Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

« Hallelujah » en Yiddish – Leonard Cohen

Trésor découvert dimanche dernier lors de l’émission « Sholem Aleikhem : L’écrivain du peuple » sur Talmudiques.

Hallelujah

Geven a nign vi a sod,
Vos Dovid hot geshpilt far Got.
Nor dir volt’s nisht geven aza yeshue.
Me zingt azoy: a fa, a sol,
A misheberekh heybt a kol,
Der duler meylekh vebt a haleluye…

Dayn emune iz gevorn shvakh,
Basheva bodt zikh afn dakh,
Ir kheyn un di levone dayn refue
Zi nemt dayn guf, zi nemt dayn kop,
Zi shnaydt fun dayne hor a tsop
Un tsit fun moyl arop a haleluye…

O tayere, ikh ken dayn stil,
Ikh bin geshlofn af dayn dil,
Kh’hob keynmol nisht gelebt mit aza tsnue
Ikh ze dayn shlos,
ikh ze dayn fon,
A harts iz nisht keyn meylekhs tron,
S’iz a kalte un a kalye haleluye…

Oy vi amol, to zog mir oys
Vos tut zikh dortn in dayn shoys?
To vos zhe darfst zikh shemen vi a bsule?
Nor gedenk vi kh’hob in dir gerut,
Vi di shkhine glut in undzer blut,
Un yeder otem tut a haleluye…

Zol zayn mayn got iz gor nishto
Un libe zol zayn kol-mumro,
A puster troym tsebrokhn un mekhule,
Nisht keyn geveyn in mitn nakht,
Nisht keyn bal-tshuve oyfgevakht,
Nor an elnte kol-koyre haleluye…

An apikoyres rufstu mikh,
Mit shem-havaye lester ikh,
Iz meyle, ikh dervart nisht keyn geule.
Nor s’brent zikh heys in yedn os
Fun alef beys gor bizn sof
Di heylike un kalye haleluye…

Un dos iz alts, s’iz nisht keyn sakh.
Ikh makh dervayle vos ikh makh.
Ikh kum do vi a mentsh,
nisht keyn shiluye.
Khotsh alts farloyrn say vi say
Vel ikh farloybn « Adoynay »
Un shrayen vi l’khayem « haleluye.”

Daniel Kahn

The Painted Bird

Traduction en Yiddish par Daniel Kahn, avec l’aide de Michael Alpert, Mendy Cahan et Josh Waletzky

Hallelujah

Now I’ve heard there was a secret chord
That David played, and it pleased the Lord
But you don’t really care for music, do you?
It goes like this
The fourth, the fifth
The minor fall, the major lift
The baffled king composing Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty and the moonlight overthrew you
She tied you
To a kitchen chair
She broke your throne, and she cut your hair
And from your lips she drew the Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Baby I have been here before
I know this room, I’ve walked this floor
I used to live alone before I knew you.
I’ve seen your flag
On the marble arch
Love is not a victory march
It’s a cold and it’s a broken Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

There was a time you let me know
What’s really going on below
But now you never show it to me, do you?
I remember when
I moved in you
The holy dove was moving too
And every breath we drew was Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Maybe there’s a God above
But all I ever learned from love
Was how to shoot at someone who outdrew you
And it’s not a cry
You can hear at night
It’s not somebody who’s seen the light
It’s a cold and it’s a broken Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

You say I took the name in vain
I don’t even know the name
But if I did, well really, what’s it to you?
There’s a blaze of light
In every word
It doesn’t matter which you heard
The holy or the broken Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

I did my best, it wasn’t much
I couldn’t feel, so I tried to touch
I’ve told the truth, I didn’t come to fool you
And even though
It all went wrong
I’ll stand before the Lord of Song
With nothing on my tongue but Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah

Leonard Cohen

 

Cordialement

 

NB : Le dernier texte du recueil « Rez de chaussée » écrit par Erri De Luca s’intitule : « Je suis de nouveau là ». Quelques extraits de ce compte-rendu de voyage à Auschwitz et Birkenau :

« … Je pris le chemin entre les blocs, j’entrai dans l’obscurité de certains étages souterrains, sourds aux saisons. Dehors, c’était le printemps, là-dessous il y avait l’hiver perpétuel que seuls les hommes savent construire. …

Ich bin wieder da, je suis de nouveau ici, pensai-je sous la potence de Rudolf Höss [commandant du camp] : me voici à nouveau, commandant, je porte ta pancarte gravée dans ma tête, c’est mon drapeau et ton échec. Le peuple que tu voulais effacer a réussi à crier hors des livres jusqu’aux oreilles d’un étranger, né après et loin. Je suis dans l’écho de ce cri, c’est la raison pour laquelle « je suis de nouveau là », même si c’est la première fois. …

Je revins en Italie et n’écrivit pas une ligne. Je me procurai une grammaire, un vocabulaire de yiddish et je commençai. Aujourd’hui je lis lentement des pages d’Isaac Singer dans cette langue-mère brûlée. Un jour elle renaîtra, cela commencera sûrement par les chansons et alors il y aura aussi un Napolitain, au moins un, pour les chanter. »

Corriere della Sera, 1995

Rivages Poche n° 191

Molto meglio : Erri De Luca in italiano !

Site de la maison de la culture yiddish

Comment dire … ? Si vous avez « besoin de preuves », pourquoi ne pas avoir l’audace d’essayer la Vision du Soi selon Douglas Harding … ? Faites donc « quelque chose de dingue » au lieu de continuer à « attendre qu’un miracle arrive » !

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.