Le Procès … – Résumé de la Défense

« Je m’en suis tenu au point essentiel , c’est-à-dire : démontrer que Je suis Qui Je dis que Je suis

[…]

L’important, c’est ce qui se passe dans le monde à l’extérieur de ce tribunal. Le monde qui nous regarde et nous écoute avec le plus grand intérêt, grâce aux télécommunications du 21° siècle. … C’est un monde qui est malade¹. Il souffre des maladies avilissantes et déshumanisantes que sont la bigoterie, le fanatisme, l’intolérance cruelle et acharnée. Ses organes vitaux sont engagés dans une lutte si fiévreuse les uns contre les autres qu’ils risquent de provoquer leur propre destruction. Je considère cette Loi contre le Blasphème, en vertu de laquelle on me juge à présent, comme la première dose d’un fébrifuge concocté à la hâte pour faire baisser la température du malade de quelques degrés. Objectif bel et bien atteint pour le moment, mais à un prix tout à fait inacceptable. Car ce médicament est aussi dangereux que la maladie qu’il est censé traiter. En fait, il est le produit de ce même brouet de sorcières composé de bigoterie, de fanatisme et d’intolérance qu’on appelle Intégrisme ou Fondamentalisme. Fondamentalisme, mon œil ! C’est plutôt la superficialité par excellence².

Quel est donc le remède contre cette maladie de dégénérescence ? Une série de lois plus justes ? Une législation nouvelle, intelligente et bien conçue pour imposer la tolérance ? … Non, il n’y a qu’un seul remède, et c’est celui que j’ai décrit et prescrit tout au long de ce Procès.

Ce remède souverain est très simple, la simplicité même, naturel, évident, radical, dès qu’on l’a compris. Le moyen de vous entendre avec votre adversaire, c’est de trouver un Terrain Commun, la Ligne de Base que vous partagez.

[…]

CarteDouglas1

Vous me trouverez au Centre même. Vous serez moi, au Centre. En fait, vous et moi sommes déjà Un ici – Celui Que nous sommes tous vraiment, vraiment, L’ÊTRE dont le premier nom est JE SUIS. … C’est ici que se trouvent notre guérison, notre plénitude, notre Centre qui, instantanément, se dilate diamétralement jusqu’à notre Circonférence.

[…]

Ici, et seulement ici, nous nous enfonçons et nous nous fondons dans l’Identité absolue, et laissons nos différences flotter à la surface.

Et elles y demeurent, évidemment. Impossible de les dissoudre, elles. Mais tout va bien désormais, puisque nous les observons de notre Point de vue Commun de tolérance infinie.

[…]

Je ne sais pas ce qui va arriver. Mais je suis relativement optimiste, dans la mesure où l’adaptation nécessaire n’exige pas un grand effort de la part de l’Homo Sapiens (s’il veut enfin être digne de son nom, si peu mérité jusqu’à présent). Il ne s’agit pas de faire, mais de cesser de faire quelque chose de difficile et compliqué³. C’est-à-dire, cesser de tout embrouiller. Laisser les choses être ce qu’elles sont, à leur place. Laisser Dieu être Dieu au Centre des choses, et l’homme être l’homme à la périphérie, à un mètre environ du Centre, à une distance respectueuse de cette Présence. Pour que l’Homo Sapiens naisse et survive, il faut qu’il perçoive le caractère blasphémateur de son espèce, afin qu’elle se transforme, qu’elle cesse de blasphémer et devienne une espèce respectueuse. Une espèce qui remplace l’actuel et désastreux Je suis dedans, Dieu est dehors, par Dieu est dedans, je suis dehors.

[…]

Et ne me dites pas non plus que c’est une alternative impraticable, une vision réservée uniquement à une poignée de surdoués. Non. La scène la plus brillamment éclairée du monde entier (si vous prenez la peine de regarder), c’est cette troisième personne avec une tête, là-bas dans le miroir, et cette Première Personne sans tête, ici, devant le miroir, et le contraste total entre les deux.

[…]  »

 

Cordialement

 

¹ – Si ce monde a toujours été malade – et s’il n’allait sans doute déjà pas très bien en 1996 lors de la parution du « Procès … » – en ce dernier trimestre de l’an 2014 son état s’est tout particulièrement aggravé :

  • sur les très nombreux théâtres de guerre : Syrie, Irak, Libye, Afghanistan, Gaza, Centrafrique, …
  • dans les très nombreux États en proie aux désordres, à l’injustice et à la corruption : la liste est trop longue …
  • dans les pays victime d’Ebola
  • dans la folie du surarmement, de l’énergie nucléaire, de la croissance économique & dérèglement climatique, …
  • … liste ouverte et plutôt longue …

² – Certains des apprentis djihadistes interpellés sur le chemin des combats avaient dans leurs bagages « L’Islam pour les nuls » … Quelle tristesse que leur société, leur communauté, leurs éducateurs, leurs parents n’aient pas été en mesure de leur proposer toute la richesse et la profondeur de l’Islam véritable, le trésor de la sagesse et de la poésie soufies, la finesse et le discernement de l’itjihad spirituel (article en ligne sur le site d’Eric Geoffroy) … Le monde va payer le prix de ce défaut d’éducation pendant encore un bon moment, s’il en sort un jour …

³ – Je serai personnellement moins optimiste que John a-Nokes & Douglas Harding. De nombreux travaux, à commencer par ceux de l’École de Palo Alto, ont montré à quel point il est difficile de s’extirper du « toujours plus de la même chose », généralement la meilleure recette pour « réussir à échouer » !

 

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.