« La transmission spirituelle » – Editions du Relié

Cet ouvrage paru aux Éditions du relié en 2003 propose quatre chapitres :

Et chacun vous apportera beaucoup, en fonction de votre sensibilité et de votre réceptivité. (Ils me donneront d’ailleurs certainement l’occasion de quelques articles supplémentaires sur ce site.)

Mais la « grande » introduction d’Yvan Amar : « La transmission de conscience » en constitue la quintessence.

AmarYvan
Amar Yvan

Quelques morceaux choisis dans ces dix pages, mais, bien sûr, tout est à lire* :

  • « Dans le cadre de la transmission de conscience, le paradoxe est qu’il faut transmettre à quelqu’un un état d’être qui se trouve déjà en lui : il suffit d’éveiller cela. On ne doit rien donner, l’autre n’a rien à recevoir, mais pourtant il se passe quelque chose. »
  • « La vraie transmission spirituelle ne peut être fixée dans des catégories capitalisées, ni soumise à la loi de la gratification personnelle. »
  • « Si je veux prétendre donner à quelqu’un, je dois donc transmettre, en plus du reste, de l’immortalité. Je rentre dans la relation véritable, authentique, avec un être quand je lui donne autre chose que de la mort en boite, afin de ne pas perpétuer le processus ordinaire. Transmettre de l’ouverture de conscience, c’est transmettre un esprit immortel. »
  • « La transmission, c’est un paradoxe, car ce qui mérite d’être transmis, c’est justement ce qui ne peut jamais l’être. … En clair, je ne peux pas vous transmettre quelque chose que vous êtes déjà.  Donc, le paradoxe de la vraie transmission, c’est de ne pas transmettre quelque chose. »
  • « L’instructeur voit que celui à qui il s’adresse est le même que lui. Il ne fait que confirmer l’autre dans ce qu’il est et ne lui donne rien. C’est ce qui fait la force de sa transmission. »
  • « Dans la tradition, un transmetteur ne fait pas des récepteurs mais des transmetteurs. Là encore, il y a la qualité de la liberté. »

Il va de soi que ces paroles entrent en profonde résonance avec ce qui se passe dans un atelier de Vision du Soi selon Douglas Harding. Mais, encore une fois, il n’y a qu’une seule façon de le vérifier : essayer !

 

Cordialement

 

* Lisez tous les autres livres d’Yvan aussi ! J’apprécie tout particulièrement « Les nourritures silencieuses » auxquelles est consacré un article de ce site.

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *