Il faut se contenter d’être – Etty Hillesum

Etty Hillesum en 1939

 

 

« Il faut oublier des mots comme Dieu, la Mort, la Souffrance, l’Éternité.

Il faut devenir aussi simple et muet que le blé qui pousse ou la pluie qui tombe.

Il faut se contenter d’être. »

 

 

Cordialement

 

Il n’est guère facile de trouver le bon positionnement envers des « il faut … ». Ceux-là datent du 9 juillet 1942, et ils sont naturellement pardonnés à Etty Hillesum qui a été terriblement pressée par le temps et par la violence de son époque.

Mais la direction – méditative, mystique, ?, … – qu’elle nous indique demeure la bonne. Elle reste plus nécessaire que jamais dans cette autre époque de folie qui est la nôtre, et qui, comme la sienne, nous conduit collectivement à l’abîme.

La Vision du Soi selon Douglas Harding peut vous aider à suivre cette direction singulière : « se contenter d’être ». N’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez.

NB : volte-espace propose une étiquette Etty Hillesum.

Cet article est le 666° écrit sur volte-espace … Pour « désamorcer » le nombre de la Bête, « il faut se contenter d’être. »

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.