retenu en lieu et place de « repos »), et de riches commentaires, en lien avec les correspondances des logia dans les évangiles canoniques reprises en page de gauche, selon la structure ci-dessous :

  • Prologue
  • Le parcours : du logion 2 au logion 17
  • Concilier le banal et la transcendance, du logion 18 au logion 50
  • La conquête du Royaume, du logion 51 au logion 112
  • Conclusions, logion 113 et 114

3 – L’évangile de Thomas – Texte intégral³

Le tout est complété par une bibliographie essentielle et l’indication de deux sites :

 

Cependant, pour aller au bout du parcours proposé par Thomas, pourquoi ne pas compléter la lecture de ce livre important par un atelier Vision du Soi & Évangile de Thomas ? Pour vous aider à franchir le pas, voici ce qu’écrit Douglas Harding dans « Un Jésus pour notre temps », chapitre quinze de « La Troisième Voie », où il manifeste son immense intérêt pour cet évangile :

Doigt dans les 2 sensJPG« Le Royaume – le lieu de la vie, de la connaissance, du repos – n’est ni au-dessus, ni au-delà, ni en-dessous. Il est dedans. Il est exactement là où je suis en ce moment, plus proche de moi que moi-même et que toute autre chose. C’est la demeure que je n’ai jamais vraiment quittée, le centre de ce qui est à la fois mon monde et le monde, toujours ici et jamais là-bas. Ce qui signifie évidemment que tous les livres – y compris celui que vous êtes en train de lire, et l’évangile de Thomas lui-même – sont littéralement à coté de la plaque, à environ trente centimètres exactement. Là dehors, ils n’ont aucune valeur si ce n’est celle de nous renvoyer à leur lecteur, à ce qui est à zéro centimètre de lui-même ou d’elle-même. En réalité, Jésus vous dit de faire pivoter votre attention de cent quatre-vingt degrés et de regarder simultanément ce à partir de quoi vous regardez et ce que vous regardez. C’est aussi simple que cela, simple comme bonjour, pourvu que nous cessions de prétendre que c’est compliqué, difficile et réservé uniquement à des gens très spéciaux. Qui que vous soyez, et tel(le) que vous êtes, c’est ici, et ici seulement, que vous trouverez la perle, le trésor caché, l’immortalité, la dignité royale qui est la vôtre. Ici, au centre, vous êtes la clé, vous êtes le secret de ces paroles de Jésus. »

 

Cordialement

 

¹ – Ceux qui renâcleraient à lire un « évangile » auraient néanmoins intérêt (grand … !) à se forcer un peu pour découvrir la bonne nouvelle de Thomas, tant est essentiel « … pour l’homme contemporain cet évangile antérieur aux appropriations institutionnelles, invitation toujours urgente à la liberté et à la paix intérieure … » (Extrait de la préface de Jean-Yves Leloup). Tout comme la Vision du Soi, cet évangile est éminemment démocratique.

² – J’ai placé cette phrase en exergue de l’atelier Actualité des valeurs monastiques. « Tendre » est certes un verbe « politiquement correct », mais pourquoi ne pas écrire simplement « … celui qui voit et revient sans cesse … » ? Comme Douglas, Thomas nous invite à « trouver », à aller jusqu’au bout de la recherche. Ayons cette audace !

³ – Partie indispensable, parce que : « … chacun de ces textes vient s’inscrire à sa place et prend son sens de ce qui l’entoure. Le premier moyen de le percevoir est de lire l’Évangile en son entier. D’une traite. Une heure et demie suffit, l’expérience n’est jamais vaine. »

Ainsi parle Antoine Lion dans son indispensable « Lire saint Jean » aux éditions du Cerf.

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles, Evangile de Thomas and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to « L’évangile de Thomas. Le Royaume intérieur » – François de Borman

  1. Gianfranco dit :

    Ravi d’avoir découvert ce site et impatient de lire votre livre. Bien que je pense sans doute que vous le connaissiez déjà je vous recommande les livres de MR Patrice Vernay . Je vous envois également le lien d’une émission où il est question de l’evangile selon Thomas. https://youtu.be/K5Rbxgjs1V0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.