Catégories
1 - Pratique de la Vision du Soi Fondamentaux Vision du Soi

God Is God – Joan Baez

Dans le prolongement d’un billet précédent, voici une autre grande chanson de Joan Baez, moins célèbre que les grands classiques de ses jeunes années, mais tout aussi puissante : « God Is God », le premier titre de son dernier album : « Day After Tomorrow ».

Il lui a sans doute fallu encore plus de courage pour chanter ce thème que pour défendre les droits civiques avec « We shall overcome » par exemple – même si ce dernier est lui aussi profondément ancré dans la spiritualité du Gospel. Quelques années supplémentaires auront été nécessaires … au moins pour l’expression publique, comme ci-dessous.

Une femme … d’un âge certain …, activiste de la première heure, qui vient chanter God en anglais d’une manière aussi grave & détendue … à Istanbul ! Chapeau bas Madame !

Joan Baez – « God is God » | Istanbul from Kazim Kizil on Vimeo.

L’introduction à la flûte traditionnelle (soufie ?) s’accorde magnifiquement et à la chanson, et au contexte.

&

I believe in prophecy

Some folks see things not everybody can see.

And, once in a while, they pass the secret along to you and me.

And I believe in miracles.

Something sacred burning in every bush and tree.

We can all learn to sing the songs the angels sing.

Yeah, I believe in God, and God ain’t me.

I’ve traveled around the world,

Stood on mighty mountains and gazed across the wilderness.

Never seen a line in the sand or a diamond in the dust.

And as our fate unfurls,

Every day that passes I’m sure about a little bit less.

Even my money keeps telling me it’s God I need to trust.

And I believe in God, but God ain’t us.

God, in my little understanding, don’t care what name I call.

Whether or not I believe doesn’t matter at all.

I receive the blessings.

That every day on Earth’s another chance to get it right.

Let this little light of mine shine and rage against the night.

Just another lesson

Maybe someone’s watching and wondering what I got.

Maybe this is why I’m here on Earth, and maybe not.

But I believe in God, and God is God.

&

Je crois en la prophétie

Certains voient des choses que tous ne peuvent pas voir

Et parfois ils nous transmettent le secret à vous et à moi

Je crois aux miracles

Au sacré flamboyant dans chaque buisson et chaque arbre

Nous pouvons tous apprendre à chanter les chansons des anges

Je crois en Dieu, et Dieu n’est pas moi 

J’ai voyagé dans le monde entier

Me suis dressée sur de hautes montagnes et contemplé la nature sauvage

Je n’ai jamais vu d’écrit sur le sable ou de diamant dans la poussière

Et au fur et à mesure que notre destin se déploie

Chaque jour qui passe, je suis un peu moins sûre

Même les billets continuent de dire qu’il me faut croire en Dieu

Et je crois en Dieu, mais Dieu ce n’est pas eux

Dieu, pour le peu que je comprends, ne se soucie pas du nom dont on l’invoque

Que je crois vraiment ou non n’a aucune importance

Je reçois les bénédictions

Que chaque nouveau jour sur terre est une chance qui s’offre

De laisser luire ma petite lumière pour m’opposer aux ténèbres

Juste une autre leçon

Peut-être que quelqu’un observe et s’émerveille de ce que j’ai réalisé

C’est peut-être pourquoi je suis là sur Terre, peut-être que non

Mais je crois en Dieu, et Dieu est Dieu

(Traduction en ligne, hâtivement améliorée par mes soins !)

 

Cordialement

 

Tout un chacun peut voir ce que Douglas Harding a vu puis transcrit dans « Vision ». Pas de « prophétie », de « secret » ni de « miracle » ! Juste la claire vision de notre véritable nature d’espace d’accueil illimité & inconditionnel, notre « autoportrait ». Quelques expériences – simples, concrètes, joyeuses – de Vision du Soi permettent à tout un chacun de voir ce que Douglas a vu, permettent que le « sacré » du contenant se projette dans tous les contenus.

« Que je crois vraiment ou non » en la Vision du Soi « n’a aucune importance » : chaque instant de vie consciente me permet de constater la règle – unique & absolue – de l’asymétrie et, éventuellement, de la cultiver par une « discipline assidue ».

Oui, « chaque nouveau jour sur terre est une chance qui s’offre de laisser luire » non pas « ma petite lumière » : nous ne sommes pas dépositaire d’un tout petit pourcentage de cette réalité, mais nous en sommes la totalité. Nous sommes portés par & porteurs de la totalité de cette « grandeur » à la fois si subtile et si simple, qu’aucun de nous peut s’approprier et qui est la seule expérience que nous pouvons réellement partager dans son entièreté …

« La vraie grandeur est silencieuse, infiniment discrète, elle réside dans la conquête de l’intelligence et de la sagesse de l’amour, de la patience et de la générosité de l’amour. »

 Sylvie Germain

Et peut-être moins pour « s’opposer aux ténèbres » que pour les « contenir », aux deux sens du verbe : les empêcher de se répandre continûment en périphérie en les englobant … dans la lumière – le « Je Suis » – central. C’est bien délicat de contredire ainsi la lettre du Prologue, surtout en ce jour de la fête de Jean, mais c’est pour mieux en respecter l’Esprit !

« La lumière luit dans la ténèbre, et la ténèbre ne l’a pas saisie.« 

[και το φως εν τη σκοτια φαινει και η σκοτια αυτο ου κατελαβεν]

Évangile de Jean 1, 5

&

Pour ceux que cela intéresse, « Joan Baez – How sweet the sound », film documentaire de Mary Wharton, États-Unis, 2009, 85 minutes (version française diffusée sur ARTE le 8 juillet 2010) est visible sur le wouèbe :

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 62 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.