« La Grande Implosion » – Pierre Thuillier

Un texte d’Arnaud Desjardins, « Science sans conscience » – que je viens de relire dans le n° 24 de la revue Alliance pour une Europe des Consciences – m’a incité à reprendre ce livre de Pierre Thuillier, sous-titré « Rapport sur l’effondrement de l’Occident 1999 – 2002 », paru aux éditions Fayard en 1995.

Ce livre est passé quasiment inaperçu à l’époque, et comme la date de 2002 est désormais largement dépassée, tout va bien, plus personne ne s’inquiète …

Il serait pourtant dommage de passer à coté d’une telle somme de réflexions pertinentes, puisque rien n’a vraiment changé quant aux causes profondes de cet effondrement. Certes il n’a pas eu lieu dans le créneau indiqué, mais il est bien là potentiellement, attendant que survienne un modeste déclencheur au « bon » moment …

Le livre est présenté comme le rapport d’un groupe de recherche « … sur la fin de la culture occidentale » rédigé en 2081 sous la direction du professeur Dupin. Il comprend un chapitre de Réflexions préliminaires, suivi de cinq grandes parties. Voici quelques extraits, mais lire soigneusement l’intégralité de ce texte me semble vraiment nécessaire.

« L’idéal de rationalité, à la veille de la Grande Implosion, servait essentiellement à légitimer les pires formes de l’activisme technique, de l’activisme organisationnel, de l’activisme industriel et commercial : mécanisation à outrance, culte du rendement, licenciements, etc. … Comment les populations ont-elles pu si longtemps accepter cette forme distinguée du despotisme ? Pourquoi ne percevaient-elles pas l’épouvantable indigence, sur le plan humain, de ces pratiques dites rationalisatrices ? »

« S’ils avaient bien voulu prendre au sérieux le «besoin d’Orient», les Occidentaux auraient peut-être fini par se rappeler que l’homme n’était pas seulement un homo rationalis. Peut-être même auraient-ils relu Blaise Pascal : «La dernière démarche de la raison est de reconnaître qu’il y a une infinité de choses qui la surpassent.»

« La Grande Implosion, si rude et pénible qu’elle ait été, a heureusement mis fin à ce processus d’autodestruction. »

« Au terme de ces réflexions préliminaires, notre groupe de travail a eu le sentiment d’avoir éclairci un point important : l’Occident était mort de son indigence poétique et spirituelle.

  • 1 – Homo Urbanus

« Le civilisé des villes immenses revient à l’état sauvage – c’est-à-dire isolé, parce que le mécanisme social lui permet d’oublier la nécessité de la communauté et de perdre les sentiments de lien entre individus, autrefois réveillés incessamment par le besoin. »

Paul Valéry

« Les grandes villes ne pensent qu’à elles-mêmes

Et entraînent tout dans leur hâte dévorante ;

Elles brisent la vie des bêtes comme du bois mort

Et consument des peuples entiers dans leur tourment. »

Rainer Maria Rilke

  • 2 – Homo Economicus

« L’Europe achève une étonnante, éclatante, et déplorable carrière, léguant au monde (…) le triste exemple du primat de la richesse qui ne s’était vu nulle part ailleurs si absolument établi sur les mœurs et sur toute chose. »

Paul Valéry

« Ce que l’on désire maintenant, ce que le monde entier recherche, c’est l’aisance, le confort qui apporte la satisfaction de tous les sens. Par conséquent, le monde va au devant d’un esclavage spirituel tel qu’il n’en a encore jamais connu. »

Friedrich Nietzsche

  • 3 – Homo Corruptus

« Une infinie multitude de gens trafiqueront, publiquement et sans être inquiétés, des choses les plus précieuses ; et la justice humaine n’interviendra pas. »

Léonard de Vinci

 

  • 4 – Homo Technicus

« Si Voltaire devait se réincarner parmi nous au XX° siècle, son cri de guerre serait peut-être cette fois: «La technique, voilà l’ennemi ! Écrasez l’infâme !»

Arnold J. Toynbee

(Plus complet, mais en anglais …) Arnold J. Toynbee

 

  • 5 – Homo Scientificus

« La superstition scientifique apporte avec elle des illusions si ridicules et des conceptions si infantiles que, par comparaison, le superstition religieuse elle-même en sort ennoblie. »

Antonio Gramsci

 

Pierre Thuillier a aussi écrit « Contre le scientisme », disponible en pdf à cette adresse. Voici un extrait de sa conclusion :

« Nous nous trouvons donc en face d’un système – système dont les manifestations sont diversifiées et dissimulent parfois la cohérence, mais dont le fonctionnement a une orientation générale bien précise. Ce qui nous est promis, c’est un monde complètement objectivé, c’est -à-dire où toutes les réalités (hommes compris) seront parfaitement analysées et parfaitement manipulées. Utopie, peut-être. Mais enfin, même si la scientocratie absolue est encore loin devant nous, utopie qui s’avère efficace et contribue dès maintenant à transformer l’humanité. »

La Vision du Soi selon Douglas Harding est peut-être une opportunité unique d’échapper entièrement à ce statut de chose, « status of slave » comme disait Svami Prajnanpad, et de sortir de ce désert spirituel. Mais n’en croyez surtout pas un traître mot. Venez vérifier sans tarder dans un atelier de Vision du Soi.

 

Cordialement

 

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *