Lettre à mon fils – Jacques Lacarrière

Lettre

A mon fils Aurélien¹

« … Quels que soient mes choix personnels et plus tard ceux qui seront les tiens, reste à créer ce que nous devrons vivre, ici et maintenant, sur cette terre et avec les autres. Reste l’essentiel de la vie : devenir pleinement un homme². Accomplir ce que l’on juge inaccompli, en soi et autour de soi. Parfaire ce qui est imparfait, en soi et autour de soi. Bien sûr les voies recommandées, les voies recommandables, sont d’abord celles de l’amour et de la compassion. Mais aussi celles de la vigilance et de la solidarité. Celles de l’élan et de la générosité. Celles de l’éveil et de la lucidité

S’il faut en croire les astrologues, nous sommes, et pour très longtemps, entrés dans le règne et l’ère d’Uranus, la planète de la violence gratuite et arbitraire, la planète du terrorisme par excellence³. C’est là, sache-le bien, le nouveau et terrifiant visage du Dragon. Son feu est celui des bombes, ses ailes celles des missiles et son corps, la carcasse des voitures piégées.

Si terrifiant et si rusé soit-il, je crois pourtant qu’on peut le vaincre si l’on croit pleinement et passionnément en ce monde, si on croit à ceux qui nous sont proches comme à ceux qui nous sont lointains, à ceux que l’on connaît par le hasard de la naissance et de l’éducation comme à ceux que l’on a choisis de rencontrer et de connaître. Il faut aimer le monde, si l’on veut le parfaire. Les révolutions ont échoué – j’entends les révolutions politiques – parce que toutes voulaient changer, parfaire le monde alors qu’elles le haïssaient.

Méfie-toi aussi du détachement. Détache-toi de l’inessentiel, des mirages que proposera ce monde de gaspillage et d’égoïste enfermement, mais attache-toi au contraire à ses faiblesses et à ses fragilités. Affranchis-toi de ce qui paraît rapporter. Il y a tant de beautés sensibles et secrètes en ce monde et surtout tant d’étonnants mystères qu’il importe de respecter ! »

Jacques Lacarrière

Jacques-Lacarriere
Jacques Lacarrière – 2/12/1925 – 17/09/2005

 

Cordialement

 

NB : j’ai découvert Chemins faisant, le site de l’association des amis de Jacques Lacarrière, en mettant en forme l’article précédent : « Tirer la couverture … au Soi ».

Le lien entre les deux articles est aussi puissant qu’évident : c’est l’amour, au sens fort d’agape. A sa manière itinérante et poétique Jacques Lacarrière a largement fait preuve de cette « intelligence du cœur » évoquée par Arnaud Desjardins, la seule connaissance en mesure de nous permettre « d’aimer le monde ».

¹ – Cette « Lettre » figure dans le n° 100 de la revue Question de : « Le XXI° siècle a commencé » – Éditions Albin Michel, 1995

Cet ouvrage propose un autre petit bijou d’écriture : « Tout noir ? Si clair ! »

² – Un homme « Corps & Âme – Esprit » pour reprendre la terminologie de Michel Fromaget.

La Vision du Soi selon Douglas Harding peut nous aider à parvenir à cette complétude, mais n’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez !

³ – Ce texte qui date de 20 ans s’avère toujours parfaitement d’actualité. Malheureusement … (Attentats de 1995 en France).

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.