Le Procès … – Postscriptum autobiographique

ProcèsCouverture
Les Éditions du Relié

« Le blasphème – ce qu’il est et n’est pas, et que ce soit moi ou mes accusateurs qui en soient coupables a été le facteur clé de ma vie. Qui plus est, j’ai véritablement été accusé de ce crime grave entre tous, jugé et condamné à la plus terrible des peines. Par qui et avec quelles conséquences, c’est ce que vous allez découvrir¹.

[…]

Le Procès de l’homme Qui Disait Qu’il Était Dieu² ne pouvait naître que de la plume d’un ex-Frère Exclusif de Plymouth – en insistant sur le « ex ». Certes, j’ai écrit ce livre pour rendre hommage à Celui-Qui-Est-Largement-Ouvert. Mais si je me réjouis en Lui Qui est l’Inclusivité³ même, c’est aux Frères que je le devrai éternellement. »

 

Notre ami, le pianiste Fazil Say, va nous accompagner une dernière fois dans cette aventure du Procès … Il a apparemment décidé de rester dans une Turquie qui a chaque jour un peu plus besoin de lui …

 

 

Cordialement

 

¹ – Désolé … mais je ne vous en dirai pas plus sur ce chapitre !  Trouvez – d’urgence – ce maître-livre qui n’est plus réédité. Lisez-le, faites les expériences proposées, et, en quelque sorte, revivez-le à votre façon. Mettez-vous dans la peau de l’accusation et de chacun des témoins à charge pour « attaquer vigoureusement et sincèrement vos propres convictions ». N’hésitez surtout pas non plus à vous mettre également dans la peau de chacun des témoins à décharge, aussi prestigieux soient-ils ! C’est la seule manière de s’établir résolument sur le « terrain solide du voir ».

Le remarquable film réalisé par Richard Lang, Douglas Edison Harding, « l’homme sans tête » complète très utilement ces douze pages de post-scriptum autobiographique.

² – Voilà donc le dernier article d’une longue série consacrée à ce livre.

Ce livre, le préféré de son auteur, n’a guère eu de succès, en France tout du moins, puisque j’ai été autrefois amené à en récupérer quelques 700 exemplaires juste avant qu’ils ne soient livrés au pilon, pour le compte de l’association « Vivre Sans Tête » … Je profite de l’occasion pour remercier tous ceux qui ont contribué à diffuser ces exemplaires.

³ – Pour Douglas, passer de « l’exclusivité » à cette « inclusivité » a constitué le long chemin de toute une vie. Pour vous, à condition qu’il s’agisse de votre plus profond désir, cela pourrait aller beaucoup plus vite : quelques-unes des géniales expériences qu’il a offertes au monde peuvent suffire pour « passer sur l’autre rive » (Marc 4, 35) …

Et suite à cette citation canonique, n’allez surtout pas imaginer que cette autre rive est un monde cadenassé par des interdits religieux. C’est un non-lieu de liberté et de responsabilité absolues, où les interdits se dissolvent naturellement en rendant à nouveau possible de vraies relations … une espèce de miracle en quelque sorte !

Mais ne croyez surtout pas un traître mot de tout cela, vérifiez, vérifiez …

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *