Gracias a la vida – Violeta Parra

J’apprécie bien sûr depuis fort longtemps cette chanson exceptionnelle, mais je ne connaissais pas encore la version originale de Violeta Parra ci-dessous :

 

C’est une émission – déjà ancienne – de France Culture consacrée à une réédition du livre de Jean Ziegler : « Retournez les fusils ! Choisir son camp »∗ aux éditions du Seuil, 2014, qui m’a donné l’occasion de la ré-entendre chantée par Mercedes Sosa :

 

Mais la version que je préfère demeure celle qui suit, à deux voix avec Joan Baez, … ce qui date terriblement une culture musicale qui plus est fort limitée !

 

Gracias a la vida pour beaucoup, et surtout pour la rencontre de Douglas Harding et de la Vision du Soi.

 

Cordialement

 

∗ – Et plutôt que « les fusils », si nous commencions par retourner d’abord notre attention de très précisément 180°, vers Ici au Centre, afin de dé-couvrir l’espace d’accueil illimité et inconditionnel que nous sommes tous … ? Cela suffirait sans doute à « choisir le camp » de la totalité, de l’Un sans un second, de ce mystère qui est assurément la seule source de fraternité et de paix durables … d’amour …

 

« Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné deux étoiles et quand je les ouvre
je distingue parfaitement le noir du blanc
et en haut du ciel son fond étoilé
et parmi la multitude l’homme que j’aime.

Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné l’ouïe qui dans toute son amplitude
enregistre nuit et jour grillons et canaris
marteaux, turbines, aboiements, averses
et la voix si tendre de mon bien-aimé.

Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné le son et l’alphabet
avec lui les mots que je pense et déclare
mère, ami, frère et lumière qui éclaire
le chemin de l’âme de celui que j’aime.

Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné la marche de mes pieds fatigués
avec eux j’ai parcouru des villes et des flaques d’eau
des plages et des déserts, des montagnes et des plaines
et ta maison, ta rue et ta cour.

Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné un cœur qui vibre
quand je regarde le fruit du cerveau humain
quand je regarde le bien si éloigné du mal
quand je regarde le fond de tes yeux clairs.

Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné le rire et elle m’a donné les pleurs,
ainsi je distingue bonheur et déchirement
les deux matériaux qui composent mon chant
et votre chant à vous qui est le même chant
et le chant de tous qui est mon propre chant.

Merci à la vie, Merci à la vie, Merci à la vie, Merci à la vie. »

 

NB : La gratitude est une clé majeure pour « Vivre Sans Stress ». Mais n’en croyez surtout pas un traître mot, essayez, vérifiez !

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 2 - Vivre sans stress, Fondamentaux Vivre sans stress and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.