Le temps – Philippe Fabri – Revue VST n°9/07-2001

Passent les jours et passent les semaines
Ni le temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Apollinaire

« Le temps est ce qui me permet d’exister, existence qui se manifeste au travers des changements car sans changement pas de temps Le temps me permet donc de me situer – un point de repère sur l’échelle du temps – car il semble bien que je sois situé dans le temps, comme l’eau est située dans la rivière où elle s’écoule.

C’est une chose qui me semblait acquise définitivement et que je ne remettais pas en question : je suis né le 19 octobre 1956 et j’ai 44 ans !*

Le temps c’est une date de naissance, c’est le moment où l’on m’a dit que j’ai commencé à exister. Ce point de vue est un point de vue extérieur à moi. Pour moi, à mon propre point de vue, je n’ai aucun indice sur le moment où j’ai commencé. J’ai beau chercher, pas le moindre indice personnel sur ce début, seulement ce que les autres m’en ont dit… Étrange n’est-ce pas…

Passé, présent, futur

Le temps c’est l’ensemble du passé du présent et du futur. Voyons cela en détail.
Qu’est-ce que le passé ? Ce sont des souvenirs, des souvenirs qui peuvent être bons ou mauvais, agréables ou désagréables, tout cela dépendant surtout de l’état d’esprit dans lequel on se trouve au moment où on y pense ; mais en tout cas ce n’est plus une réalité, la réalité du passé est morte, il n’en reste que les conséquences dans le présent. Ce n’est pas que le passé n’existe pas – ce passé correspond à toute mon histoire –, mais il n’existe plus, autrement que sous forme de pensées ; la seule réalité du passé ce sont les pensées que nous en avons maintenant. Le passé est mort, nous ne pouvons plus rien y changer, nous pouvons seulement le penser, et nous sommes bien incapables de le penser comme il s’est réellement passé, nous le déformons toujours au travers de notre film personnel.

Et le futur, eh bien il n’existe pas encore. Il n’a donc lui non plus aucune réalité. Ce sont seulement des pensées concernant ce qui pourrait éventuellement arriver. De nouveau, suivant l’état d’esprit dans lequel nous sommes, ces pensées seront positives ou négatives, mais ce ne seront jamais que des pensées.

Au fond seul le présent existe, c’est ma seule réalité, le reste, n’a d’existence qu’au niveau de notre mental. Le temps ne serait donc qu’un concept  ?

La flèche du temps

Le temps semble s’écouler dans un seul sens, c’est la flèche du temps. C’est notre expérience quotidienne, les retours en arrière semblent impossibles. Malgré tous leurs efforts les scientifiques n’ont pas encore réussi à inventer la machine à remonter le temps ; c’est pourtant une fiction qui a beaucoup attiré l’homme. Est-ce une chose possible ? Remonter le temps serait créer un autre passé pour obtenir un autre présent qui ne serait qu’un futur déguisé. Folie, folie !

Et pourtant si l’on aborde la physique quantique (qui s’intéresse aux particules élémentaires), il semblerait bien qu’il existe des antiparticules qui remonteraient le cours du temps. Ce point de vue est très théorique et ne peut être prouvé qu’indirectement car personne n’a encore suivi une particule qui remonte le cours du temps, sinon l’observateur lui-même aurait remonté le cours du temps. Et cela ne s’est pas encore vu, quoique cela expliquerait peut-être des disparitions inexpliquées, les individus disparaissant dans un autre espace temps, qui sait ?

L’espace temps

Le temps et l’espace ne peuvent pas être dissocié. En effet, pour mesurer le temps, il faut quelque chose et quelque chose ça se situe toujours dans l’espace. Pour mesurer le temps il faut aussi qu’il y ait un changement, un mouvement ; l’immobilité  est la fin du temps, c’est à dire la mort.
Les hommes ont commencé à prendre la mesure du temps en regardant les mouvements des astres. Le temps peut se mesurer par la durée de rotation de la terre sur elle-même, un jour, ou par la durée de rotation de la terre autour du soleil, un an. Mais si ces vitesses de rotation changeaient, comment le saurions-nous ? Nous vivrions plus longtemps ou moins longtemps sans le savoir ? Absurde n’est-ce pas.

Alors on a décidé de mesurer le temps en mesurant le cycle de vibration d’un cristal de quartz ce qui représente actuellement le temps officiel. Cette mesure reste toujours liée à la matière, pas moyen de faire autrement. Le temps absolu n’existe pas. Dans le vide il n’y a pas de temps car avec quoi le mesurerait-on ? Et qui le mesurerait puisqu’il n’y aurait personne pour le mesurer ? Le vide est une notion complètement abstraite et impossible au niveau physique car le vide n’est plus vide s’il y a un observateur pour l’observer …

Nous vivons dans un passé permanent

Une autre observation nous permet de prendre conscience de la relativité du temps. Nous croyons vivre le présent, mais en réalité nous vivons dans un passé permanent.

Lorsque j’observe les étoiles dans le ciel, ce que je vois est une vieille image ; en effet l’étoile que je vois est ce qu’elle était il y a quelques centaines de milliers d’années, si ce n’est des millions ou des milliards. Et même de nombreuses étoiles que nous observons n’existent plus. Nous nageons dans l’illusion complète : nous croyons voir ce qui n’existe plus ! Mais ce qui est vrai pour les étoiles qui sont très éloignées est vrai aussi pour le soleil. Quand il explosera, nous ne le verrons que 6 minutes plus tard. En ce qui concerne la lune, il ne s’agit plus que de quelques secondes. Mais c’est aussi vrai pour vous que je regarde. Je vous vois toujours avec un peu de retard, le temps que la lumière franchisse la distance qui nous sépare. Je suis donc incapable de percevoir ce qui existe exactement maintenant, que ce soit par la vue qui est limitée par la vitesse de la lumière, par l’ouïe qui est limitée par la vitesse du son ou par le toucher qui est limité par la vitesse de conduction nerveuse. Même ma main je ne peux pas la voir maintenant, je la vois toujours comme elle était il y a une fraction de seconde. Le monde dans lequel je vis est un monde passé, qui n’existe plus… Où puis-je donc observer le présent ? Tout ce qui est à distance de moi est le passé. Le présent est donc ce qui est ici à zéro centimètre de moi, c’est à dire exactement là où Je suis. Dès que je m’en écarte un tant soit peu, je ne suis plus dans le présent .

La conscience éternel présent

Tout cela me fait perdre la tête. Car qu’est-ce qui est là où je suis ? Ce corps je l’observe, il est à distance de moi. Que reste-t-il quand je m’approche de ce qui perçoit en moi ? Quel est ce lieu si secret qu’il est le seul endroit où le présent existe ? En ce lieu il ne reste rien, rien à observer puisque tout ce que je peux observer est à distance et donc dans le passé ; Ce qui est ici est pour moi, à mon humble avis, pure conscience, pure conscience de ce qui est.   Que puis-je en dire ? Fondamentalement rien, tous les mots sont de trop.

Cette pure conscience est un éternel présent. Cela explique qu’à l’intérieur de nous, nous n’avons pas d’âge. Les yeux fermés, immobile, sans le regard des autres, avez-vous un âge ? Cette conscience n’est pas dans le temps, elle contient le temps, elle est la source du temps, comme elle est, je le pense, à la source de toute chose. Pour elle il n’y a pas d’avant, ni d’après, seulement le maintenant, un maintenant à partir duquel surgit le temps et un Ici à partir duquel surgit l’espace.

Cette conscience EST, c’est indéniable, qui de vous pourrait nier en ce moment même qu’il est conscient. La conscience d’être est la base à partir de laquelle tout peut exister et être possible.

La conscience et la matière

Cette conscience est-elle dans le corps ? A-t-on déjà vu de la matière produire de la conscience ? Quelque chose était inconscient et tout à coup est devenu conscient, a-t-on déjà observé cela ? Quand le fœtus devient-il conscient ? Avant c’était à 10 semaines, mais depuis la modification de la loi sur l’avortement c’est à 12 semaines. Non c’est plutôt, c’est quand l’œuf est tout petit. Oui mais à quel moment précisément. Au stade de 16 cellules, 8 cellules ou 1 cellule ? Ou alors lors de l’union de l’ovule et du spermatozoïde. Ah oui c’est beau ça : l’étincelle de conscience apparaît lors de l’union des 2 cellules germinales. Oui mais à quel moment ? Quand le spermatozoïde pénètre la membrane, ou plutôt lorsqu’il pénètre dans le noyau de l’ovule ou plus précisément lorsque les ADN s’unissent.

Vous le voyez bien, il est impossible de trouver un moment précis pour la bonne et simple raison que la matière est bien incapable de créer de la conscience.

Il me semble clair qu’il faille renverser un ordre qui semblait bien établi : la conscience doit être la source de la matière et non la matière source de la conscience. Il y a 800 ans, Albert le Grand disait dans un traité de physique « Le physicien doit démontrer ce qu’il avance par les méthodes qui sont propres à la science qu’il à l’intention de considérer, ou bien il doit se taire. Le commencement du Monde par création n’est pas physique et ne peut être prouvé au niveau du physique »

La conscience n’est pas dans le corps, mais le corps apparaît dans la conscience, comme le reste du monde. Mais il apparaît quand ? Il apparaît en même temps que le temps. Il n’y a pas d’avant ni d’après. Le temps c’est la matière et le temps apparaît lorsque la matière existe, lorsqu’il n’y a pas de matière il n’y a pas de temps. La prise de conscience de cela est la réponse à la vie avant la vie et à la vie après la vie. Réaliser cela c’est la mort à soi même, c’est-à-dire la mort à ce que je croyais être, à ce à quoi je me limitais, c’est-à-dire une carcasse humaine, pour vivre à partir de ce que Je suis, c’est-à-dire pure conscience, une pure conscience dans laquelle apparaît ce corps si précieux qui me permet de partager avec vous aujourd’hui, mais ce corps est très temporaire car soumis à toutes les contraintes du temps.

Qu’en disent les grandes traditions et les auteurs modernes ?

Tout ceci est pour moi quand je le réalise sérieusement, bouleversant, incroyable et un peu fou. Mais ce dont je viens de vous parler est loin d’être nouveau. Cela se retrouve au cœur des grandes traditions spirituelles, c’est à dire dans toutes les traditions qui s’intéressent à la nature de l’Esprit.

Qu’en dit la tradition chrétienne ? Je cite Maître Eckhart, mystique allemand du 13° siècle :

« L’homme intérieur ne se situe ni dans le temps ni dans l’espace, mais purement et simplement dans l’éternité. »

Les Soufis en parlent en d’autres mots, en introduisant la notion de Dieu. En tout cas tout s’inverse quand on prend conscience de la Source de tout :

« Pendant longtemps, j’ai tourné autour de la Ka’aba. Quand j’ai trouvé Dieu, j’ai vu que la Ka’aba tournait autour de moi. »

Bayazid Al Bistami

Kaaba

La tradition hindouiste beaucoup plus que les traditions occidentales qui sont plus matérialistes parle de cette réalité silencieuse au cœur de nous. Voici un extrait des Upanishads, textes sacrés datant d’il y a plus de 1500 ans :

« Dieu a créé les sens tournés vers  l’extérieur, aussi l’homme regarde-t-il vers l’extérieur, et non vers l’intérieur de lui-même. De temps à autre, une âme audacieuse en quête d’immortalité a tourné son regard vers l’intérieur et s’est trouvée elle-même. Celui qui connaît la Réalité silencieuse, inodore, sans saveur, intangible, sans forme, impérissable, surnaturelle, inaltérable, qui n’a ni commencement ni fin et qui est immuable, celui-là échappe aux griffes de la Mort. »

Sri-Nisargadatta-Maharaj
Nisargadatta Maharaj
mars 1897 – 8 septembre 1981

 

Un hindouiste de ce siècle Nisargadatta Maharaj, décédé il y a une vingtaine d’année, dit ceci :

 

« Vous vous êtes enfermés dans le court espace de temps d’une vie et le volume d’un corps, et avez ainsi créé les innombrables conflits de la vie et de la mort. Placez votre être hors de ce corps de naissance et de mort, et tous vos problèmes seront résolus. Ils existent parce que vous vous croyez nés pour mourir. Détrompez-vous et soyez libres. Vous n’êtes pas une personne. »

 

Les auteurs français modernes parlent aussi de ce lieu en nous non affecté par le temps, Yves Bonnefoy, un poète du début du siècle :

« Le vrai lieu est un fragment de durée consumé par l’éternel, au vrai lieu, le temps se défait en nous. »

Ou encore Hubert Benoît  :

« La peur de la mort qui est au cœur du psychisme humain est liée au mépris absurde avec lequel l’homme considère son existence. Mon existence n’est pas affectée par la mort de mon organisme. »

 

Et Christian Bobin dans « La plus que Vive » :

« Je n’ai jamais vécu dans le temps. Je crois que personne n’a jamais vécu dans le temps. »

chat_schrodinger

 

On parle aussi de l’éternel présent dans la littérature anglo-saxonne.  John Gribbin dans « Le chat de Schrödinger – Physique quantique et réalité » (Flammarion – Champs Sciences 2009) :

 

« A la vitesse de la lumière, le temps est immobile ; pour un photon, le Big Bang (origine de l’univers) et le présent sont le même moment. Ainsi l’univers est relié par une toile de radiation électromagnétique qui « voit » tout simultanément. »

 

 

Quel est l’intérêt de réaliser cet Éternel Présent au cœur de nous-même ? L’intérêt me semble capital car c’est le seul lieu (qui n’est pas un lieu puisqu’il est vide) où la paix peut être trouvée. Tant que nous sommes dans le passé ou dans le futur, nous sommes dans nos pensées, et dans nos pensées, il est impossible de trouver la paix. Et Dieu sait si ce n’est pas une chose facile de trouver la paix au milieu de nos activités habituelles. »

* : désolé Philippe, 57 ans !

 

Cordialement

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 2 - Vivre sans stress, Fondamentaux Vivre sans stress, Harding Douglas, VOLTE & ESPACE and taguée , , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *