George Steiner …

George Steiner – 23 avril 1929 & 3 février 2020

Ce serait faire insulte au prodigieux Lecteur – oui, avec L majuscule – qu’a été George Steiner que de se contenter de son image. Il convient plutôt de lire et relire son œuvre sans plus tarder, en commençant – pourquoi pas – par « Errata – Récit d’une pensée ».

Quelques extraits de « Ceux qui brûlent les livres », éditions de L’Herne, collection Carnets :

« Le lecteur sérieux travaille avec l’auteur. Comprendre un texte, l’ « illustrer » dans le cadre de notre imagination, de notre mémoire et de notre représentation combinatoire, c’est dans la mesure de nos moyens, le re-créer. Les plus grands lecteurs de Sophocle et de Shakespeare sont les acteurs et les metteurs en scène qui donnent aux mots leur chair vivante. Apprendre un poème par cœur, c’est le rencontrer à mi-chemin dans le voyage toujours merveilleux de sa venue au monde. Dans une “lecture bien faite” (Péguy), le lecteur fait de lui quelque chose de paradoxal : un écho qui reflète le texte, mais aussi qui y répond avec ses propres perceptions, ses besoins et ses défis. Nos intimités avec un texte sont donc bel et bien dialectiques et réciproques : nous lisons le livre mais, plus profondément peut-être, le livre nous lit.

Nous avons plus que jamais besoin du livre, mais les livres, aussi, ont  besoin de nous. Quel plus beau privilège que d’être à leur service ? »

Turin, 10 mai 2000

&

« En 1821, en Allemagne, commentant une vague d’autodafés nationalistes, Heine observa :

“Où l’on brûle des livres aujourd’hui, ce sont des êtres humains qu’on brûlera demain.”

… Les fondamentalistes de tous crins sont d’instinct des brûleurs de livres. »

&

« Moi qui suis enseignant et pour qui la littérature, la philosophie, la musique et les arts sont l’étoffe même de la vie, comment vais-je traduire cette nécessité en conscience morale concrète de la nécessité humaine, de l’injustice qui contribue si largement à rendre possible la haute culture ? Les tours qui nous isolent sont bien plus coriaces que l’ivoire. Je ne sais aucune réponse convaincante. »

&

Zara Steiner, son épouse depuis 65 ans, l’aura suivi de très peu …

 

Cordialement

 

Le miracle « Steiner » nous aide à comprendre dans quelle barbarie économico-technocratique sont tombées nos sociétés modernes, et la quasi inutilité de la culture face à la barbarie (Cf. « Dans le château de Barbe-bleue »). Sa disparition va sans doute être l’occasion de vendre un peu plus quelques-uns de ses livres, mais je doute que l’on en entende vraiment les implications …

Les livres de Douglas Harding connaîtrons-t-ils un sort meilleur ? Leur unique objectif consiste à renvoyer le lecteur au Centre d’où émerge son regard, à rigoureusement 180° de la direction extérieure. Quelle que soit la qualité du contenu, la « vérité » de l’expérience ne se situe jamais là-bas en périphérie, à environ 30 ou 40 centimètres, mais Ici au Centre, dans cet espace d’accueil illimité & inconditionnel qui, en réalité, est l’unique Lecteur.

« Si éloquent, si instructif soit-il, le savoir glané dans les livres et la lecture est de seconde main : il parasite l’immédiateté. »

George Steiner

Rappels :

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.