La mort, où est-elle ? – Douglas Harding

Voici un texte déjà ancien – mais tout à fait riche d’enseignements – que José Le Roy avait ajouté à ses « Informations sur la mort de Douglas Harding ».

&

« Nous savons assez bien ce qu’est la Mort, et pourquoi elle arrive, pour quelles raisons elle est nécessaire, comment elle se présente et quand elle risque de survenir. Dans l’ensemble, nous sommes capables de répondre à cela de manière assez sensée.

Mais il reste une question bien plus importante : OÙ EST LA MORT ?

Là, nous perdons la raison. En dépit de maintes preuves du contraire, nous supposons qu’elle peut s’introduire absolument partout. En réalité, c’est faux. Il y a un endroit parfaitement réel, parfaitement identifiable, où elle ne peut jamais pénétrer. Et … quel bonheur ! … il se trouve que ce refuge vous est largement ouvert. C’est uniquement là que vous êtes à l’abri de la Destruction.

Si seulement nous prenions davantage au sérieux les paroles de cet hymne si célèbre et si beau :

Tout change et tout pourrit autour de moi;
O toi qui ne changes pas, demeure avec moi…
Où est l’aiguillon de la Mort ?
Où est la victoire de la Tombe ?
Je triomphe toujours, si tu demeures avec moi.

Doigt dans les 2 sensJPGCeci n’est pas seulement un vœu pieux. Il vous suffit de regarder en ce moment-même Ce Qui regarde en vous, pour voir Celui Qui demeure avec vous. De votre côté de cette page imprimée, Celui Qui la reçoit vous apparaît clairement. Il ne change pas, il est visiblement dénué de toute matière périssable. Tous les objets périssent. Celui Qui demeure avec vous n’est certainement pas l’un des innombrables objets qu’Il produit.
Cette Non – chose Éveillée, plus proche de vous que vos mains et vos pieds, au Centre même de votre vie, est votre unique et parfait refuge, de toute éternité.

En contraste absolu avec Celui Qui demeure en vous, il y a toutes ces choses extérieures à vous, et en particulier la chose mortelle que vous apercevez dans le miroir là-bas, à quelques centimètres de distance, qui, elle, vieillit et se rapproche chaque minute de la Mort.

Ne me croyez pas : vérifiez que lorsque vous amenez ce miroir carrément sur vous, cette tête de Mort disparaît. Vérifiez vous-même cette vérité merveilleuse : la Mort ne peut pas atteindre Celui Qui demeure avec vous, Celui Qui est plus que vous-même, Celui Qui est votre Être indestructible. »

viemort
Photographie de couverture du « Petit livre de la vie et la mort »

 

 

Cordialement

 

Sur le même thème :

« Suis-je mortel ? »

« La mort ne serait-elle qu’une illusion ? »

« Le petit livre de la vie et de la mort »

« … jamais véritablement détendu. »

NB : « Le petit livre de la vie et de la mort » constitue le support de l’atelier Vieillir en Pleine Conscience.

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 3 - Vieillir en pleine conscience, Fondamentaux Vieillir en pleine conscience and taguée , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.