Il n’y a pas de porte – Christian Bobin

« Les livres des philosophes sont comme ces masques¹ de carton qu’on fait tenir par un élastique contre son visage. Dessous le carton on manque d’air². Regarde, me disaient les fleurs dont l’odeur retapissait la chambre. Regarde : il n’y a pas de porte, nulle part. Il n’y a que notre parfum, nos couleurs et nos rires.

freesias
« Les fleurs riaient de toutes leurs couleurs. »

[…]

Je regarde le bleu du ciel. Il n’y a pas de porte. Ou bien elle est ouverte depuis toujours³. Dans ce bleu j’entends parfois un rire (4), le même que celui des fleurs : impossible de l’entendre sans aussitôt le partager. »

Christian Bobin

« L’homme-joie »

Cordialement

¹ – Douglas Harding a écrit un article intitulé « Le jeu du masque » qui a été publié en avril 1967 par le Bulletin de l’Association Internationale d’Analyse Transactionnelle. Une version condensée de cet article compose le chapitre six de « Vivre Sans Tête » . Je développerai les liens entre ces deux recherches ultérieurement.

« Pour certains êtres fortunés » il est tout à fait possible de passer au stade « après les jeux ». La fortune sourit à tous les audacieux … à condition de disposer d’un peu de méthode. Je vous souhaite donc d’avoir l’audace de participer à un atelier de Vision du Soi selon Douglas Harding.

² – Délicat euphémisme ! En réalité on étouffe, on est saisi d’angoisse, on se débat, on meurt. On cherche toutes les manière possibles, et souvent les plus abracadabrantesques, pour sortir de ce piège, pour tomber le masque. Cette image du masque – de cette per-sona – c’est la représentation du tragique de la condition humaine.

³ – Qu’ « il n’y ait pas de porte. Ou bien elle soit ouverte depuis toujours », c’est le message central de la Philosophie Éternelle depuis des lustres, assez bien résumé par cette grande parole des Upanishads : « Toi aussi – qui que tu sois – tu es Cela. » Mais c’est aussi, depuis le début des années soixante, le message de la Vision du Soi. Message aisément partageable avec quiconque le veut vraiment grâce à de géniales expériences – simples, concrètes – fondées sur la perception immédiate, et pas seulement sur le langage, dualiste par nature et donc très limité.

N’en croyez pas un traître mot, ni ceux de Bobin ni les miens, essayez, vérifiez … !

4 – « J’entends » plutôt un sourire, celui qui relia Mahakashyapa au Bouddha sur le Mont des Vautours, où il était déjà question d’une fleur et d’un partage. (Cf. Lankavatara sutra)

Si vous voulez vraiment « … un enseignement différent (de tous les autres), qui touche directement l’esprit pour révéler la vraie nature de Bouddha » (Bodhidharma), votre Vraie Nature, n’attendez pas 3000 ans pour voir refleurir la fleur d’Udumbara.

Grâce à ce « patriarche » – mot qui me semble de loin préférable à celui, si réducteur en ce qui le concerne, de « philosophe » – des temps modernes qu’est Douglas, il existe désormais un mode de transmission moins rare et tout aussi efficace. N’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez … !

Douglas Harding : 1° patriarche universel du « Visage Originel » !

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.